La mobilité, valeur (ajoutée) de l‘Europe - commentaires La mobilité, valeur (ajoutée) de l‘Europe 2012-12-10T17:41:46Z https://www.taurillon.org/la-mobilite-valeur-ajoutee-de-l-europe#comment15614 2012-12-10T17:41:46Z <p>Merci Florent de ta magnifique intervention ;</p> <p>Nous sommes effectivement , un certain nombre à partager ton point de vue. Pour ma part, notre comité de jumelage a entamé depuis plusieurs année le développement des cours de langues ; Dans notre petite commune il y a deux enseignements différents pour les adultes : Anglais et italien. Nous aurions besoin d'un coup de main de la part de l'institution scolaire (publique ou privée) dans un exemple très simple et très concret de communication (par internet ou postale) entre un professeur italien de la région de Padoue, en français, avec des correspondants scolaires (collège) ici en France ; He bien, c'est une galère ! Pas moyen de mettre en route ce type d'échange simple, malgré notre recherche dans les collèges alentour.</p> <p>C'est là que nous comprenons bien ton exclamation : "A quand une politique d'enseignement linguistique ambitieuse et à la hauteur du « défi européen » ? Si ce petit mot pouvait être une sorte d'interpellation à qui peut mettre en route cette petite œuvre dans notre petit secteur au sud de Lyon dans l'isère, nous n'aurions pas perdu notre temps ; En tout cas félicitation et bon courage.</p> La mobilité, valeur (ajoutée) de l‘Europe 2012-12-08T15:12:41Z https://www.taurillon.org/la-mobilite-valeur-ajoutee-de-l-europe#comment15605 2012-12-08T15:12:41Z <p>La mobilité européenne serait sans doute favorisée par « plus d'Europe à l'école », j'en suis effectivement convaincu.</p> <p>J'ai un parcours européen parce que j'aime les langues étrangères, la rencontre d'un nouveau pays et je bouge personnellement beaucoup (interrégionalement et internationalement dans l'UE). Mais je constate dans mon entourage que beaucoup de personnes ont énormément de difficultés - si ce n'est une sainte horreur - des langues étrangères. Trop compliqué, temps d'apprentissage trop long, enseignement scolaire dur à remobiliser, si ce n'est celui-là même qui en dégoutte plus d'un de continuer (cours / méthode / prof ennuyant, pas motivant) ...</p> <p><img src='https://www.taurillon.org/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> A quand une politique d'enseignement linguistique ambitieuse et à la hauteur du « défi européen » ?</p> <p>L'argument « marché du travail » ne semble valoir que pour les emplois peu voir non qualifiés, car en effet s'il est difficile de trouver du travail dans son propre pays, comment imaginer que ce soit plus aisé dans un pays dont on maîtrise mal ou ne connaît pas la langue, en concurrence avec les natifs ?</p> <p><img src='https://www.taurillon.org/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> A quand une politique d'enseignement linguistique accessible à tous ? (Prix des cours de langue hors contexte scolaire/universitaire ...)</p> <p>Ajouter à cela la ribambelle des mythes et préjugés associés aux autres pays, aux « étrangers »...</p> <p>Il y a encore un très long chemin à accomplir avant de parvenir à une solidarité réelle. Et les différents replis nationalistes partout en Europe en sont bien la preuve.</p> <p><img src='https://www.taurillon.org/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> A l'école, des cours sur la vie de concitoyens européens ? Plus d'émissions sur l'Europe ? Favoriser les chaînes de télé polyglottes libres (type Arte) ?</p> <p>Mais avant de chercher par quels moyens l' « européanisme » peut se construire et s'installer dans le cœur des européens, il faudrait peut-être commencer à leur démontrer que l'Europe s'intéresse vraiment à eux, et pas seulement à leur porte-monnaie.</p> <p>A quoi bon plus d'euro-économie sans plus d'euro-politique ? A quoi bon le marché unique, la liberté de se déplacer (limitée à 3 mois ?! quelle blague), l'euro, la PAC, Natura 2000, Erasmus et tuti quanti si nos politiques continus de se pointer du doigt les uns les autres au premier problème venu ?</p> <p><img src='https://www.taurillon.org/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Quand nous donnerons-nous les moyens de mettre les politiques face à leurs responsabilités européennes ?</p> <p>La mobilité étudiante, oui mais comment ? Les crédits ECTS ? Un mensonge qui ne sert à rien ! Erasmus ? Une belle utopie avec plein de bâtons dans les roues ! La reconnaissance des diplômes européens dans son pays d'origine ? On est loin de l'automatisme ! Et puis ne faut-il offrir l'Europe qu'aux étudiants ? D'ailleurs ceux-ci sont souvent déjà privilégiés vu le seul coût des inscriptions universitaires en Europe...</p> <p>Il faut arrêter de jeter des roses aux pseudo-réussites européennes et exiger un peu plus de sérieux, d'ambition et de cohérence de la part des politiques, surtout des politiques nationaux.</p> <p>Fédéralisme maintenant !</p>