Accueil > Culture & Histoire > Quand les artistes s’engagent pour la cause des réfugiés

Quand les artistes s’engagent pour la cause des réfugiés

, par Sophyen Laacheb

A chaque été, sa crise ! Voilà ce qu’on pourrait penser de l’Union européenne. En effet, à la crise grecque de l’été dernier succède le résultat du référendum britannique sur le « Brexit ». Il y a toutefois une crise qui reste constante dans l’actualité européenne, c’est la crise des réfugiés. Les derniers chiffres sont consternants puisque le seuil des 65 millions de réfugiés dans le monde a été atteint. C’est, à titre de comparaison, l’ensemble de la population française. Et cette situation inspire de nombreux artistes.

Ai Weiwei a orné les colonnes du Konzerthaus de Berlin des gilets de sauvetage des migrants arrivés sur l’île de Lesbos. - NWY69 (CC/Flickr)

Auteurs

  • Membre des Jeunes Européens - Strasbourg, étudiant en histoire, il a participé au développement en local du programme pédagogique Europe par les Jeunes.

Ces hommes, femmes et enfants obligés de quitter leur foyer cristallisent des réactions variées dans les pays d’accueil. Outre la franche hostilité dont ils sont victimes par des individus appartenant à l’extrême droite, une partie des populations font preuve de solidarité comme un écho aux valeurs européennes. En effet, croire que la solution doit uniquement venir de la classe politique est une erreur ; la société civile à un rôle important à jouer. Certains artistes l’ont bien compris et se sont engagés pour les réfugiés. Coup de projecteur sur quatre de ces artistes mondialement connu et leurs actions : JR, Ai Weiwei, M.I.A et Alicia Keys.

Portraits de réfugiés

JR, artiste urbain français ayant obtenu la bourse TED récompensant des projets avec une vision « à même de changer le monde », a mis en oeuvre son projet participatif « Inside Out » où les individus désireux de diffuser un message tirent leur portrait en grand format. Soutenu par le projet, le photographe Mark Henley a fait le portrait de 50 réfugiés pour réaliser une fresque exposée en plein Genève en mars dernier.

JR lui-même n’est pas à son coup d’essai puisqu’il s’est servi d’un lieu emblématique de l’immigration américaine, Ellis Island, pour commenter l’actualité à travers le prisme artistique et mémoriel. Accompagné de Robert De Niro, qui devient la voix des fantômes des immigrés recherchant leur salut aux Etats-Unis, JR nous permet de faire un parallèle saisissant avec la crise des réfugiés que nous vivons actuellement et les crises passées dans son court-métrage « Ellis ».

Des gilets de sauvetage au Konzerthaus de Berlin

Autre artiste d’envergure engagé pour la cause des réfugiés, Ai Weiwei. Ce dernier est depuis le début de la crise des réfugiés très actif pour dénoncer le sort des migrants qui traversent la Méditerranée.

Il s’est rendu sur l’île de Lesbos, en Grèce, pour rencontrer les migrants et de ses rencontres sont sorties des œuvres saisissantes. Ainsi, il a recouvert de 14 000 gilets de sauvetage le Konzerthaus de Berlin en février. Ces gilets de sauvetage ont tous appartenu aux migrants arrivés sur l’île de Lesbos. Son compte Instagram, est une source édifiante pour tous ceux qui veulent en savoir plus sur le sort des réfugiés car il publie régulièrement ses rencontres et son travail.

Clips engagés

L’engagement pour la cause des réfugiés est également visible dans le monde musical avec deux figures emblématiques qui ont affiché leur soutien, M.I.A et Alicia Keys. M.I.A, artiste britannique d’origine sri-lankaise, s’est ouvertement engagée pour les réfugiés avec son clip « Borders » où elle met en scène le périple des réfugiés s’échouant sur les côtes européennes.

Son engagement lui a valu de nombreuses critiques et d’être retirée du line-up du prochain festival Afropunk. Moins virulente que sa consœur, Alicia Keys s’est également engagée avec la récente mise en ligne du court-métrage « Let me in ». Dans ce court-métrage, elle joue une femme forcée de fuir avec sa famille une Californie ravagée par les combats forçant les Américains à chercher refuge au Mexique. Ce court-métrage nous rappelle que les premières victimes des déplacements de population sont les femmes et les enfants.

Ces artistes mettant leur notoriété au service de la cause des réfugiés ne sont que la face visible d’une solidarité entretenue par les actions quotidiennes d’associations et de particuliers pour un meilleur accueil des réfugiés.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

P.-S.

Cet article a été publié dans notre édition strasbourgeoise, le Taurillon en Flam’s.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom