1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Sur le Web

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 >

Derniers commentaires

  • Drames en Méditerranée : la politique européenne coupable

    3 mai 2015  17:24, par thomas

    Je ne suis pas juriste, ces débats de droit ne m’intéressent pas. La réponse qu’exige ce drame humain ne peut pas être un bidouillage institutionnel compris uniquement des détenteurs d’une licence de droit. Je préfère me poser de véritables questions politiques. L’article a le mérite de le faire, même si sur certains points, j’ai apporté des nuances (cf commentaire précédant). Les réponses concrètes dignes de ce que les européens prétendent être sont venues de certains Etats : hier l’Italie, avec l’opération Mare Nostrum, et aujourd’hui de la Grèce (extrémiste, paraît-il...), dont le gouvernement souhaite accorder l’asile aux migrants et a annoncé son souhait de fermer les ignobles camps de rétention « made in EU » gérés par Frontex. Ou est l’UE pour appuyer ces initiatives ? Même le commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a dénoncé le cynisme des politiques migratoires de l’UE...

    Alors, avant d’aller donner des leçons au monde entier, sous la bannière de l’universalisme des valeurs européennes, commençons par en être dignes et les concrétiser dans nos pays, ce sera déjà un bon début.

  • Drames en Méditerranée : la politique européenne coupable

    3 mai 2015  12:40, par Alexandre Marin

    « Dommage que l’hypocrite UE, toujours prompte à se poser comme garante des droits de l’Homme, ait contribué à mettre fin à l’opération en n’apportant qu’une aide limitée à l’Etat italien pour la conduire. »

    Les institutions de l’UE compétentes pour les questions d’immigration sont les institutions intergouvernementales, c’est-à-dire le conseil européen, qui regroupe les 28 chefs d’Etat et de gouvernement, et le conseil des ministres, qui regroupe les 28 ministres des affaires étrangères des Etats-membres de l’UE. Les décisions s’y prennent à l’unanimité.

    Donc là où vous voyez l’« hypocrite UE », je ne vois rien d’autre qu’un rassemblement de dirigeants nationaux représentant chacun leurs pays. C’est l’Europe des nations tels que chérie par les Eurosceptiques. Pour moi, les deux institutions aptes à représenter l’U.E sont la Commission et le Parlement européen. Or, en matière d’immigration, ils n’ont aucun moyen de contrainte sur les institutions intergouvernementales.

    Donc, c’est terriblement injuste d’accuser l’UE de ces drames pour la simple raison qu’elle n’a pas les compétences pour faire quoi que ce soit, ce sont les Etats qui décident à l’unanimité. Les seuls responsables de ces drames sont les Etats qui ont refusé de soutenir l’Italie, et qui refusent toujours de financer des programmes efficaces de sauvetage de migrants et de développer une politique d’immigration légale pour l’UE.

  • « Pour une Europe plus juste, neutralisons les sociétés écrans »

    2 mai 2015  22:29, par Xavier C.

    Ferghane tu as parfaitement raison. ;)

    C’est surprenant à quel point les libéraux peuvent partager certains constats et, parfois, certaines pistes, avec l’extrême gauche. Mais quand tu regardes les principes qui sous-tendent cette convergence, on se rend compte que ce n’est qu’une coïncidence.

    Quant aux libéraux utilitaristes, s’ils soutiennent la propriété intellectuelle (brevets en premier lieu), c’est qu’ils n’ont manifestement pas les bonnes données en main. La croyance que les brevets sont indispensable à l’innovation est tenace. On retrouve le même problème dès qu’on touche aux drogues : les croyances prennent le dessus sur les faits. Or les utilitaristes devraient, plus que tous les autres, être attachés aux faits.

  • Drames en Méditerranée : la politique européenne coupable

    2 mai 2015  15:17, par thomas

    Je ne pense pas que l’on puisse établir une culpabilité collective des Etats européens dans ce drame. L’Etat italien finançait un programme, Mare Nostrum, qui s’est révélé efficace dans le sauvetage des malheureux embarqués sur les « cimetières flottants ». Dommage que l’hypocrite UE, toujours prompte à se poser comme garante des droits de l’Homme, ait contribué à mettre fin à l’opération en n’apportant qu’une aide limitée à l’Etat italien pour la conduire.

