Pour Marcel Grignard de la CFDT : « l’intérêt des salariés français est lié à l'Europe » - commentaires Pour Marcel Grignard de la CFDT : « l'intérêt des salariés français est lié à l'Europe » 2012-11-18T18:30:54Z https://www.taurillon.org/Pour-Marcel-Grignard-de-la-CFDT-l-interet-des-salaries-francais-est,05326#comment15159 2012-11-18T18:30:54Z <p>Que ce soit pour la France ou l'Europe, l'intérêt des salariés passe par une réforme en profondeur du système actuel. Pour sortir de la crise, je pense qu'il faut réformer en profondeur le système sociétal actuel. Le système actuel a petit à petit muté vers une démocratie dite « représentative » et qui s'avère être une démocratie des oligarchies (politique, économique, financière, affairiste, etc.) qui ne cherchent qu'à renforcer leurs pouvoirs, leurs emprises sur le peuple.</p> <p>Je propose que nous revoyons l'organisation de l'habitat et de la démocratie car je pense que ces deux points fondamentaux sont à la base des dérives actuelles et seront les piliers sur lesquels nous pourrions asseoir un meilleur système démocratique, un système plus fraternel, un système plus respectueux des droits humains.</p> <p>Ce qui me semble important, c'est le vivre ensemble que ce soit dans la vie courante ou dans la vie au travail. Ainsi cela commence par l'habitat, l'organisation de la vie sociétale, l'environnement de la vie quotidienne et bien évidemment au travail. Pour qu'il y ait du travail, il faut des lieux. Or depuis des décennies nos élus ne favorisent pas ces lieux, notamment dans les cités. (J'utilise ce terme car il englobe du hameau à la mégapole.) La démographie étant ce qu'elle est, il devient criminel de ne pas repenser les villes et villages pour préserver des terres agricoles, industrielles et de loisirs. Or depuis le second empire, il ne me semble pas qu'il y ait vraiment eu des réflexions nationales sur ce sujet. C'est pourtant la base de ce qui conditionne notre vie quotidienne. Si tous les centres ville avaient des immeubles de 3 à 7 étages adaptés à la démographie locale, nous aurions moins de problème de logement. Si ces immeubles avaient l'obligation de réserver 75 à 80 % des rez-de-chaussées à des locaux d'activité nous aurions suffisamment de locaux pour les entrepreneurs et créateurs d'activité.</p> <p>Ainsi on viendrait à des proportions de locaux d'activité importante, ce qui ferait que nous aurions des locaux à prix accessibles et ainsi nous aurions des commerces, des artisans, des très petites entreprises (TPE-TPI) et des locaux pour les organisations non gouvernementales (ONG). La collectivité, donc nos impôts ne serviraient pas à réaliser des locaux pour ces ONG. Seules les salles de réunion, les salles polyvalentes resteraient à la charge de la collectivité comme ce fut longtemps le cas. Le propos n'étant pas à l'étude détaillée de ce point, notons que les murs abritant les ONG ne seraient plus financés par la collectivité dans leur grande majorité alors qu'avec les Maisons d'association, l'impôt les payent. Les rues bordées par ces commerces, ces artisans, ces TPE-TPI et ces ONG retrouveraient vie, convivialité, sécurité et propreté. Les endroits les plus attrayants attireraient une clientèle plus nombreuse et les moins attrayants seraient, de fait, utilisé par les TPE-TPI et les ONG. Il va de soi que les associations disposent de moins de moyens financiers que les autres. Mais que ferait un propriétaire qui n'arrive pas à louer son local ? S'il le laisse vide, il paye malgré tout les charges et il prend le risque devoir son bien se dégrader ou occupé illégalement. Alors que s'il autorise une association, il voit son local occupé, entretenu jusqu'à ce qu'il trouve un client qui lui paye un loyer plus rémunérateur. Ces locaux étant occupés, les trottoirs sont entretenus, les groupes d'oisifs ou de perturbateurs sont priés d'aller ailleurs, ainsi se crée du lien social, de l'apprentissage du civisme et enfin de la sécurité.</p> <p>Les artisans et TPE-TPI qui s'installeraient travailleraient tant pour les particuliers que pour d'autres PME-PMI. Cela ferait une base locale d'activité, créatrice d'emploi qui permettrait un redéploiement de l'industrialisation. Voici pour la partie habitat, vivre et travailler ensemble.</p> <p>Abordons maintenant la partie démocratie, la partie cogestion pour travailler et gérer ensemble. Les organisations (copropriétés, entreprises, associations, etc.) disposent toutes d'un conseil d'administration qui oriente les choix. Généralement les décisions sont prises à la majorité et pour certaines à la majorité qualifiée des deux tiers ou des trois quart. Pourquoi ne pas transposer ce principe à toutes les instances que nous rencontrons dans notre vie ? Pourquoi, continuer d'accepter que certains s'arrogent des droits supérieurs au nom de ceci ou de cela. Une personne qui entreprend ne peut le faire seule, elle a des fournisseurs et des clients sinon elle ne peut aller bien loin. Lorsque l'activité se développe, elle emploie des personnes. Ces personnes doivent être consultées. Lorsque l'on atteint 50 personnes et plus, il y a un impact sur l'environnement habitat. En effet les communes sont concernées (logements, voirie, transports, etc.), les commerces et artisans sont concernés et s'il y a un club de loisirs il est concerné aussi. Pourquoi ces personnes concernées ne sont pas consultées lors de décisions pouvant agir sur leurs domaine ? Nous devons définir de nouvelles règles pour définir de nouveaux niveaux d'implication, de nouveaux niveaux de décision. Par exemple un investissement pour remplacer tout ou partie de l'outil de production qui maintiendra l'activité de cette entreprise, doit-il être décidé par les actionnaires seuls ou avec le concours des employés, des collectivités, des commerçants et artisans concernés ?</p> <p>Il y a un long chemin pour que l'esprit républicain de cogestion se fasse jour à l'instar de nos aînés lorsqu'ils s'invitèrent au parlement sous le nom de « Tiers-État » pour cogérer l'État. De ceci naîtra une nouvelle forme de démocratie qui se répercutera dans toutes les instances de l'État.</p> <p>Alors, messieurs les élus, plongez vous dans vos plans locaux d'urbanisme pour que nous puissions espérer une France plus agréable à vivre en attendant un monde meilleurs.</p>