Accueil > Fédéralisme > Les penseurs du fédéralisme européen > Henri Frenay et le fédéralisme de la Résistance (1941-1945)

Fédéralisme

Henri Frenay et le fédéralisme de la Résistance (1941-1945)

, par Ronan Blaise

On sait peu, dans les jeunes générations, que les principales grandes organisations fédéralistes d’aujourd’hui, comme l’UEF (i. e : « Union des Fédéralistes européens ») dans toute l’Europe, comme le MFE (i. e : « Movimento Federalista Européo ») en Italie ou comme le WFM-MFM (i. e : « World Federalist Mouvment - Mouvement Fédéraliste Mondial ») dans l’ensemble du monde, nées au lendemain de la seconde guerre mondiale, sont en fait issues la Résistance au nazisme et au fascisme.

Auteurs

  • Ancien Rédacteur en chef du Taurillon, ancien membre du bureau national et des « Jeunes Européens Rouen », Membre du Comité dé rédaction de Fédéchoses

Une époque du ’’fédéralisme de la Résistance’’ d’où ont émergées des personnalités remarquables parmi lesquelles on retrouve des gens comme Hans et Sophie Scholl (de la « Rose Blanche ») et le publiciste et historien Eugen Kogon pour l’Allemagne, Altiero Spinelli et Ernesto Rossi (fondateurs du MFE) pour l’Italie ou Henri Frenay, en France (co-fondateur de l’UEF, avec les deux précédants).

Une grande figure du fédéralisme de la Résistance

Henri Frenay (Lyon, 19 novembre 1905 ; Porto Vecchio, 6 août 1988) est un personnage historique du XXe siècle (de sensibilité initiale socialiste) connu pour (en novembre-décembre 1941), avoir été le fondateur du mouvement de résistance « Combat » (principal réseau de résistance affilié au CNR - « Conseil National de la Résistance » - en zone sud), pour avoir été, par la suite, membre du CFLN - « Comité Français de Libération Nationale » - à Alger (de novembre 1943 à la Libération) et pour avoir été ministre du général De Gaulle (comme « Ministre des Prisonniers, Déportés et Réfugiés ») ) dans les gouvernements provisoires de la Libération (entre novembre 1943 et novembre 1945).

Ce que l’on sait moins, c’est qu’avec l’italien Altiero Spinelli, Henri Frenay a été l’une des principales figures du fédéralisme de la Résistance (française) avant de militer activement pour l’Europe fédérale : dans le cadre du « Mouvement socialiste pour les Etats-Unis d’Europe » puis à la tête de l’UEF pendant près de dix ans (en 1945-1955) et, notamment (en 1952-1954), à l’occasion de la ’’bataille de la CED’’ (et pour la création, en parallèle et en complèment à cette même CED, d’une Communauté politique européenne démocratique et supranationale).

Un engagement fédéraliste européen qu’il allait exprimer à nouveau en soutenant, en 1984, le Projet de Traité instituant l’Union européenne adopté par le Parlement européen à l’instigation et sous l’impulsion d’Altiero Spinelli.

Issu d’une famille de militaire conservatrice, ayant fait ses études à Saint-Cyr puis à l’école de guere (d’où il sortira capitaine, promotion 1934), il sera fait prisonnier en juin 1940. Evadé, il rejoint alors la Résistance - où il publie des bulletins d’informations clandestins - et participe à la naissance et à la fondation du journal de la résistance « Combat » (qui tirera, dans la clandestinité, à plus de 100 000 exemplaires).

Une résistance non nationaliste et antinazie

Néanmoins sa Résistance ne sera jamais nationaliste ni anti-allemande : elle est déjà profondément européenne. En effet, démocrate et humaniste, il a très tôt (dès 1938-1939) perçu le caractère monstrueux, violent, oppresseur et totalitaire du national-socialisme.

Et tant il est clair que ce n’est pas l’Allemand (« avec lequel, après la libération, il faudra travailler à la construction d’une Europe libre et démocratique ») qu’il combat mais le nazisme (’’dernière incarnation de la folie de la grandeur germanique’’), tant il est clair qu’il souhaite que la victoire sur l’Allemagne nazie ne s’accompagne pas des erreurs revanchardes de 1918 (’’ce qui serait le germes de nouveaux drames et pourrait contraindre le peuple allemand à se révolter’’) et tant il est clair qu’il préconise alors que l’on donne également à l’Allemagne vaincue les moyens, après guerre, de vivre sans déchoir dans l’Europe de l’après-guerre et de se reconstruire dans l’unité et dans la démocratie.

En effet, dès 1942, dans le Manifeste fondateur du journal « Combat » (thèses qu’il développera à nouveau en mars 1944, à Alger, lors du premier Congrès non clandestin de « Combat »), il affirme la nécessité de la création d’Etats-Unis d’Europe : une Fédération européenne, une Europe unie sur le plan juridique, libre et démocratique, ouverte à tous les peupels européens, devant permettre d’assurer la paix, le propérité et devant permettre le progrès économique et l’avènement de la démocratie véritable.

