La leçon de l’Ecosse, relance du fédéralisme aux niveaux européen et national - commentaires La leçon de l'Ecosse, relance du fédéralisme aux niveaux européen et national 2014-10-07T16:42:19Z https://www.taurillon.org/la-lecon-de-l-ecosse-relance-du-federalisme-aux-niveaux-europeen-et#comment20316 2014-10-07T16:42:19Z <p>Le NON écossais n'a aucunement mis un terme aux tensions séparatistes. Qui ne souhaite pas une Europe fragmentées en un millier de principautés devrait réfléchir à la façon dont on peut contrer les courants séparatistes. A ce sujet, on notera que les Etats les plus touchés - l'Italie, l'Espagne et la Belgique - sont loin d'être les plus centralistes. Au R-U, le séparatisme s'est développé dans les régions celtiques : des quasi-Etats sous-financés à la différence des comtés anglais.</p> <p>En dépit d'une diversité communautaire supérieure à celle des Etats précités, la France n'a jusqu'à présent perdu que d'anciennes colonies et les séparatistes métropolitains sont en déclin. L'Etat est censé traiter les difficultés de tout citoyen comme ceux de la Nation. Les collectivités territoriales sont censées perfectionner son action, pas le suppléer. Là où le principe de fraternité est appliqué, les citoyens se sentent Français avant tout. Ailleurs, les séparatistes finissent par l'emporter. Ce n'est pas une spécificité française. Les Belges se détournent progressivement de leur Autorité fédérale, de plus en plus minimaliste. La Tchécoslovaquie n'existe plus.</p> <p>La légitimité d'un échelon politique dépend de sa capacité à résoudre les problèmes de ses citoyens ou à renforcer un tel échelon. Accroître l'autonomie de l'échelon politique favori des séparatistes mine l'unité, sans plus. On ne peut battre pacifiquement le séparatisme que par un bon équilibre entre centralisme et régionalisme, celui qui met en évidence l'utilité de chaque échelon. Or, l'intégration européenne est pensée pour affaiblir les autorités nationales des Etats membres afin de construire une lobbycratie unitaire centralisée. La zone euro, avec sa tutelle budgétaire et son déficit démocratique, en est le prototype.</p> <p>Le séparatisme est catalysé par des fonctionnaires européens qui traitent les Nations de l'UE comme des peuples rivaux, non des communautés d'administrés. Le séparatisme est nourri par le lobbying de certains pseudofédéralistes qui rêvent d'Etats transformés en confédérations de régions dans une UE centralisée à l'extrême. Si l'on continue ainsi, l'UE éclatera ou deviendra une sorte de République italienne géante moins la démocratie.</p> <p>Oui, il nous faut une vraie fédération européenne : la combinaison d'un vrai Etat fédéral démocratique ET de vraies entités fédérées qui ne peuvent être que les Etats, pas leurs régions. On ne peut faire une vraie fédération sans l'un ou l'autre.</p>