Accueil > Opinions > Pour un Pacte européen local

Municipales 2008

Pour un Pacte européen local

Devenons des euro-électeurs... ... et élisons des euro-candidats !

, par Daniel Riot

Dans la perspective des élections municipales françaises de 2008, Relatio lance un appel pour que la dimension européenne soit pleinement prise ne compte dans les programmes et les engagements des candidats et des citoyens.

Auteurs

Mots-clés

Constats de base

« L’Europe n’est plus une affaire étrangère mais une affaire intérieure ». Elle doit devenir une affaire d’abord locale si l’on veut que la construction d’une Europe unie dans sa diversité ne soit pas perçue comme une mécanique technocratique subie mais comme une aventure politique qui mobilisent les citoyens soucieux d’être acteurs de leur présent et de leur futur.

L’identité européenne prend racine dans les terroirs et les villes d’Europe. La conscience européenne doit se développer à partir des collectivités locales et régionales. La citoyenneté ne se découpe en tranches entre le local, le régional,le national, l’européen et le global. En toute élection, nous sommes de plus en plus des euro-électeurs. Et les candidats se doivent d’être des euro-candidats aspirants à devenir des euro-élus. Ce qui est vrai pour l’écologie l’est pour l’ensemble des activités.

La dimension européenne doit constituer une chance de développement harmonieux pour les collectivités locales et régionales. L’Europe peut et doit être un accélérateur de dynamisme et un facteur d’un mieux vivre dans les villes, grandes et petites et dans les campagnes.

Il est INDISPENSABLE que les collectivités locales soient, dans le respect et les limites de leurs compétences, le premier terrain de formation, d’information, de communication sur les « affaires européennes ».

Qu’elles soient ainsi le premier relais des actions menées au niveau des institutions, des organisations et des agences européennes ainsi qu’à celui des gouvernements des États membres de l’Union européenne et du Conseil de l’Europe.

Et qu’elles soient les premières bénéficiaires des politiques communautaires, des confrontations européennes d’expériences nationales, des résolutions et recommandations des institutions et organisations européennes.

« L’Europe n’est pas qu’une affaire supranationale, mais elle est d’abord infra-nationale », Edgar Morin

Paix, prospérité, solidarité, emploi, consommation, environnement, modes de vie, culture, recherche, dynamisme et rayonnement des localités, mieux vivre, égalité hommes et femmes, vitalité de la démocratie à tous les niveaux... : chacun est directement concerné, du moindre bourg à la plus grande des villes. « L’Europe, c’est chez nous…Dans ma rue, mon quartier, ma ville, mon village… L’Europe, c’est moi, c’est vous, c’est nous… ».

Il n’y a pas une « Europe d’en haut et d’ailleurs », et une « Europe d’en bas et d’ici ».

L’Europe n’est pleinement elle-même que si elle se fait par « le meilleur ». Cette Europe là ne se construit pas qu’à Bruxelles, à Strasbourg, à Luxembourg, à Francfort et dans quelques « capitales » mais sur les terrains, donc les terroirs. C’est dans les villes et les villages que « l’Europe des gens », doit se VIVRE concrètement.

VIVRE l’Europe, c’est mieux connaître l’Europe pour mieux en tirer parti. C’est mieux exploiter ce que font, proposent et suggèrent les institutions européennes. C’est aussi inciter les gouvernements et les parlements à être davantage à l’écoute des "pouvoirs locaux"

Engagements

Nous souhaitons que les électeurs questionnent les candidats sur la place qu’ils accordent à la « dimension européenne » dans leurs programmes. Et que les candidats prennent une série d’engagements précis :

- Rendre l’information sur les institutions et les activités européennes très accessibles aux citoyens dans toutes les communes de France par le biais des services publics, des réseaux associatifs, des établissements scolaires et universitaires

- Tenir compte des résolutions, recommandations, directives et des campagnes de sensibilisation lancées par l’Union et du Conseil de l’Europe, dans les actions municipales qui seront entreprises.

- Appliquer dans sa lettre et son esprit la Charte sur la démocratie locale du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe, seul texte juridique existant à ce jour et les textes européens sur la vitalité démocratique locale

- Développer les jumelages, les échanges scolaires et universitaires, l’organisation de manifestations à caractère européen dans tous les secteurs, la promotion de l’apprentissage des langues, l’initiation à l’Europe dès les jardins d’enfants d’une façon ludique, l’organisation de débats et de conférences sur l’Europe, le soutiens aux associations et aux réseaux associatifs à caractère européens, des rubriques d’informations sur l’Europe pratique dans les journaux, les bulletins et les sites Internet municipaux

- Créer dans chaque ville, sous une forme adaptée à sa taille et à ses ambitions, un « conseil des affaires européennes ». Mis sur pieds par les Villes ou les Communautés de communes, ou les ententes communales, ces Conseils devront être ouverts à tous les citoyens de toutes tendances politiques jugées représentatifs de la « société civile ». Ces « Conseils » devraient veiller à l’information générale sur l’Europe et participer à des réflexions et à des actions sur l’européanisation de chaque localité et sur le rôle que chaque commune peut jouer en Europe.

Ces « conseils locaux des affaires européennes » devraient logiquement avoir des prolongements dans des Conseils régionaux et dans un « Conseil national des affaires européennes »… Aux élus locaux (surtout quand ils sont aussi parlementaires) de faire pression pour que ce Conseil national soit rapidement mis sur pieds afin que les politiques de la France en Europe gagnent en cohérence et en efficacité. Et soit ainsi plus conforme aux attentes des citoyens.

Ces actions locales devraient être soutenues par les institutions et organisations européennes et les gouvernements centraux des différents pays qui doivent trouver des financements indispensables à ces actions citoyennes d’information, de communication, de concertation. Et d’actions.

Liens privilégiés

Ce manifeste s’inspire directement des résolutions et recommandations faites par les instances européennes qui représentent les élus locaux et régionaux et notamment du Comité des Régions de l’Union européenne, du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe et de l’Association des Régions d’Europe (ARE), le Conseil des Communes d’Europe, le Comité des Régions d’Europe et au-delà de « l’Eurosphère », des « Cités et Gouvernements Unis ». il s’inspire aussi du programme de l’Union européenne pour une « Europe des citoyens » (2007-2013).

Voir en ligne : Pour voir le Pacte sur le site de Relatio

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

P.-S.

Illustration : visuel d’ouverture présenté sur le site de Relatio.

Vos commentaires

  • Le 4 mars 2008 à 13:47, par ? En réponse à : Pour un Pacte européen local

    Dommage de ne pas avoir soulevé l’idée d’une charte locale pour l’Europe plus tôt... Il est un peu tard pour faire le tour des locaux de campagne et des canards du coin... Du reste, la charte en question gagnerait à expliciter son contenu plutôt qu’à renvoyer à des textes peu connus. Peut-être que le Taurillon nous apportera quelques éclairages dans son prochain article ?

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom