L’idée européenne ne date pas d’hier ! - commentaires L'idée européenne ne date pas d'hier ! 2013-06-05T10:40:14Z https://www.taurillon.org/L-idee-europeenne-ne-date-pas-d-hier,05783#comment17084 2013-06-05T10:40:14Z <p>Le but de cet article n'est en aucun cas d'endoctriner et de tordre l'Histoire pour l'adapter aux nécessités de l'époque actuelle. Les convictions fédéralistes ne se justifient certainement pas par l'Histoire, mais par les nécessités et les idéaux présents. L'Histoire ne crée pas un sentiment européen, elle aide à le comprendre. La connaissance de l'Histoire aide à comprendre le présent. Ne justifier une idée politique qu'à travers l'Histoire en disant « c'est ce que tel père fondateur aurait voulu » ne fait que démontrer la pauvreté de l'argumentation de celui qui soutient la thèse, et dévoile, au mieux, son absence d'esprit critique, au pire, son caractère profondément manipulateur.</p> <p>Pour ce qui est de mon article, l'objectif est de montrer que la thèse qui soutient que l'Europe ne put pas se construire parce que chaque pays a son histoire propre ne tient pas, et que l'Histoire est une barrière à la construction européenne est fausse. Peut-être n'ai-je pas suffisamment insisté sur les différences de mentalité dans la conception de l'Europe médiévale et l'Europe actuelle. Mais pour pleinement en rendre compte, il faudrait des pages et des pages.</p> L'idée européenne ne date pas d'hier ! 2013-06-05T04:33:12Z https://www.taurillon.org/L-idee-europeenne-ne-date-pas-d-hier,05783#comment17077 2013-06-05T04:33:12Z <p>Pardon de ne pas partager cette opinion : ''L'Europe, c'est la Paix'' et ''On a toujours été ensemble'' (depuis le Moyen âge ?!) sont (entre autres) les couplets rassurants, too much (et lénifiants) d'une chanson européenne ''semi-mythologique'' ayant finalement, à l'heure actuelle, de moins en moins de fans... (sans doute parce qu'elle n'est pas adaptée aux attentes du moment ?!).</p> L'idée européenne ne date pas d'hier ! 2013-06-03T19:16:40Z https://www.taurillon.org/L-idee-europeenne-ne-date-pas-d-hier,05783#comment17038 2013-06-03T19:16:40Z <p>Il y a une différence importante entre les mythes nationaux et les mythes fondateurs. Le mythe national, c'est faire d'une légende une (fausse) vérité historique, elle est faite pour une époque précise. Les mythes fondateurs, comme celui d'Europe ou la quête du graal, s'assument pleinement comme fictifs, et leur objectif est de délivrer un message qui traverse les siècles. Le mythe fondateur n'a pas vocation scientifique. Le graal est une allégorie purement symbolique, celle du but commun.</p> <p>Certes, je suis d'accord, il ne faut pas exagérer l'importance des débats de clercs, mais il ne faut pas les minimiser. A long terme, il nous faut réfléchir à ces références mythiques ainsi qu'à notre Histoire et à nos valeurs communes qui font les fondements de l'unité des Européens. Si demain, sort de la crise une Europe fédérale, et qu'après-demain une autre crise surgit sans qu'on ait réfléchi sur l'essence de l'Unité européenne, celle-ci sera de nouveau remise en question. Si on s'interroge sur les racines de l'Europe, même si on ne trouve pas de réponse définitive,l'Europe sera surement secouée par cette nouvelle crise, mais la fédération européenne ne sera pas ou très peu contestée. Ensuite, il est certain que peu de gens se lèvent tous les matins en s'interrogeant sur leur identité d'européens.