    Je rejoins l’idée développée dans le paragraphe sur les politiques de développement. Cependant, je pense que l’article ignore le fait que certains Etats européens, plus que d’autres, contribuent à la déstabilisation des pays d’Afrique et du Moyen-Orient, et donc à l’augmentation exponentielle du nombre de réfugiés. Notamment la France, qui ne trouve rien de mieux à faire que de vendre des armes à des pays au coeur de zones de tensions (Egypte ou Inde) ainsi qu’à certains Etats dont le rôle dans leur espace régional et dans le développement du terrorisme international est trouble (Qatar et Arabie Saoudite). Le summum de la déstabilisation de ces régions par la France étant tout de même l’intervention guerrière brutale et meurtrière engagée par Sarkozy en mars 2011 qui a contribué à détruire les infrastructures du pays, laissant place à des groupes terroristes et des organisations criminelles en tout genre. Les guerres successives en Irak, auxquelles ont participé de nombreux Etats européens, ont grandement contribué également à nourrir l’afflux de réfugiés et à remplir les cimetières flottants de la Méditerranée.

    Si l’UE et les Etats qui la composent veulent mettre un terme à ce carnage qui a déjà fait plusieurs milliers de morts, il ne servira à rien de dénoncer l’immigration illégale et les passeurs mafieux. Il ne servira à rien non plus de bombarder les navires des passeurs quand ils sont vides (mêmes pleins, ce qui serait le comble de l’horreur, aucun des malheureux qui les remplissent ne reculerait à tenter sa chance, s’il estime que la vie qu’il avait dans son pays d’origine ne vaut pas d’être vécue). Pour mettre un terme à cette boucherie, il faut des changements politiques majeurs. D’abord, une réelle politique de paix : pas de vente d’armes dans des régions sous tensions ou en guerre, pas de coopération militaire avec des Etats qui jouent un rôle néfaste dans leur région, pas de participation aux coalitions diverses qui ravagent le Moyen-Orient depuis une vingtaine d’années et enfin pas de soutien à l’Etat criminel d’Israël qui a aussi une responsabilité immense dans les conflits qui enflamment le Proche-Orient. Deuxièmement, une réelle politique de coopération économique et sociale avec les pays en voie de développement ou encore sous-développés fondée sur le « gagnant-gagnant » et non plus sur le pillage des richesses, matérielles ou humaines, comme c’est le cas actuellement.

  • Faut-il donner à l’Union européenne le siège de membre permanent au Conseil de Sécurité de l’ONU ?

    2 mai 2015  12:07, par paracini

    il me semble que l’UE n’a pas « remplacé » ses états membres au sein de l’UE mais est représentée en tant que telle, ses états membres restant inscrits comme membre de l’OMC. non ?

  • La Belgique a retrouvé la frite !

    2 mai 2015  12:05, par Jean-Luc Lefèvre

    Je ne pense pas que cette démarche belgo-belge, bien que très appétissante, soit de nature à promouvoir l’intégration européenne. Sans doute est-elle de nature à nourrir la conviction de nos différences et de nos spécificités toutes nationales, et donc de caresser dans le sens du poil celles et ceux qui rêvent d’en revenir à des clichés éculés, mais qu’apporte-t-elle vraiment à des fédéralistes européens ? J’aurais préféré que l’on s’attarde plutôt sur le récent sommet - et oui, de petits pays peuvent en connaître ! - entre les chefs de gouvernement des trois pays du Benelux qui ont convenu d’approfondir leurs relations et de renforcer les synergies...Pionniers sincères de la construction européenne, ces états ont toujours la frite quand il s’agit de montrer à leurs homologues le chemin de la sagesse commune !

