Comment le gaélique écossais peut-il européaniser la Grande-Bretagne - commentaires Comment le gaélique écossais peut-il européaniser la Grande-Bretagne 2018-09-26T09:52:07Z https://www.taurillon.org/comment-le-gaelique-ecossais-peut-il-europeaniser-la-grande-bretagne#comment23106 2018-09-26T09:52:07Z <p>Article très intéressant, toutes mes félicitations.</p> <p>Petite erreur cependant, le cornouaillais est un dialecte du breton. La langue des Cornouailles, c'est le cornique !</p> Comment le gaélique écossais peut-il européaniser la Grande-Bretagne 2018-01-25T20:37:39Z https://www.taurillon.org/comment-le-gaelique-ecossais-peut-il-europeaniser-la-grande-bretagne#comment22914 2018-01-25T20:37:39Z <p>Article intéressant, mais qui ressasse quand même quelques clichés sans trop se fatiguer. 1. La moitié des locuteurs du gaélique vivent dans les Lowlands. Si vous aviez consulté les données du référendum, vous le sauriez. On compte environ 10 000 locuteurs à Glasgow et 6000 à Édimbourg. Le gaélique n'est donc pas du tout « rare en dehors des îles de l'ouest », il suffit simplement de savoir frapper à la bonne porte : dans les grandes villes, essayez par exemple les universités ou les associations de musique traditionnelle. 2. Le gaélique ne vient pas de l'anglais. Inverness ne devient pas Inbhir Nis, c'est au contraire l'anglicisation phonétique (au demeurant dénuée de toute sémantique) du gaélique Inbhir Nis, qui lui signifie « embouchure du Nis », ce dernier étant un petit fleuve. Idem pour la plupart des autres noms gaéliques, comme Dùn Èideann ou Glaschu : ils existaient bien avant d'être anglicisés par des envahisseurs illettrés. Ne renversons pas les rôles : l'anglais est arrivé en Écosse APRÈS le gaélique. Et historiquement, ce ne sont pas les locuteurs de l'anglais qui ont été victimes des Highlands clearances.</p>