</p> <p>Quant à l'idée européenne du Moyen-Âge, elle ne peut pas être séparée de la Théorie impériale. L'Empire avait pour objectif, du moins théorique, l'unité des peuples européens de l'époque. L'objet de cet article est de montrer qu'elle n'était pas fantasmée, qu'elle a été concrète, qu'elle a connu une fortune variable, et que bien loin d'être à jamais perdu, nous avons bénéficié de ses innovations. Evidemment, l'Europe médiévale n'est pas l'Europe actuelle, les peuples ne sont pas les mêmes, les fondements de l'unité sont différents, les mentalités et le contexte politique médiéval n'ont rien à voir avec ceux du XXI° siècle, le concept de fédéralisme n'existe pas au Moyen-Âge. Cependant, l'Europe médiévale reste étonnement actuelle en raison de l'héritage qu'elle nous laisse tant sur le plan symbolique et mythique, que sur le plan concret (émergence du concept de droit fondamental, renaissance du droit commun).</p> L'idée européenne ne date pas d'hier ! 2013-06-03T08:32:26Z https://www.taurillon.org/L-idee-europeenne-ne-date-pas-d-hier,05783#comment16991 2013-06-03T08:32:26Z <p>Certes.</p> <p>M'enfin il me semble tout de même qu'il y a là une certaine confusion (délibérément entretenue ?!) entre beaucoup de choses qui me paraissent toute de même très étrangères les unes aux autres.</p> <p>Ainsi, entre autres choses et par exemples : l'idée impériale, ce n'est pas l'idée européenne ; l'idée européenne, ce n'est pas seulement quelque nostalgie romanesque d'une unité fantasmée et à jamais perdue : et l'idée européenne en elle seule, ce n'est certes pas le fédéralisme européen (etc).</p> <p>Quant aux mythes nationaux, permettez moi (comme toujours...) d'être sceptique.</p> <p>D'abord parce qu'ils fleurent trop la reconstruction intellectuelle a posteriori, artificiellement capillotractée, la "belle histoire'' pour petits et grands, le mensonge officiel, sinon la propagande politique.</p> <p>Or, dans les colonnes du Taurillon, il me semble que l'on a - précisément pour ces raisons - suffisamment combattu les mythes (fondateurs) nationaux (quand il s'agit de dénoncer leur caractère anti-scientifique et complètement fantasmatique...) pour ne pas tomber exactement dans le même travers quand il s'agit de parler d'... Europe.</p> <p>Sinon, nos adversaires politiques ne seraient alors que trop fondés - sans trop d'abus de langage de leur part - de parler de tentative de ''captation d'héritage'' (voire d'usurpation, sinon d'escroquerie intellectuelle...). Et avons nous vraiment besoin, dans le contexte actuel, de leur offrir ce genre d'arguments ?!</p> <p>Enfin, déjà, prioritairement, il me semble - de toute façon - que la priorité des priorités, en ce moment, et ce dont nous avons fondamentalement besoin, ce n'est pas de ce genre de choses là.</p> <p>Ces débats sont des débats de clercs (et je m'inclus dans cette catégorie là...). Et, même si l'on ne vit certes pas que de pain, il me semble que ce n'est pas de cela dont l'UE, les citoyens - nos contemporains (les ''vrais gens'', comme on dit...) - ont prioritairement besoin.</p> L'idée européenne ne date pas d'hier ! 2013-06-02T18:28:38Z https://www.taurillon.org/L-idee-europeenne-ne-date-pas-d-hier,05783#comment16956 2013-06-02T18:28:38Z <p>@Roman Je pense que l'auteur souhaite plutôt montrer que, très tôt, les Européens ont perçu l'ensemble « naturel » qu'ils formaient. Sans pour autant aller sur des mythes fondateurs.</p> <p>À ce sujet, il serait intéressant de voir comment les « autres », les extra-européens nous perçoivent.</p> <p>Nous parlons bien d'Africains, malgré leur incroyable diversité ethnico-religieuse. Idem pour l'Inde. La Chine aussi a une belle diversité.</p> <p>Eux nous voient également comme « Européens », n'est-ce pas cela qui compte finalement ?</p> L'idée européenne ne date pas d'hier ! 2013-05-31T00:24:03Z https://www.taurillon.org/L-idee-europeenne-ne-date-pas-d-hier,05783#comment16715 2013-05-31T00:24:03Z <p>Effectivement, l'Europe de l'époque était loin d'être ce qu'elle est aujourd'hui, les mentalités étaient différentes. Cependant, l'idée d'Union existait déjà, certes dans un contexte bien distinct. Je ne suis absolument pas partisan d'un retour vers le passé. Nous vivons dans un monde qui change vite, et qui est exigent en matière d'innovation et de remise en question. L'objet de cet article n'est pas de dire qu'il faut revenir à l'époque du saint-empire. Il est de montrer que l'idée unificatrice impériale nous a légué des éléments importants de la pensée et des idéaux politiques actuels.</p> <p>Ensuite, les différences fondamentales existent:l'idée de paix dans la pax dei ne correspond pas à l'idée de paix que nous nous représentons de nos jours:les forces politiques n'étaient pas du tout les mêmes qu'aujourd'hui. Les réalités sociales n'étaient pas les mêmes et l'Europe ne concernait qu'une petite partie de la population, essentiellement celle des villes. La notion de fédéralisme n'existait pas non plus et Dante était surtout partisan d'un pouvoir politique appartenant à la cité, où l'Empire n'a qu'un rôle très limité. Aurais-je écrit sur ce que nos démocraties doivent à Athènes, il faudrait garder à l'esprit que les fondements n'étaient pas les mêmes, et que les Athéniens n'avaient pas la même conception de la liberté que nous.</p> <p>Quant à la table ronde, c'est un mythe, c'est à dire qu'il s'adresse à toutes les époques, et à tous les peuples qui veulent s'unir bien dans un but commun, bien qu'ils soient différents. Les mythes grecs non plus ne s'adressaient pas qu'à l'Antiquité, et ils restent très actuels. Il ne faut pas oublier que ces histoires ont un grand nombre de versions, en privilégier une, c'est capillotracter le mythe et le détourner. Je suis parfaitement d'accord que l'Europe a besoin de plus de légitimité démocratique, d'une simplification du fonctionnement des institutions, ainsi que de vrais institutions politiques, mais on aurait tort de sous-estimer l'importance des mythes. Toutes les fédérations ont leurs propres mythes fondateurs.</p> L'idée européenne ne date pas d'hier ! 2013-05-30T11:35:22Z https://www.taurillon.org/L-idee-europeenne-ne-date-pas-d-hier,05783#comment16688 2013-05-30T11:35:22Z <p>Ben justement - pardon - mais c'est précisément là qu'est le problème : il n'y a absolument pas de ''notion d'Europe'' sinon un espèce de gigantesque fourre-tout polysémique où l'on trouve un petit peu n'importe quoi, voire tout et son contraire ; une espèce d'auberge espagnole où chacun amène ce qu'il veut bien (l'Empire, la Trêve de Dieu, la Table ronde et - pourquoi pas, comme ici (soupirs) - la quête du Graal...) et ne veut bien comprendre que ce qui l'arrange.</p> <p>Le tout étant classé un petit peu au petit bonheur la chance, au gré des fantaisies et sensibilités des uns et des autres (et certainement pas de manière très rationnelle).</p> <p>Je suis de ceux qui pensent que l'Europe - en tant que projet politique - a essentiellement besoin de rationalité, de perspectives politiques, d'institutions lisibles, de contrôle démocratique et d'efficacité fonctionnelle, mais sans doute pas de mythes fondateurs capillotractés. Tout le monde aura compris...</p> <p>Maintenant - oui - l'idée fédérale ne date pas d'hier. Avec Dante Alighieri, par exemple, dans ''Il convivio'' (i.e : « le Banquet »), notamment (début XIVe) ; dans un cadre institutionnel impérial, en effet. Mais ne confondons pas les concepts...</p>