  • Europe de la défense : ne pas céder aux sirènes euro-hégémonistes

    30 avril 2015  16:45, par Nix

    « Mais d’une citoyenneté post-nationale à l’échelle d’un continent, la même qui existe déjà à l’échelle locale de nombreux pays qui ont ouvert le droit de vote des étrangers aux extra-communautaires »

    Une citoyenneté post-nationale ? Autant vider de toute substance l’idée même de citoyenneté. Voulez-vous donc la mort des États, et la mort des nations ?

  • Europe de la défense : ne pas céder aux sirènes euro-hégémonistes

    30 avril 2015  16:41, par Nix

    « Je me méfie de manière générale de l’armée. »

    Pourtant, l’armée vous protège, de fait. Et elle ne se méfie pas de vous, ni de votre anti-militarisme. Vous semblez vouloir vous rappeler des mauvais coups, et seulement des mauvais coups, tramés par des militaires dans le monde depuis 1900. Ces mauvais coups sont-ils l’apanage des militaires ? À l’évidence, non.

    Invoquer une « méfiance » à l’égard de l’armée en débitant une litanie des méfaits qu’on leur impute revient à reprocher aux Allemands leur période nazie. Pour parler poliment, c’est improductif.

  • Europe de la défense : ne pas céder aux sirènes euro-hégémonistes

    30 avril 2015  16:33, par Nix

    « La question se pose aussi pour l’intervention de l’armée française au Mali, quid des régions et conseils régionaux qui refusent cette intervention ? »

    Les régions ? Elles n’ont rien à dire en ce domaine. Aussi simple que ça.

  • « Pour une Europe plus juste, neutralisons les sociétés écrans »

    29 avril 2015 15:47, par Ferghane Azihari

    Hey Xavier. Quand je vois que l’extrême gauche est opposée à la propriété intellectuelle contrairement à certains « libéraux utilitaristes », il convient au contraire de détailler :D

  • Drames en Méditerranée : la politique européenne coupable

    29 avril 2015  15:23, par Guillaume Bucherer

    Haha j’ai bien senti le piège, mais c’est raté car je ne vais pas réagir. Promis.

  • Une mobilité européenne pour tous

    28 avril 2015 17:29, par Hervé Moritz

    Il est suggéré de le faire dans l’Union européenne parce que les structures ont déjà développer des cadres et des systèmes de bourses, cadres et systèmes à améliorer, pour gérer les personnes en mobilité dans l’espace européen. Il existe par exemple des Etats extracommunautaires partenaires du programme Erasmus, on peut aisément imaginer une mobilité possible dans ces pays aux conditions proches de celles d’une mobilité dans l’Union.

  • Une mobilité européenne pour tous

    28 avril 2015 17:25, par Hervé Moritz

    Ce n’est pas une obligation pour les individus mais bien pour les structures comme c’est expliqué dans le texte. Chaque structure d’accueil de jeunes doit proposer un projet de mobilité. C’est à cette condition que chaque jeune Européen pourra bénéficier d’une expérience de mobilité. C’est avant tout une mesure d’égal accès à la mobilité et non une mesure répressive. C’est d’ailleurs pourquoi, il n’y a pas de sanction.

  • « Pour une Europe plus juste, neutralisons les sociétés écrans »

    28 avril 2015  17:10, par Xavier C.

    @tnemessiacne

    Je suis minarchiste, terme qui a le mérite d’être très clair, contrairement à libertarien. Libertarien s’apparente tantôt à libéral classique, tantôt à anarcho-capitaliste.

    « On est bien à droite de l’échiquier politique. »

    - Front National, extrême-droite : plus d’État, moins de concurrence. Ce sont des anti-libéraux à tout point de vue (économie, moeurs).
    - UMP : plus d’État, moins de concurrence (dans les faits : entretien des privilèges, des rentes d’État, combat trop timoré pour les libertés économiques). Ce sont aussi des anti-libéraux, moins virulents que les frontistes certes et à peine plus ouverts sur les moeurs, en moyenne. On trouvera quelques centristes à l’UMP qui auront quelques points communs avec les libéraux.
    - Modem : ce sont les moins antilibéraux de l’échiquier politique français. Est-ce que ça en fait des libéraux pour autant ? Non.
    - PS : anti-libéraux, mais sur les moeurs il y a déjà plus d’affinités avec les libéraux... Dans de nombreux pays (Allemagne, Nouvelle-Zélande), ce sont les socialistes qui ont mené, avec succès, des politiques libérales.
    - Les Verts : anti-libéraux, mais certains aspects de leur programme, au niveau des institutions démocratiques, relèvent clairement de la démocratie libérale, de manière plus franche que l’UMP et le PS. Libéraux sur les moeurs. Mais au niveau économique c’est évidemment anti-libéral.
    - Extrême-gauche : inutile de détailler.

