Après l’euro : faire converger les économies et les modèles sociaux - commentaires Après l'euro : faire converger les économies et les modèles sociaux 2013-04-07T12:32:04Z https://www.taurillon.org/Apres-l-euro-faire-converger-les-economies-et-les-modeles-sociaux,05675#comment16552 2013-04-07T12:32:04Z <p>"Nous n'avons pas besoin de convergence sociale dans la zone euro pour sortir de la crise. Les États ayant une croissance forte redistribueraient aux États ayant une faible croissance. Pourquoi l'UE ne décide-t-elle pas de soutenir un consortium européen ?"</p> <p>Affirmation bien péremptoire ;</p> <p>Souhait bien peu étayé ;</p> <p>Interrogation sans réponse.</p> <p>Que veut-on dans cette juxtaposition d'états, qui n'est pour l'instant qu'une zone facilité de libre échange ? Le tout et son contraire, en plus du mensonge ; A moins que ce ne soit la débrouille, le chacun pour son compte, le plus malin qui mangera l'autre ? Il faut vous réveiller les gars, sinon les circonstances vont s'en charger !</p> <p>Exemple : Dans l'agroalimentaire, la politique dévastatrice de grandes enseignes de distribution allemandes. En contraignant leurs fournisseurs à payer des emplois 3 ou 4€ de l'heure, elles garantissent des marges qui permettent des implantations qui sans cela leur seraient impensables chez des concurrents meilleurs qu'eux, en France.</p> <p>Donc, Madame Merkel, peut-on encore longtemps travailler ainsi, ensemble, ou faudra-t-il que l'on renvoie les camions frigo chez vous par la force, comme cela c'est passé auparavant, en d'autres circonstances ?</p> <p>voir les (montants compensatoires monétaires)</p> Après l'euro : faire converger les économies et les modèles sociaux 2013-04-05T20:27:19Z https://www.taurillon.org/Apres-l-euro-faire-converger-les-economies-et-les-modeles-sociaux,05675#comment16547 2013-04-05T20:27:19Z <p>Les pays scandinaves ont mis de l'ordre dans leur budget sans abandonner leur généreux modèle social. Ils ont su mener des politiques libérales (flexibilité du marché du travail, privatisations de services publics, décentralisation), tout en maintenant un fort niveau de redistribution. Et regardez dans quel état ces pays étaient dans les années 80-90. Idem pour la Nouvelle-Zélande, qui a été encore plus loin.</p> <p>Pour que les taux d'intérêt baissent comme ceux du Japon, cela supposerait que l'État européen prenne en charge les dettes des actuels États souverains. Ces pays ne se sont pas endettés pour l'Europe, ni pour un projet commun, mais pour eux-même. Il n'y a pas de raison que leurs dettes soient assumées par leurs voisins.</p> <p>De plus, si le taux d'intérêt est élevé, c'est que le créancier rémunère un risque, c'est qu'il a évalué celui-ci et qu'il l'assume. Pourquoi le contribuable européen devrait-il assumer ce risque ? Pourquoi ?</p> <p>Pour info, les USA ne remboursent pas la dette de la Californie. Ce sont les Californiens qui se débrouillent. La Californie (8ème puissance mondiale) pèse bien plus que la Grèce.</p> <p>Aux USA il y a une grande diversité fiscale : <a href="http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/69/19237_TaxFoundation_v2.gif" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/69/19237_TaxFoundation_v2.gif</a></p> <p>+1 pour la défense. Et n'oublions pas les représentations diplomatiques. Cela confine au ridicule d'avoir 27 représentations dans certaines villes...</p> <p>Ca consiste en quoi une « politique industrielle » ? Quelle serait la solution pour maintenir l'industrie automobile ? <br /><img src='https://www.taurillon.org/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> L'Europe se caractérise par ses politiques anti-auto (à tort ou à raison), favorisant les transports collectifs, les petits trajets, etc. Peut-on s'étonner dès lors que les ventes d'auto ne progressent pas ? <br /><img src='https://www.taurillon.org/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> On ne cesse d'imposer des normes environnementales et autres (à tort ou à raison), peut-on s'étonner que les industries décampent ? <br /><img src='https://www.taurillon.org/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> On fait la guerre au nucléaire et on refuse les gaz de schiste (là encore à tort ou à raison). Peut-on s'étonner que nos industries énergivores se développent aux US où on assiste à une prodigieuse chute des prix de l'énergie, alimentant le renouveau industriel du pays ? <br /><img src='https://www.taurillon.org/squelettes-dist/puce.gif' width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> On ne cesse de vouloir des normes de qualité du travail élevés, pleins d'avantages sociaux et de protections en tout genre. Peut-on s'étonner du dynamisme des marchés étrangers versus la léthargie presque généralisée en Europe ?</p> <p>A l'opposé, on constate que les États qui se sont bornés à fournir aux acteurs économiques un cadre stable (fiscal, légal), où la propriété privée est défendue (ce qui est de moins en moins le cas en Europe), ce sont ceux qui ont vu leur sort s'améliorer. Et pas seulement économiquement, mais également environnementalement et socialement sur le long terme.</p> <p>Parce qu'on peut faire confiance en la société civile, vous savez, celle qui ne siège pas, celle qui n'est pas experte, celle qui n'a d'autre prétention que de savoir ce dont elle a besoin.</p>