Parlez doucement et frappez fort - commentaires Parlez doucement et frappez fort. 2006-07-27T01:39:47Z https://www.taurillon.org/Parlez-doucement-et-frappez-fort#comment882 2006-07-27T01:39:47Z <p>Cher David, merci beaucoup pour votre repose, je suis très désole pour deux choses : le premier, que je prend trop temps pour reprendre, et les deuxième, mon française et n'est pas très bien, donc je écrite mon petite texte en anglais, et peut-être c'est pourquoi je ne comprendre pas tous que vous avez écrite. Alors : First of all thank you for your response (and also thanks to Emmanuel Vallens who was kind enough to translate my text), and the comments you made. I agree with you that the core problem of the Transatlantic Alliance (if it still exists) is not so much the soft vs. the hard power. As you pointed out it is within the unity of the USA, and the disunited EU. You are also correct when you argue that the Europeans tend to be more legalistic than the USA, which, especially after 9/11, moved toward a more unilateralist approach, which not always, if ever, took supra-national institutions, such as UN, NATO etc., into account. As for the « simplicity » of my argument, that was due to the limited space available, but I am more than happy to clarify some of my points : The problem which occurred after 2003, and the division of Europe into « old » and « new », still exists today, and that is were the danger lies. It is true that the EU and the USA have different views of how to handle crises, but there has been a remarkable backlash against the neo-conservatives. Most notably Francis Fukuyama, who calls for a « realistic Wilsionianism », which would eventually lead back to the international institutions. However, one can hardly deny the ineffectiveness of e.g. the UN, it does not have a good record when it comes to dealing with « rogue states », Yugoslavia and the like. It is noteworthy however, and coming back to the missing legalistic motives of the USA, that the notion within the Bush administration, clearly moves towards a new multilateralism, and I think it would be a grave mistake for the EU as one, or its independent members (France and Germany especially, as the « Old Europe »), to not see these signals and make every effort possible to establish better relations, because some of the dangers are faced both by the EU and the USA, and they can only be addressed when their forces are combined. Dominik</p> Parlez doucement et frappez fort. 2006-06-02T13:10:38Z https://www.taurillon.org/Parlez-doucement-et-frappez-fort#comment619 2006-06-02T13:10:38Z <p>Je crois que cet article ne centre pas le véritable problème qui est à peine aborder. Ressasser sans cesse la thèse du soft power vs. hard power est quelque peu fatigant dans la mesure où cette thèse n'en est pas une, l'UE ou l'Europe n'ayant jamais fait sienne cette « doctrine » du soft power et les US n'ayant jamais fait leur celle du « hard power ». C'est une simple projection simplificatrice qui révèle de grandes approximations dans l'analyse actuelle des relations internationales. En effet, les causes de la puissance américaine et de l'impuissance européenne sont les mêmes : les US sont unis, peut être trop d'ailleurs, l'Europe désunie. Après, ce qui distingue une potentielle action extérieure européenne de l'action extérieure américaine c'est essentiellement le respect de la légalité, qui n'a rien à voir avec la question de l'usage de la force ou non, mais qui concerne le respect des règles internationales (qui prévoient aujourd'hui que la guerre est un moyen légitime pour résoudre certaines contreverses internationales). Sous cette angle, la distinction citée pour la énième fois dans cet article entre hard power américain et soft power européen est une formule qui en fait recouvre une réalité beaucoup plus crue et moins plaisante à entendre, notamment pour nos amis outre atlantique : l'illégalité américaine en matière de politique étrangère - le gouvernement US se fichant éperdument de la légalité internationale - s'oppose à la volonté européenne de respecter la légalité. Tout cela, comme le montre merveilleusement bien la guerre du golfe, légitime en 1990, illégal en 2000, n'a strictement rien à voir avec les moyens qui seront ensuite utilisé pour réaliser les objectifs. Ce que l'on peut donc espérer c'est effectivment que l'UE se dote d'une politique extérieure, ce qui signifie priver les Etats de la leur, et que cette politique, s'inspirant du principe de respect de la légalité, puisse efficacement limiter les conséquences des ecarts constants de l'administration américaine actuelle tout en dotant l'EU des moyens pour résoudre des dossiers qu'elle est aujorud'hui incapable de traiter. cordialement, David</p>