    Alors, où placez-vous les libéraux classiques, les libertariens, les minarchistes là-dedans ? Nulle part. Lisez les blogs et sites libéraux, vous verrez à quel point l’offre politique française ne leur convient pas. Les seuls qui s’y retrouvent un peu, ce sont les libéraux conservateurs (qui sont donc proches de l’UMP), mais l’écrasante majorité des libéraux qui ne sont pas de cette famille ne les considèrent pas comme des libéraux, mais juste comme des conservateurs utilitaristes sur les questions économiques.

    En fait on place par défaut le libéralisme à droite, parce qu’à gauche on trouve les communistes et marxistes, donc le plus parfait opposé au libéralisme. Mais ça n’a pas vraiment de sens. D’ailleurs faut commencer par définir ce qu’est droite et gauche et selon votre définition, un libéral peut sincèrement se trouver à gauche. Il y a par exemple le MLG, Mouvement des Libéraux de Gauche - je pourrai parfaitement y être, mais je n’aime pas cette idée de droite/gauche.

    En Amérique du Nord, "liberal" fait référence aux démocrates, qu’on peut éventuellement considérer comme des libéraux sur certaines questions (moeurs en particulier). Au Québec on a aussi le parti libéral... qui n’a de libéral que le nom. C’est assez dramatique cette confusion des termes.

  • « Pour une Europe plus juste, neutralisons les sociétés écrans »

    28 avril 2015  16:49, par Xavier C.

    @Bernard Giroud

    « n’a rien à craindre de la transparence »

    Je n’ai rien à cacher, donc je n’aurai pas à craindre que l’État me contraigne à être transparent ? Nous avons au contraire tout à craindre d’un État qui exige de nous la transparence... quand, en même temps, l’État se caractérise par une plus grande opacité.

    Ce n’est pas à nous d’être transparent, ce n’est pas à nous de prouver notre innocence. C’est à l’État d’être transparent (parce que nous le faisons vivre) et c’est à l’accusation de prouver la culpabilité. N’inversons pas les rôles.

    Mais il est vrai qu’en France, en matière de fiscalité, c’est déjà à la défense de prouver son innocence... On voit bien toutes les dérives que cela génère, sans régler aucun problème.

    « tentant d’absorber pour leur compte particulier, une part de plus en plus grande de nos efforts. » Très bonne définition de la bureaucratie. Car les autres profiteurs dont vous parlez ne vous contraignent pas d’acheter leurs services, ni de souscrire à leurs offres...

    Ce n’est pas parce que vous n’avez rien à cacher que rien ne vous sera jamais reproché. Quand on cherche, on trouve toujours.

  • Une mobilité européenne pour tous

    28 avril 2015  12:34, par El gaucho francés

    Proposition très intéressante. Cependant : _Si c’est non rémunéré par le privé,L’UE étant surendettée, comment on le finance ? vous avouez vous-même qu’il faudrait augmenter les budgets. _Si c’est rémunéré par le privé, j’ai fait une grande école d’ingénieur très cotée et même avec cela, j’ai eu du mal à trouver une expérience à l’étranger (hors de l’UE en plus). J’ai donc du mal à imaginer que toutes les personnes sans qualification arriveront à en trouver.

