L'intégration de la Croatie, bon exemple de diplomatie européenne réussie - commentaires L'intégration de la Croatie, bon exemple de diplomatie européenne réussie 2013-11-12T14:28:57Z https://www.taurillon.org/Nouvel-article,06093#comment18773 2013-11-12T14:28:57Z <p>(...) 2) Le différend frontalier croate-slovène <a href="https://en.wikipedia.org/wiki/Croatia–Slovenia_border_disputes" class="spip_url spip_out" rel='nofollow external'>https://en.wikipedia.org/wiki/Croat...</a> porte, entre autres, sur une demande de la partie slovène, à disposer d'une partie des eaux territoriales et offshore croates violant la convention des Nations Unies sur le droit de la mer <a href="https://en.wikipedia.org/wiki/Convention_on_the_Territorial_Sea_and_Contiguous_Zone" class="spip_url spip_out" rel='nofollow external'>https://en.wikipedia.org/wiki/Conve...</a>. La Slovénie a profité à l'époque de son statut de pays membre de l'UE pour faire pression sur la Croatie, alors encore candidate, à accepter un tribunal d'arbitrage, car aux regards de la stricte application de la loi la Slovénie n'aurait eu aucune chance. L'UE est apparue là-encore impuissante à défendre une vision et des valeurs cohérentes menant à une stabilisation de la région.</p> <p>La réussite des négociations d'adhésion de la Croatie est à ce titre plus le produit d'une refonte profonde de sa législation, mise en adéquation avec le droit européen, qui a demandé un travail acharné de l'administration croate, associée à un excès de zèle des autorités croates vis-à-vis des exigences des autres pays membres, formulées « au nom de l'UE ».</p> L'intégration de la Croatie, bon exemple de diplomatie européenne réussie 2013-11-12T14:25:05Z https://www.taurillon.org/Nouvel-article,06093#comment18772 2013-11-12T14:25:05Z <p>Si l'intégration de la Croatie semble réussie, ce n'est pas, loin s'en faut, grâce à la pertinence de la stratégie diplomatique de l'UE, et les deux mauvais exemples que vous proposez en sont bien la preuve : 1) Le général croate Ante Gotovina, jouissant de la double-natilonalité française, a pu mener quatre années de cavale grâce à son réseau de la légion étrangère française, avant d'être retrouvé hors du territoire croate en 2005 puis innocenté en appel par le TPIY en 2012. Le blocage des négociations de l'adhésion de la Croatie par l'UE, sur simple suspicion du TPIY que la Croatie l'ait abrité pendant tout ce temps, a fait perdre un temps précieux à la Croatie, sans aucune contre-partie lorsqu'on s'est aperçu de la bonne foi du gouvernement croate. Cette erreur diplomatique a contribué à un fort euroscepticisme en Croatie, et a fortement ravivé les tensions. (...)</p>