Accueil > Associations > La voie vers une « Union fédérale d’États »

La voie vers une « Union fédérale d’États »

, par Gioventù Federalista Europea, Junge Europäische Föderalisten - Deutschland, Les Jeunes Européens - France

Les Jeunes Européens Fédéralistes d’Italie, d’Allemagne et de France apportent leur soutien à la déclaration commune des présidents des assemblées parlementaires italienne, française, allemande et luxembourgeoise en faveur d’une « Union fédérale d’États ».

Les Jeunes Européens Fédéralistes (JEF) sont conscients que l’Union européenne doit faire face à un grand nombre des défis grandissants. Cependant, l’Union européenne ne peut pas les traiter seule, elle a besoin du soutien de ses États membres. Les récentes crises nous ont montré qu’il était aujourd’hui encore possible d’affaiblir l’intégration européenne, remettant en cause ses institutions et tout particulièrement l’Union Économique et Monétaire.

Pour surmonter et empêcher ces situations à l’avenir, l’Union européenne doit être réformée en particulier ses pouvoirs et ses institutions. En outre, l’Union a terriblement besoin d’une politique publique efficace pour se rapprocher de ses citoyens et palier au manque d’intérêt européen vis-à-vis du processus d’intégration.

C’est pourquoi, la JEF France, la JEF Allemagne et la JEF Italie félicitent l’initiative d’une déclaration commune entre les présidents des assemblées parlementaires italienne, française, allemande et luxembourgeoise qui adhèrent au concept « d’une Union fédérale d’États » représentant les citoyens européens.

Bien que le titre de la déclaration - « une plus grande intégration européenne : la marche à suivre » - et en général le contenu du document n’est pas strictement fédéraliste, son message est extrêmement crucial, en particulier par rapport au moment historique que nous vivons.

Alors que l’Europe reste en stagnation économique et observe les tragédies migratoires dans une sorte de torpeur, laissant le monde au-delà de ses frontières s’embraser dans ses conflits, cette déclaration représente - sans aucun doute - un espoir pour les citoyens et les représentants de gouvernements européens responsables. Beaucoup de politiciens européens ignorent le problème ou, encore pire, réagissent à la crise systémique en reproduisant des attitudes nationales que nous espérions dépassées à l’issue du dernier conflit européen (la construction de murs en Hongrie ou l’octroi de numéros d’identification en République tchèque en sont quelques exemples).

Le texte de la déclaration montre le chemin, témoigne d’une lueur d’espoir face à ces comportements inhumains, prône l’idée d’une Europe de paix, des droits et de la démocratie. Le document rapporte non seulement que cet objectif est difficile à réaliser, mais met aussi en évidence les problèmes clés de la crise qui affectent notre union. Nous ne pouvons résoudre ni les problèmes économiques, ni la crise migratoire sans réformer la structure des institutions européennes et l’établissement d’une politique européenne commune pour l’économie, les Affaires étrangères et l’immigration. Les fédéralistes, qui sont trop souvent condamnés comme les « Cassandre des maux européens », pourraient finalement trouver de nouveaux interlocuteurs dans ce moment historique qui demande une action politique forte.

Nous soutenons et partageons l’appel formulé dans la déclaration des présidents de toutes les assemblées parlementaires des États membres de l’Union européenne. Il est important d’inclure tous les États membres dans le processus de nouvelle intégration et d’assurer que ce processus reste ouvert et inclusif.

Les Jeunes Européens Fédéralistes d’Italie ont rencontré Laura Boldrini, présidente italienne de la Chambre des députés.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

titre documents joints

Vos commentaires

  • Le 6 octobre 2015 à 17:33, par François MENNERAT En réponse à : La voie vers une « Union fédérale d’États »

    Fort bien ! Mais on la trouve où, cette déclaration ? Ce serait bien, aussi, de pouvoir se faire une opinion par soi-même.

  • Le 7 octobre 2015 à 12:48, par Hervé Moritz En réponse à : La voie vers une « Union fédérale d’États »

    En effet, la déclaration est à présent disponible en pdf dans la rubrique « documents joints ».

  • Le 8 octobre 2015 à 16:58, par François MENNERAT En réponse à : La voie vers une « Union fédérale d’États »

    Merci Hervé.

    Dommage que les présidents de chambres « basses » de seulement quatre États fondateurs l’aient signée. Les deux autres ont-ils été sollicités ? Qu’ont-ils répondu ? On ne nous le dit pas.

    C’est vrai que le mot « fédéralisme » n’est SURTOUT PAS prononcé. Mais le F-Word, c’est un gros mot... Déclaration pleine de bons sentiments, à défaut de bonnes intentions (dont l’enfer, dit-on, est pavé).

