Editorial : Une semaine en ex-Yougoslavie. - commentaires Le Monténégro, un nouvel Etat en Europe 2006-07-31T20:11:10Z https://www.taurillon.org/Editorial-Une-semaine-en-ex-Yougoslavie#comment911 2006-07-31T20:11:10Z <p>Le 28 juin dernier (jour de la fête nationale serbe), le Monténégro ou ''Crna Gora'' (i. e : ''pays de la Montagne noire'') -Etat montagneux des Balkans de 670 000 habitants (capitale : Podgorica, anciennement Titograd)- est devenu le 192' Etat membre des Nations unies (Président : M. Filip Vujanovic ; PM : M. Milo Djukanovic).</p> <p>En effet, lors du référendum des 21 et 22 mai derniers (avec un taux de participation proche des 80%), 55,5% des Monténégrins s'étaient alors prononcés pour l'indépendance, presque immédiatement reconnue par Belgrade.</p> <p>Depuis 1992, le Monténégro formait avec la Serbie la « République fédérale de Yougoslavie » (RFY), rebaptisée « Serbie-et-Monténégro » (SCG) en 2003, suite à des accords bilatéraux passés sous l'égide de l'ONU et de l'UE en mai 2002. Il ne s'agissait là que d'un ''partenariat souple'' entre les deux entités, avec un Président, un Parlement, une diplomatie et une armée commune.</p> <p>Mais les tensions étaient quasi permanentes entre les deux parties et il n'y avait plus une seule fonction économique commune aux deux entités, ni drapeau, ni monnaie commune (la Serbie utilisant le dinar, mais le Monténégro utilisant l'euro). Un Etat ''provisoire'' dont il était admis d'entrée qu'il pourrait être dissous par référendum au bout de trois ans.</p> <p>Un ''antagonisme'' serbo-monténégrin qui prend ses racines dans l'histoire dans la mesure où ce petit Etat des Balkans (constitué dès le Moyen Age et internationalement reconnu au Congrès de Berlin de 1878) avait cependant été incorporé au « Royaume des Serbes et Slovènes et Croates » dès 1918, au prix de ''procédures irrégulières'' (ou en tout cas dénoncées comme telles par les partisans de l'indépendance...).</p> <p>Inaugurant là une longue période de mise sous tutelle de la part de la Serbie et de nostalgie de l'indépendance perdue, souvenirs difficiles dont le pays est aujourd'hui affranchi.</p> <p><strong>(Sources : Nombreux articles de la presse nationale et internationale des 20 et 22 mai 2006).</strong></p>