Une Europe fédérale dans un monde uni

Une telle fédération européenne devant reposer sur l’abandon – par toutes les nations européennes, au profit de cette fédération – d’une part de leur souveraineté nationale (notamment dans le domaine militaire et dans le domaine de l’industrie lourde), sur l’abolition des frontières politiques et suirla disparition des conditions économiques qui provoquent les guerres. « Considérant qu’il est impossible de reconstruire une Europe unie, prospère, démocratique et pacifique sous la forme d’un assemblage d’Etats souverains, séparés par leurs frontières politiques et douanières ».

Une telle fédération devant alors, dans son esprit, pouvoir rendre possible la marche de tous les peuples de la terre vers une organisation fédérale du monde : les Etats-Unis d’Europe, une étape dans la voie de l’unité économique et politique d’un monde où le recours à la force devrait être rendu impossible. « Considérant qu’une Société des Nations, conçue comme une Ligue d’Etats souverains ne pourrait être qu’un leurre ».

En tout cas, il faut rappeler que – comme le montrent remarquablement bien les travaux de l’historien allemand Walter Lipgens (membre de l’ « Europa Union », section allemande de l’UEF) Henri Frenay ne fut pas le seul résistant européen à se prononcer pour la création d’une fédération européenne pour l’après guerre.

Puisque ce fut en fait le cas de la quasi totalité des Mouvements de la résistance non communiste, non seulement en France mais également dans toute l’Europe. Comme le rappelle les expériences allemande des jeunes Résistants du groupe de la Rose blanche et italienne du « Manifeste de Ventotène », autour d’Altiero Spinelli et d’Ernesto Rossi.

L’idée fédéraliste dans la Résistance française

D’après Lipgens, l’élaboration et la diffusion systématique des idées fédéralistes en France durant la seconde guerre mondiale a ainsi commencé simultanément en France, durant l’année 1942, au sein de trois groupes isolés : le groupe « Combat » constitué autour d’Henri Frenay (à Lyon), le groupe « Libérer et Fédérer » (en région toulousaine) dirigé par l’exilé italien (antifasciste) et ancien dparlementaire chrétien-démocrate Silvio Trentin (groupe où on retrouve des gens comme Jean Rous, Alexandre Marc et Vincent Auriol) et un troisième groupe, plus informel, constitué autour de Léon Blum, qui écrivit en 1941-1942 (depuis la prison de Riom où il est alors incarcéré) un mémoire sur la question intitulé « A l’échelle humaine » (conceptions fédéralistes par la suite reprises dans le programme socialiste de juillet 1943).

Trois groupes consituées de personnalités venues d’horizons divers (du chrétien-social Frenay au post-trotskiste Rous) qui ont pour idées convergentes que les résistances européennes -’’liens pour les unions de demain’’ - des pays libérés du fascisme et du nazisme devraient coordonner leurs actions d’après guerre et des lendemains immédiats de la Libération pour préparer les bases d’une fédération européenne (ou fédération des peuples européens) fondée sur la paix et la prospérité, premiers pas vers des fédérations régionales et continentales amenées à librement se lier dans le cadre de futurs Etats-Unis du monde dont les Etats-Unis d’Europe ne seraient qu’une étape.

Par la suite, d’autres groupes (ou périodiques) de la Résistance (comme « Franc-Tireur », « la Marseillaise », « Libération-nord », « Libération-sud », « Les Cahiers de Témoignage Chrétien », « Résistance », « Défense de la France », etc) allaient avoir l’occasion d’adopter et / ou de diffuser de semblables thèses fédéralistes. Ainsi, en juin 1944 allait être créé (à Lyon, à l’initiative de « Franc Tireur ») le « Comité français pour la fédération européenne » (CFFE) dont la déclaration fondatrice s’inspirait très largement du « Manifeste de Ventotène » de Rossi et Spinelli (document politique fondateur du fédéralisme européen, écrit en relégation par ces deux là – en 1941 - dans la prison fasciste située sur l’île italienne du même nom).

Lequel CFFE (où l’on retrouve alors des gens comme Albert Camus, André Malraux, Gilbert Zaksas, Jacques Baumel et Maurice Guérin) en relations suivies avec le MFE italien d’Altiero Spinelli depuis la « Déclaration des résistance européennes de Genève » de juillet 1944, organisera, en mars 1945, les rencontres fédéralistes de Paris, prémices à - quelques mois plus tard - la création du « Comité international pour la fédération européenne », future UEF...