    Ensuite, pourquoi vouloir ce limiter à l’UE ? Faire cela au niveau mondial rendra plus facile de trouver des expériences internationales. D’ailleurs, la majorité des étudiants de grandes écoles, pour lesquels l’expérience internationale est indispensable pour obtenir leur diplôme, la font hors de l’UE et même quand c’est dans l’UE, c’est à cause de la mission ou du pays, ils n’en ont rien à faire de l’UE. Surtout, l’expérience internationale doit permettre, et j’en suis témoin, d’ouvrir les étudiants au monde, à apprendre à tavailler avec des cultures différentes. Le monde est vaste, je n’aime donc pas l’idée de vouloir les retenir dans le carcan de l’UE pour qu’ils se replient entre petits blancs.

  • Une mobilité européenne pour tous

    28 avril 2015  10:28, par shaft

    Imposer un séjour à l’étranger.? Et de quel droit ? Pour quelles sanctions ? Je croyais que l idée européenne reposait sur la liberté. Avec une telle idée je me réjouis d avoir plus de 25 ans.De plus je tiens à dire que ce groupe ne représente pas tous les jeunes seulement des jeunes politisés. Faire l europe à la schlague est contre productif

  • Les 28 adoptent un accord au rabais sur la crise humanitaire en Méditerranée

    26 avril 2015  19:25, par Julien223

    Peut-on s’attaquer au problème à la racine ? Dans quels cas et comment ?

    Nb : origine des demandeurs d’asile dans l’UE en 2014 - HCR

    Syrie : 121 000

    Kosovo et Serbie : 55 000

    Afghanistan : 38 000

    Érythrée : 36 000

    Pakistan : 21 000

    Nigeria : 19 000

    Albanie : 16 000

    Russie : 16 000

    Somalie : 15 000

    Iraq : 15 000

    Total : 571 000

  • « Pour une Europe plus juste, neutralisons les sociétés écrans »

    26 avril 2015  14:34, par tnemessiacne

    Ce sont des projets de réforme.

    Il m’a semblé que vous vous êtes défini comme libertarien.

    Et vous appelez souvent à la réduction des dépenses publiques. Au libre jeu de la concurrence.

    On est bien à droite de l’échiquier politique.

    Concernant le mammouth, remarque intéressante, les dépenses de l’Etat ont diminuées de 8% en 2011 et n’ont cessé d’augmenter entre 2007 et 2013.

    Sinon, bon, vous avez une curieuse manière de répondre aux compliments. Votre texte n’était pas tellement rationnel mais énergique.

  • « Pour une Europe plus juste, neutralisons les sociétés écrans »

    25 avril 2015  10:51, par Bernard Giroud

    Les talents qui contribuent au développement de la planète, (mieux vivre actuel, et sciences des mondes du futur) ne doivent pas être découragés ni trop limités et encadrés ; Celui qui travaille avec son équipe, au bon service d’une bonne suite, n’a rien à craindre de la transparence, sa recherche ses efforts sont le bénéfice de tous ; Au contraire, il gagne à être connus ; de même les moyens qu’il emploie.

    Ce sont les profiteurs, les menteurs de tous poils, paresseux et cancérigènes, détournant à leur compte personnels trop de flux financiers qui doivent être sous contrôle strict où combattus. Il s’agit de démaquer les travers, les asociaux, les actionnaires paresseux, les profiteurs embusqués, les espèces de rapaces, boursouflures parallèles du cops social et financier, tentant d’absorber pour leur compte particulier, une part de plus en plus grande de nos efforts.

    Reste à savoir quel filtre nous allons adopter pour juger de la plus ou moins grande pertinence des directions du développement. Mais tout cela peut se raisonner. On pourrait en effet affecter une valeur, un coefficient de priorité de pertinence, dans une échelle à déterminer, qui permettrait de commencer à réorienter de façon constructive, les talents et les richesses de la terre.

    Dans cet ordre d’idée, par exemple, une partie des réserves financières pétrolières ou minières seraient certainement bien employées à éradiquer l’obscurantisme ou qu’il soit ;

    La jeunesse, nous tous, avons besoin d’espérances libératrices, autant que faire se peut, accrochées à l’échelle de la raison ; Même les croyances, la foi, ont aussi besoin de cette échelle.

    Je m’associerai donc à cette ICE pertinente, et veut bien aider à ce qu’elle devienne loi.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Nos vidéos