La pensée fédéraliste et la construction européenne - commentaires La pensée fédéraliste et la construction européenne. 2007-02-08T09:33:26Z https://www.taurillon.org/La-pensee-federaliste-et-la-construction-europeenne#comment1967 2007-02-08T09:33:26Z <p><strong>C'est pourtant clair.</strong></p> <p>Re : Pour ma part je serai plus nuancé.</p> <p><strong>Le renoncement de la souveraineté politique, comme vous l'écrivez, serait transférée au profit du centre politique fédéral.</strong></p> <p>Re : Il ne s'agit pas de renoncer formellement à la souveraineté politique mais de bien comprendre tout ce qu'il y a de ''mythologique'' dans ce dogme ''théologico-politique'' dit de la ''souveraineté théorique''. Et ce, pour mieux la partager avec autrui dans des échelons de gouvernance qui seraient infiniment plus pertinents (i. e : que l'Etat-nation...) pour régler certaines questions.</p> <p>L'important ici est sans doute moins cette ''souveraineté'' tant fantasmée que la nécessité impérieuse d'un contrôle démocratique de tous les échelons de gouvernance qui seraient alors mis en place. Pour ce qui est d'un organisation comme l'UE, cela veut donc dire qu'il faut construire un espace public européen et un espace démocratique transnational.</p> <p><strong>La question est de savoir où réside (l'avenir) des peuples : rester au sein d'Etats-nations trop petits pour résister seuls aux géants sino-américains ou prendre le chemin du fédéralisme pour contruire une puissance politique de premier plan ? </strong></p> <p>Re : L'objectif n'est pas non plus nécessairement de construire une nouvelle super-puissance de plus (Ah, fameux vertige de la puissance !) qui pourrait - à terme - finalement se révéler tout aussi dangereuse pour la paix que les autres (ou que les précédantes...).</p> <p>Mais il s'agit de construire - en Europe, continent meurtri par l'histoire s'il en est - le vivre ensemble. Et de proposer ainsi au reste du monde le modèle effectif d'une organisation supranationale efficiente (et, on l'espère, harmonieuse...).</p> La pensée fédéraliste et la construction européenne. 2007-02-07T18:43:17Z https://www.taurillon.org/La-pensee-federaliste-et-la-construction-europeenne#comment1965 2007-02-07T18:43:17Z <p>C'est pourtant clair. Une Europe fédérale correspondrait à une Europe possédant un centre exécutif occupé aux fonctions régaliennes dévolues à l'Etat, les autres fonctions, sur le modèle allemand, étant à la charge des Etats ou régions. Le renoncement de la souveraineté politique, comme vous l'écrivez, serait transférée au profit du centre politique fédéral. La question est de savoir où réside des peuples : rester au sein d'Etats-nations trop petits pour résister seuls aux géants sino-américains ou prendre le chemin du fédéralisme pour contruire une puissance politique de premier plan ? Je suis d'accord avec vous : la marche vers l'unité politique doit se faire raisonnablement. De la même manière que l'émergence des nations a mis du temps, l'émergence de la république européenne ne peut pas se faire du jour au lendemain comme nous le prouve la montée de l'euroscepticisme sur fond d'enlisement de l'idée européenne. Une république, la forme d'un état, ne peut exister que dans le cadre d'un espace géographique défini qui nécessite une réflexion sur ce qu'est l'Europe.</p> La pensée fédéraliste et la construction européenne. 2006-12-08T13:07:09Z https://www.taurillon.org/La-pensee-federaliste-et-la-construction-europeenne#comment1612 2006-12-08T13:07:09Z <p>Bonjour,</p> <p>J'ai fait du droit également - mais aussi des sciences politiques - et je suis pour ma part convaincu que l'Union européenne ne peut pas remplir ses missions et les espoirs que l'on a mis en elle sans renforcer sa dimension fédérale.</p> <p>La preuve en est que tout ce qui fonctionne bien aujourd'hui dans l'Union européenne est ce qui fonctionne sur le mode communautaire, et donc sur un mode quasi-fédéral, et que tout ce qui ne fonctionne pas est ce qui est resté bloqué au système diplomatique classique.</p> <p>Par ailleurs si l'on souhaite que l'Europe soit utile il faut qu'elle ait des compétences réelles et les moyens de les mettre en oeuvre. Or ce type de pouvoir n'est pas envisageable sans un contrôle démocratique. Par conséquent si l'on souhaite une Europe efficace, il n'y a pas d'alternative à la mise en place d'un système politique européen démocratique, et donc d'un système essentiellement fédéral.</p> <p>Pour répondre à ce que vous nous avez écrit :</p> <p>> D'une part ceci remettrait en cause la souverneté des Etats membres</p> <p>Ce qui compte véritablement c'est la souveraineté populaire : le fait que les lois dépendent du vote des citoyens. Or si il y a des lois européennes il faut donc une démocratie européenne. Si on n'a pas de lois européennes, on a tout simplement pas d'Europe.</p> <p>Ce qui compte aussi c'est la souveraineté réelle et non théorique : aujourd'hui dans un grand nombre de domaines nos gouvernements nationaux sont certes compétents mais n'ont pas en réalité les moyens de faire grand chose. Ensemble, ces moyens sont bien plus puissants. On s'en rend compte en ce qui concerne le commerce international.</p> <p>> faute déjà d'avoir renoncé à notre souverneté économique.Ceci n'a par ailleurs pas fait diminuer le chômage et à contribué à une hausse d'inflation des prix.</p> <p>Lutter contre une hausse d'inflation des prix est précisément l'un des objectifs assignés à la banque centrale européenne qui a plutôt bien réussie puisque l'inflation est stable depuis plusieurs années. Ensuite il est vrai que certains prix ont pu augmenter (alors que d'autres ont diminués) mais les facteurs de hausse ne sont clairement pas monétaires.</p> <p>Quand au chomâge on ne peut qu'observer d'une part que la mise en place du marché unique dans les années 80 et 90 a créé de l'emploi, même si dans certains pays ces créations n'ont pas suffit à faire baisser durablement les chiffres du chômage et que d'autre part le marché de l'emploi reste un marché essentiellement national, ainsi que le droit du travail et de nombreux autres facteurs. On ne peut pas demander à l'Europe plus qu'elle ne peut donner : l'union économique et monétaire donne un cadre stable aux économies des pays membres et encourage les échanges et donc la croissance, mais au delà un grand nombre de conditions du succès restent spécifiques à chaque pays. La preuve en est la différence de situations en matière de croissance et d'emploi entre les différents pays membres de la zone euro.</p> <p>> Alors l'UE, oui, mais une UE de confédération et non de fédération !</p> <p>Dans un très grand nombre de domaines, comme vous l'avez compris, l'Union a déjà dépassé ce stade. Il reste à achever cette construction juridique par une construction politique qui fasse que là où l'Europe est compétente, ce soit es citoyens qui décident par la désignation de leurs représentants d'une part, et que là où l'Europe n'existe pas ou pas assez (politique étrangère, affaires sociales...) on lui donen els moyens d'agir.</p> La pensée fédéraliste et la construction européenne. 2006-12-07T09:54:40Z https://www.taurillon.org/La-pensee-federaliste-et-la-construction-europeenne#comment1606 2006-12-07T09:54:40Z <p>Bonjour, je suis étudiante en droit et je ne suis pas franchement convaincue que le fédéralisme soit une bonne chose pour l'UE.D'une part ceci remettrait en cause la souverneté des Etats membres et je ne suis pas sûre que se soit une bonne idée qu'un Etat renonce à sa souverneté politique, faute déjà d'avoir renoncé à notre souverneté économique.Ceci n'a par ailleurs pas fait diminuer le chômage et à contribué à une hausse d'inflation des prix. Alors l'UE, oui, mais une UE de confédération et non de fédération !</p> La pensée fédéraliste et la construction européenne. 2006-07-01T14:52:24Z https://www.taurillon.org/La-pensee-federaliste-et-la-construction-europeenne#comment744 2006-07-01T14:52:24Z <p>Excellente analyse de la méfiance des Français à l'égard d'une Europe fédérale.</p>