Ainsi, revenir au Fédéralisme de la résistance et se repencher sur la personnalité d’Henri Frenay, c’est l’occasion d’effectuer là un retour aux sources du fédéralisme européen et mondial.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

P.-S.

Illustration :
- photographie d’Henry Frenay, issue du site Spartacus Educational.
- journal Combat, issu du site de la Préfecture du Gers
- Manifeste de Ventotene, couverture du Manifeste en vente sur Archimagazine

Sources :
- « Henri Frenay – de ’’Combat’’ à l’UEF » et « L’idée européenne et le fédéralisme dans la Résistance française », deux articles de Jean-Francis Billion et Jean-Luc Prével publiés dans « Le fédéralisme : de la Résistance à l’unité européenne » : Fascicule spécial publié par les Presses fédéralistes, en octobre 2000 (pp. 6 à 15).

- Henri Frenay, sa biographie, sa personnalité

- Son journal clandestin dans la Résistance « Combat »

- Le réseau « Combat » (en zone sud, le plus important des réseaux membre du CNR)

- Son rôle dans la Résistance (comme unificateur de la Résistance aux côtés de Jean Moulin)

- Son affiliation partisane à la Libération => UDSR : « Union démocratique et socialiste de la Résistance », avec le chrétien-démocrate (et breton) René Pleven et (pour un socialisme libéral et non marxiste) avec François Mitterrand.

- Sa place dans le CFLN

- Sa place dans le Gouvernement provisoire (GPRF) dès novembre 1943 (à Alger) et à la Libération (comme « Ministre des Prisonniers, Déportés et Réfugiés ») jusqu’en octobre-novembre 1945.

- Liens externes (biographie chronologique) et photographie

Vos commentaires

  • Le 25 août 2013 à 17:58, par Bernard DELADERRIERE En réponse à : Henri Frenay et le fédéralisme de la Résistance (1941-1945)

    Bravo, Ronan,, c’est passionnant ! J’aimerais pouvoir faire partager cet article à tous nos membres et aux auditeurs de notre émission « Parlons d’Avenir ! » (par un lien avec le « Taurillon » ?), et avec les destinataires de notre prochain Bulletin du ME76... Tu peux aussi venir en parler toi-même au micro :-) Bernard

  • Le 4 août 2015 à 09:37, par Frénay En réponse à : Henri Frenay et le fédéralisme de la Résistance (1941-1945)

    Merci pour votre article.vous avez le courage de ne pas nonobster et omettre le nom et les rôles importants que H. Frénay a pris dans la résistance intérieure et la construction de novo de l’ Europe et d’une Europe fédéraliste. Sauf erreur de ma part, H. F. , après avoir démissionné de l’armée frznçaise et être rentré en clandestinité, aurait bien été le premier initiateur des mouvements de résistance intérieure et de la propagande antinazie avec d’abord la diffusion de simples tracts puis la création de Combat. Il a effectivement été diffamé et suspecte d’avoir participé à l’ arrestation de Jean Moulin, lui même par ailleurs suspecte de cryoyocommunisle, entre autre faits. Vous dites "aux côtés de J. M. dépèché par C. De Gaulle, hors du territoire, pour Federer les mouvements de résistance intérieure. Mais la phrase pourrait aussi bien être tournée à l’ inverse, J. M. au cotes de H. F. . Car l’un sans l’autre ne pouvait pas aboutir. H. F. Avait immédiatement souscrit à l’ appel de CDG et s’ était mis à sa disposition pour coordonner l’ organisation de la libération de la France avec les forces alliées et l’armée régulière. H. F. avait su créer des liens avec les Américains et obtenir des financement pour les maquis qui manquaient d’ armement ; il semble que ces financements ne soient pas parvenus et que les maquis en furent affaiblis. Je voudrais bien avoir des éléments de réponse au fait constaté suivant : H. Frénay est presque constamment omis dans les livres d’histoire et l’enseignement de l’ éducation nationale pour ces 2 rôle majeurs, des médias lorsqu’ils parlent de la résistance intérieure et de l’ Europe, du discours des politiciens de la période post-après guèrre à nos jours ( A. Malraux, C. De Gaulle et sans doute d’autre parmi leurs contemporains le citaient). Ceux qui ont suivi, se prétendent de l’influence de C. De Gaulle dans ce qui a été nommé de façon doctrinale le gaullisme, on ne sait plus très bien par surl lien actuellement, ne citent pas ce précurseur, discret mais pas modeste, qui avenir décliné la proposition de rémunérations, marquent là son caractère désintéressé et un certain sens du patriotisme et de l’ honneur. Merci de me répondre si vous aviez des explications à ce fait troublant.

  • Le 4 août 2015 à 09:39, par Frénay En réponse à : Henri Frenay et le fédéralisme de la Résistance (1941-1945)

    Veuillez excuser les fautes d’orthographe. Notamment lire : cryptocommunisme entre autres. Merci.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom