Vers un renouveau des relations franco-polonaises ?

, par Léo Allaire

Vers un renouveau des relations franco-polonaises ?
Le Président polonais Andrzej Duda, pour qui la France et la Pologne partagent de « nombreuses convergences ». Source : Wikimédia Commons

Le lundi 3 et le mardi 4 février 2020, Emmanuel Macron se rendait en Pologne pour sa première visite officielle, pleine d’enjeux pour les deux pays. En effet, les relations bilatérales entre la France et la Pologne se sont compliquées, notamment depuis l’arrivée du PiS (Prawo i Sprawiedliwość, Droit et Justice) au pouvoir en 2015. Entre inquiétudes polonaises sur le changement d’attitude de la France vis-à- vis de la Russie, froid diplomatique réciproque et inquiétudes françaises sur l’état de droit en Pologne et sur l’engagement du pays en Europe, la discussion promettait d’être riche.

Le président de la République a tenu à soigner sa venue en Pologne, notamment dans la continuité de sa ligne géopolitique concernent l’Est européen. Resté deux jours, celui-ci a multiplié les déplacements et les rencontres dans le pays. Ainsi, de Varsovie à Cracovie devant les étudiants, aussi bien que devant la communauté française de Pologne, Emmanuel Macron l’a martelé : la Pologne a toute sa place au sein de l’Union européenne. Le président avait en tête, lors de cette visite officielle, trois objectifs principaux : renouer les relations franco-polonaises, convaincre la Pologne, qui a voté seule contre les 27 l’objectif de neutralité carbone d’ici 2050, de s’engager pour le climat et enfin relancer le dialogue sur le dossier de la défense européenne.

Espace de dialogue renforcé

Ce voyage a incontestablement permis d’ouvrir un espace de dialogue renforcé entre les deux pays. En effet, si Emmanuel Macron a insisté sur la nécessité pour la Pologne de ne pas se couper de l’Europe (en référence à la réforme de la justice polonaise entre autres), le président français a surtout mis l’accent sur les coopérations possibles et à venir. Paris a rassuré Varsovie vis-à-vis de sa relation avec la Russie, affirmant que « la France n’est ni pro-russe, ni antirusse, mais pro-européenne ». Une clarification qu’il était utile d’apporter tant les Polonais craignent une éventuelle menace provenant de la Russie et du Kremlin.

Ce fut également l’occasion d’évoquer le projet d’Europe de la défense, qui était dans le programme d’Emmanuel Macron et de la République en Marche en 2017. L’objectif du président français est de rendre l’Union européenne plus indépendante en matière de défense, en créant une coopération poussée au niveau européen, ce qui implique par exemple l’harmonisation des systèmes de défense et des armements. Emmanuel Macron a en effet besoin de partenaires solides lors de la négociation du budget, qui se tient ces temps-ci, à Bruxelles pour soutenir cette idée. Or, avoir l’appui d’un pays comme la Pologne, notamment en raison de sa nouvelle place dans l’Union suite au retrait britannique, ferait avancer ce dossier.

Mais la défense n’était pas la seule thématique en discussion lors de ce voyage officiel. Le président de la République a également évoqué le dossier du changement climatique et de la transition énergétique. La Pologne est particulièrement concernée par ces problématiques. En effet, son modèle énergétique repose essentiellement sur le charbon, une ressource fortement émettrice en CO2. Organisatrice de la COP24, la Pologne s’est pourtant faite rappeler à l’ordre par l’UE sur ses objectifs climatiques. Emmanuel Macron a proposé au gouvernement polonais un meilleur fléchage des aides européennes vers la transition énergétique pour le pays.

Le président de la République n’est pas venu seul, et la délégation française comprenait non seulement des parlementaires et des membres de son gouvernement, mais aussi des chefs d’entreprises. L’aspect économique n’est pas à négliger et Andrzej Duda, le président polonais, a insisté sur le potentiel de développement de relations économiques qui représentent déjà 20 milliards d’euros par an.

Opération séduction

Un voyage important, mais pour quels résultats concrets ? Tout d’abord, la presse polonaise semble être sensible à l’opération séduction du président français et parle d’un tournant dans les relations franco-polonaises. Le président Andrzej Duda a souligné de nombreuses convergences entre la vision française et la vision polonaise sur la PAC et sur le contrôle des grands acteurs du numérique par exemple. Des programmes de coopération dans de nombreux domaines, notamment économiques et culturels, ont été signés.

Le président français a souligné la nécessité de s’engager sur une Europe de la défense, pour le changement climatique et a également rappelé qu’il appelait les pays ne respectant pas les valeurs européennes à choisir entre l’apport européen à leur budget et le non-respect des valeurs européennes. Référence ici aux réformes contestées qui rendent de plus en plus difficile l’indépendance de la justice en Pologne. Nous verrons dans les mois qui viennent si les promesses polonaises, françaises et européennes se sont concrétisées dans le budget de l’Union et en Pologne. Affaire à suivre, donc !

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom