Accueil > Actualités > Sauvons Presseurop d’une suppression inadmissible !

Sauvons Presseurop d’une suppression inadmissible !

, par La Rédaction du Taurillon, Presseurop

Le site Presseurope devrait être fermé le 22 décembre suite à la fin de son contrat avec la Commission européenne. Il s’agit du seul site d’information indépendante réellement européen. Alors que tout le monde prévoit des élections européennes marquées par l’indifférence et l’ignorance, détruire l’un des rares acteur visant à créer un espace public européen est inadmissible. Le Taurillon publie par solidarité le communiqué de Presseurop. Afin de soutenir vous ici Presseurop, vous trouverez ici une pétition. N’hésitez pas à la signer et la partager !

Auteurs

Dans trois semaines, Presseurop devrait s’arrêter. Notre contrat avec la Commission européenne, qui finance notre site, s’arrête le 22 décembre et la Direction générale de la Communication, qui dépend de la vice-présidente Viviane Reding, nous a fait savoir qu’elle ne compte pas poursuivre le projet. Elle invoque des raisons budgétaires.

Le Parlement européen a pourtant voté une augmentation du budget de l’UE pour 2014 afin d’attribuer à la Commission des ressources financières supplémentaires pour les projets médias, dont Presseurop fait partie. La Commission semble préférer les consacrer à d’autres initiatives. Privés de ce financement, nous serons contraints de cesser notre travail.

Depuis son lancement en 2009, à l’initiative de la Commission, Presseurop s’est imposé comme l’un des tous premiers sites d’information indépendants sur l’Union européenne. Chaque jour, ses lecteurs peuvent lire le meilleur de la presse européenne et internationale, traduit en dix langues, partager et commenter ses contenus. Une communauté s’est ainsi créée, véritable embryon de citoyenneté européenne, qui a fait vivre le débat d’opinion autour de l’Europe grâce à sa plateforme de discussion multilingue unique. Pour les titres de presse et les journalistes, les intellectuels et les spécialistes — plus de 1 700 à ce jour — dont nous avons publié les articles, Presseurop a représenté un moyen d’élargir leur audience au-delà de leur frontières linguistiques.

Nous regrettons que la Commission européenne, à quelques mois des prochaines élections européennes, qui s’annoncent cruciales pour l’avenir de l’UE, souhaite clore cette expérience, même si elle est très appréciée à la fois des lecteurs, des spécialistes des affaires européennes et des journalistes. Elle avait pourtant été encouragée à la poursuivre par une évaluation indépendante. Elle a préféré suivre une autre voie, quitte à priver les citoyens européens d’un précieux outil de participation à la vie démocratique de l’Union.

Cet espace commun ne doit pas disparaître. Vous, sans lesquels nous n’aurions pas pu accomplir ce travail, pouvez nous soutenir en relayant cet appel, afin que la Commission européenne continue de soutenir Presseurop en 2014.

Voir en ligne : Article original

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

Vos commentaires

  • Le 3 décembre 2013 à 17:30, par Xavier C. En réponse à : Sauvons Presseurop d’une suppression inadmissible !

    En quoi Presseurop est-il un site indépendant étant donné qu’il est financé apparemment à 100% par un organisme politique ?

    Si Presseurop est si apprécié par ses lecteurs, des spécialistes des affaires européennes et des journalistes, pourquoi ne pas proposer un service payant ?

    Là ça en ferait vraiment un site indépendant.

    Un média financé par un organisme politique, tout en étant un outil de « participation à la vie démocratique de l’Union », n’est-ce pas un outil de propagande ?

    Voulons-nous que l’Europe reprenne les recettes, même édulcorées, de certaines entités totalitaires ? -> Financer des organismes qui servent des intérêts politiques.

    En tant que fédéralistes, ne devrions-nous pas être irréprochables sur ces questions ?

    Soutenir le financement public de PressEurop, c’est tendre la joue pour s’en prendre une de la part des eurosceptiques. Et pour le coup ce serait mérité.

  • Le 3 décembre 2013 à 20:37, par Aurélien Brouillet En réponse à : Sauvons Presseurop d’une suppression inadmissible !

    Le financement par un état d’un média de communication n’est pas nouvelle. France télévision en est le meilleur exemple. Il existe un service public en la matière. Le public doit être informé de la manière la plus objective possible afin de faire vivre le débat démocratique. Je préfère voir un organisme public financer un journal plutôt que des lobbies politiques ou économiques comme on peut le voir un peu partout dans le monde.

    Supprimer purement et simplement un service qui relève de l’intérêt général : la création et l’animation d’un espace public européen n’est absolument pas la solution à de possible question de financement.

    Enfin, je vous invite à lire attentivement les conclusions du rapport de Delloite, organisme indépendant privé, qui ne remettent à aucun moment l’indépendance du site.

  • Le 3 décembre 2013 à 21:35, par Christian BESNAULT En réponse à : Sauvons Presseurop d’une suppression inadmissible !

    A mon sens, le meilleur de PressEurope ne se trouve pas dans les articles qui sont publiés chaque jour sur le site. Ce ne sont que des reprises de papiers publiés dans les grands quotidiens nationaux, que quelques heureux locuteurs de quelques langues ont le plaisir de pouvoir lire en VO dans leur quotidien préféré. Ce journalisme n’est pas (encore) en danger.

    Le meilleur de presse Europe se cache. Se dissimule en bas de page. Dans un espace de dialogue unique, où l’on peut voir des citoyens européens s’invectiver par delà la barrière de la langue. Je n’ai pas connaissance de beaucoup d’autres espaces démocratiques rassemblant autant de langues et ressemblant autant à Babel. Il serait dommage de voir disparaître ce creuset où l’opinion publique européenne naissante cultive sa diversité.

    La commission européenne, défend l’intérêt général de l’UE. PressEurop est un site intéressant, dont le contenu concerne généralement un grand nombre de citoyens européens. En quoi la commission européenne défend-elle l’intérêt général de l’UE en le fermant ?

    Qui plus est juste avant les élections ! Ce serait une promesse électorale, s’entend encore, mais maintenant ? Il appartiendra à la prochain commission de décider d’éventuelles économies budgétaire, et pourquoi pas sur le dos de PressEurope, si la légitimité démocratique est là.

    Cependant, je souhaite dire à ceux qui veulent sauver ce média : aide-toi, et peut-être que le ciel t’aidera, mais la commission ne le fera pas. Lancez une souscription auprès de vos lecteurs ! Changez le format pour obtenir des financements publicitaires ! Sollicitez les médias dont vous reprenez les articles ! Car à n’en pas douter, vous leur rendez un fier service en élargissant leur audience.

    Sur ce, je m’en vais de ce pas signer la pétition !

  • Le 4 décembre 2013 à 11:39, par Aurélien Brouillet En réponse à : Sauvons Presseurop d’une suppression inadmissible !

    Retrouvez par ailleurs un article intéressant sur le sujet ici : http://www.observatoiredesmedias.com/2013/12/03/pourquoi-la-commssion-tue-la-presse-europeenne/

  • Le 5 décembre 2013 à 01:51, par Xavier C. En réponse à : Sauvons Presseurop d’une suppression inadmissible !

    Oulala Aurélien Brouillet, quel contre-argument de choc : il y a France Télévision. Ah ! Bon. Alors comment nous avons France Télévision, et il est clair qu’on ne pourrait vivre sans eux et qu’ils sont indispensables à la démocratie, alors il nous faut un média financé par l’Europe.

    Quelle touchante naïveté que de lire que l’État qui finance un média c’est une garantie d’indépendance. Regardez donc en France, entre les médias d’État et les autres, à peu près tous subventionnés par l’État, on peut dire que la presse française manque cruellement d’objectivité et d’indépendance ! D’ailleurs il suffit de lire la presse étrangère pour constater l’affligeant niveau français.

    Si vous n’aimez pas les médias financés par des lobbys, c’est votre problème, ne les lisez pas ! Ne les écoutez pas ! Et ne payez pas pour !

    Moi je n’aime pas France Télévision et je suis obligé de les financer avec la contribution audiovisuelle ! Comme je n’aime pas la plupart des médias français qui sont pourtant en partie financés par les impôts des citoyens...

    Pourquoi auriez-vous le choix et pas moi ?

    Christian Besnault a parfaitement raison, je le cite : « Cependant, je souhaite dire à ceux qui veulent sauver ce média : aide-toi, et peut-être que le ciel t’aidera, mais la commission ne le fera pas. Lancez une souscription auprès de vos lecteurs ! Changez le format pour obtenir des financements publicitaires ! Sollicitez les médias dont vous reprenez les articles ! »

    Fondamentalement, on s’en fiche pas mal que PressEurop soit bon ou pas, indépendant ou pas : ce n’est pas au contribuable de payer, c’est au consommateur ! Vous voulez défendre PressEurope ? Très bien, faites un chèque et retirez vos mains de mes poches.

    Merci.

  • Le 5 décembre 2013 à 13:19, par Aurélien Brouillet En réponse à : Sauvons Presseurop d’une suppression inadmissible !

    Bonjour

    Il ne s’agit pas d’un argument mais d’un exemple.

    Nous sommes face à un débat « traditionnel » gauche/droite sur le rôle des services publics, l’un d’entre eux étant à mon sens l’information.

    Au delà de ces questions, Presseurop est la première pierre permettant de construire un véritable espace public européen. Le Taurillon essaye lui aussi de faire vivre un débat véritablement européen mais nous ne sommes malheureusement pas professionnel et le nombres de langues disponibles le montre bien Il est nécessaire de garder le seul service qui propose une place pour le débat européen.

    Sur la question du financement, il peut être intéressant, effectivement de trouver un autre modèle (le rapport Delloite que je vous ai déjà conseillé de lire offre quelques pistes) mais l’arrêt pur et simple du site à quelques mois des élections ne peut pas offrir un plus mauvais signe à nos concitoyens.

  • Le 5 décembre 2013 à 19:07, par Xavier C. En réponse à : Sauvons Presseurop d’une suppression inadmissible !

    Je n’ai rien contre PressEurop et sa mission. C’est d’ailleurs une saine initiative que de traduire autant d’articles dans autant de langues. C’est vraiment très bien.

    Mais, je vais me répéter, ce n’est pas à l’État, qu’il soit local, national ou européen, de financer ces initiatives.

    Encore une fois : utilisez votre chéquier et retirez vos mains de mes poches. Je leur ferai un chèque si je le veux, je ne souhaite pas être contraint de le faire. C’est ça la démocratie, aussi.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom