Macédoine : chroniques d’un nom explosif - commentaires Macédoine : chroniques d'un nom explosif 2018-02-08T13:29:39Z https://www.taurillon.org/macedoine-chroniques-d-un-nom-explosif#comment22927 2018-02-08T13:29:39Z <p>A noter que la Bulgarie dans le passé, a également fait savoir qu'elle s'opposerait à certains noms pour l'Arym, indiquant que cela pourrait encourager des revendications territoriales : <a href="http://www.balkaninsight.com/en/article/bulgaria-says-no-to-name-northern-macedonia" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">http://www.balkaninsight.com/en/article/bulgaria-says-no-to-name-northern-macedonia</a></p> Macédoine : chroniques d'un nom explosif 2018-02-06T22:43:41Z https://www.taurillon.org/macedoine-chroniques-d-un-nom-explosif#comment22924 2018-02-06T22:43:41Z <p>L'ancienne république Yougoslave slave de Macédoine est un état composé de slave et d'albanais. Il n'a jamais existé en tant qu'État, il est confronté à un problème de séparatisme albanais. Les revendications d'identité grecque de la Macédoine sont tout simplement un moyen d'unir un pays totalement divisé le gouvernement de skopje, dois dire nous ne sommes ni de « slave » ni des « albanais » mais des grec macédonien (sic). Problème ils ne sont pas grecques. Et les Grecs perçoivent cela naturellement comme une menace sur l'intégrité de leur pays. Car ils ont déjà subi une tentative d'annexion. On oublie que a la fin de la deuxième guerre mondiale, Tito maréchal de Yougoslavie avait encourager les communistes du nord de la Grèce à la révolte et les avait poussé Guerre contre à Athènes. Tito avait eu aussi utiliser l'argument de la « grande macédoine » de Thessalonique à skopje. Il est naturel que les Grecs aujourd'hui se sentent menacer par la dénomination de son voisin du nord.</p> Macédoine : chroniques d'un nom explosif 2018-02-06T07:19:52Z https://www.taurillon.org/macedoine-chroniques-d-un-nom-explosif#comment22921 2018-02-06T07:19:52Z <p>Article équilibré (et il est nécessaire d'être équilibré quand des Européens parlent d'un conflit entre Européens, donc bravo) mais je pense qu'il manque deux éléments :</p> <p>D'abord il n'y a pas d'unanimité en ARYM sur la définition de l'identité nationale ; voir ce débat très intéressant avec le premier Président de l'ARYM qui est pro bulgare et opposé aux thèses diffusées dans les livres scolaires de l'ARYM : <a href="https://m.youtube.com/?reload=7&rdm=31lw2m7cc#/watch?v=FKlkMw_AU5I" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">https://m.youtube.com/?reload=7&rdm=31lw2m7cc#/watch?v=FKlkMw_AU5I</a></p> <p>Ensuite, des extrémistes de l'ARYM revendiquent la « macédonité » c'est à dire pour eux la « slavité » de la région grecque de Macédoine et des cartes de la grande « Macédoine slave » incluant Thessalonique et le Nord de la Grèce circulent. C'est cette forme de menace asymétrique alliée au soutien affiché de la Turquie pour le maintien du nom « Macédoine » seul (réaffirmé récemment par Erdogan) qui alimente la crainte des Grecs. C'est donc plus une question d'identité ethnique et linguistique et de revendications territoriales un peu délirantes que de simple nom du Pays. Le mieux serait que chacun reconnaisse le caractère slave de l'identité « macédonienne » de l'ARYM et le caractère grec de l'identité « macédonienne » de la Grèce du nord en s'engageant par traité à ne remette en cause ni l'une ni l'autre pour apaiser toute crainte d'irrédentisme de part et d'autre.</p>