    « Une plus grande intégration politique – en ligne avec le principe de subsidiarité - est nécessaire... », certes ; mais quid de la « suppléance » ? Le fédéralisme, c’est les deux. À force d’invoquer sans cesse la subsidiarité, on n’ose plus parler des souverainetés à exercer à un plus niveau. Les parlements nationaux, c’est bien, mais à quoi bon élire des députés européens, si c’est pour s’appuyer d’abord sur les députés nationaux. À chacun son rôle. Au-delà du politiquement correct et du « Commission bashing », il y a là un point à clarifier.

    En fait, c’est un Sénat européen qu’il faut. Ouvrons ce débat, osons le fédéralisme !

    Fédéralistement vôtre.

  • Le 11 octobre 2015 à 09:54, par olivier billion En réponse à : La voie vers une « Union fédérale d’États »

    bravo : l’Europe avance, et va finalement avancer !

    - le fédéralisme n’est pas seulement dans les livres, mais il faut l’inventer et le faire vivre dans le vrai monde

    - tout est absolument juste dans cette déclaration d’intention, qu’il faut faire valider et contresigner au plus vite par les autres présidents d’assemblées nationales européennes

    - le fait que les instances nationales acceptent, voire réclament des transferts de souveraineté et s’engagent pour les réaliser, est indispensable pour vivifier le projet européen - une vraie implication des parlements nationaux n’enlèvera rien au parlement européen des peuples, mais complètera utilement la représentation démocratique de l’Union, qu’assument actuellement de manière excessive les gouvernements par le conseil et le conseil européen - ainsi mieux accepté par la population, le pouvoir de la commission sortira renforcé

    bon vent donc, à l’inventivité, à suivre attentivement...

  • Le 12 octobre 2015 à 17:33, par olivier billion En réponse à : La voie vers une « Union fédérale d’États »

    PLUS D’INTÉGRATION EUROPÉENNE, LE CHEMIN À PARCOURIR - Déclaration des 4 Présidents - Extraits

    Nous ... sommes convaincus qu’il faut donner un nouvel élan à l’intégration européenne ... nous nous engageons à contribuer à ce processus et à valoriser le rôle incontournable des Parlements

    ... Nous croyons que plus d’Europe, et non pas moins d’’Europe, est nécessaire ... Aucun pays européen ne peut défendre efficacement ses intérêts dans un monde globalisé ... en agissant seul

    ... Notre but commun est une Union européenne plus forte et plus intégrée, ainsi qu’il est affirmé dans le Traité sur l’Union européen ... Nous croyons qu’une plus grande intégration politique est nécessaire ... Il faudra du courage et du pragmatisme pour avancer vers un partage de souveraineté au niveau européen

    .. Le moment ... offre l’occasion d’avancer sur le chemin de l’intégration politique européenne, ... qui pourrait amener à « une union fédérale d’États »

    ... Il ne faudrait pas que le processus d’intégration en cours ... soit limité au domaine de la politique économique et financière, au marché intérieur et à la politique agricole ... Au contraire, il devrait inclure toute matière ayant trait à l’idéal européen, la dimension sociale et culturelle tout comme la politique étrangère, de sécurité et de défense

    ... les représentants des peuples dans les Parlements nationaux doivent ... expliquer plus clairement à leurs concitoyens ... comment les institutions européennes fonctionnent, et quelles sont les perspectives de l’Union à moyen et long terme

    ... Nous croyons qu’il faut renforcer l’Union économique et monétaire (UEM) et sa dimension sociale ... nous devons ... compléter l’UEM, en créant une véritable union financière et fiscale, ... renforcer les institutions qui la supervisent ... assurer une responsabilité et une légitimité démocratique authentiques ... de la zone euro Il faut plus ... (intégrer) la dimension sociale à tous les niveaux du cadre de gouvernance de l’UEM Par conséquent, nous saluons ... l’initiative commune des 5 Présidents ... ayant pour objet la réforme de l’UEM

    ... il faudrait poursuivre le transfert de plus de pouvoirs aux institutions de l’UE

    ... un rôle élargi des Parlements nationaux dans la prise de décision de l’UE s’avère nécessaire ... tous les Parlements nationaux des États membres de l’UE ont une contribution à apporter et jouent un rôle de premier plan ... d’autres événements ... pourraient être organisés pour ... lancer un débat autour de propositions concrètes visant à renforcer l’Union ... à partir de la prochaine Conférence des Présidents des Parlements de l’Union européenne ... en mai 2016

    La présente Déclaration est ouverte à la signature des Présidents de toutes les assemblées parlementaires des États membres de l’UE

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom