Ex-Yougoslavie : ligne de fracture en Bosnie-Herzégovine

, par Arthur Molt, Théo Boucart

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [français]

Ex-Yougoslavie : ligne de fracture en Bosnie-Herzégovine
Graphisme : Arthur Molt, Image : „Westbalkan : Inkrafttreten des SAA“ wiki / CC BY-SA 2.5 Und flickr / CC

En Bosnie-Herzégovine les vieux conflits menacent de réapparaître au grand jour. Les hommes politiques nationalistes instrumentalisent l’histoire au lieu d’avancer sur la réconciliation dans ce pays qui a connu la guerre civile. Pendant ce temps, de nombreux jeunes entrevoient leur avenir dans l’Union européenne.

« Si l’Union Européenne s’effondre, il y aura une guerre en ex-Yougoslavie ». C’est avec ces mots que le Président de la Commission Européenne, Jean-Claude Juncker, a répondu au nouveau gouvernement américain qui spéculait sur le départ d’autres pays membres. L’Union européenne ne peut pas laisser seuls des pays comme la Bosnie-Herzégovine, la République serbe de Bosnie, la Macédoine ou l’Albanie a prévenu M. Juncker début mars dans un entretien au Financial Times.

Le fait que M. Juncker nomme explicitement la République serbe de Bosnie – la région de Bosnie-Herzégovine peuplée de Serbes – en dit long sur la menace concrète des tensions ethniques dans les Balkans. Dans le système fédéral complexe du pays, la République serbe de Bosnie est une région autonome avec son propre chef d’État. Le Président actuel, Milorad Dodik, attise depuis longtemps les tensions entre les groupes ethniques.

Dodik s’est retrouvé dernièrement au centre d’une polémique due à l’organisation d’un jour férié le 9 janvier dernier dans la partie serbe du pays. La Cour constitutionnelle de Bosnie-Herzégovine avait exigé le report de cette fête. La raison officielle invoquée par cette dernière était que le jour de la Saint Étienne, vénéré par les Orthodoxes, discriminerait les musulmans et les catholiques. Une véritable bombe politique se cache cependant derrière cette explication car c’est le 9 janvier 1992 que les Serbes de Bosnie firent sécession, déclenchant la guerre de Bosnie, la plus sanglante des guerres de Yougoslavie. Le Président Dodik ne s’est pas laissé impressionner par la décision de la Cour constitutionnelle et a convoqué en République serbe de Bosnie un référendum en septembre 2016 sur la date controversée.

Ce n’est pas la première fois que Milorad Dodik politise la population serbe avec un référendum. Déjà en 2015 son parti en prévoyait un sur la « dissolution pacifique » de la Bosnie-Herzégovine et l’indépendance de la République serbe de Bosnie pour 2018. Le souhait ouvertement exprimé de cette sécession suscitait déjà à l’époque la crainte que l’accord de paix, conclu avec difficulté en 1995, ne soit en danger. Sans équivoque également est la déclaration de Dodik sur le massacre de Srebrenica, pour qui le fait de parler d’un génocide est un « mensonge ». Les partenaires européens n’ont jusqu’à présent rien trouvé de mieux que de secouer la tête en signe de désapprobation face à ce comportement.

L’Union Européenne est le principal – et le seul – investisseur en Bosnie-Herzégovine, à hauteur de 3.5 milliards d’euros depuis 1996. Jusqu’en 2000 la priorité était donnée à l’aide humanitaire dans ce pays ravagé par la guerre. Depuis la signature en 2008 d’un accord de stabilisation et d’association, la Bosnie-Herzégovine bénéficie de l’instrument d’aide de préadhésion (IAP). Les fonds sont alloués dans plusieurs domaines qui doivent être réformés en vue d’une adhésion à l’Union européenne. Depuis 2014, 165.8 millions d’euros ont été consacrés au renforcement de la démocratie et de la gouvernance, de l’état de droit (« rule of law ») et des droits fondamentaux, de la concurrence et de l’innovation ainsi que de l’éducation, de l’emploi et de la politique sociale.

En Bosnie-Herzégovine, l’administration opaque facilite la corruption et les détournements de fonds. Des inquiétudes qui concernent également les aides aux infrastructures de bailleurs de fonds comme l’Union européenne. Après l’inondation catastrophique de 2014, des doutes sont apparus quant à l’utilisation de l’aide internationale. Un groupe d’ONG locales a étudié le versement de cette aide par les institutions gouvernementales et n’a récolté des informations suffisantes que pour 54% des fonds. Sur l’utilisation de ces derniers, on constate en revanche une meilleure transparence des organisations internationales par rapport aux institutions publiques bosniaques.

La même année, des manifestations ont éclaté pour protester contre l’absence de réformes et une situation sociale intenable. En 2016 le taux de chômage dans le pays s’élevait à 26% et avec plus de 67% de jeunes sans emploi, la Bosnie-Herzégovine a établi un triste record sur la liste de la banque mondiale, quand bien même une grande partie de la population travaille dans l’économie parallèle.

Une demande d’adhésion à l’Union européenne a été faite par le gouvernement bosniaque le 15 février 2015 mais une issue favorable reste hypothétique en raison d’un nombre important de problèmes sans solution et de véritables velléités séparatistes dans le pays. Il est pourtant urgent de développer des aides structurelles efficaces pour améliorer la situation économique et sociale, d’autant plus que les jeunes bosniaques bien formés se sont déjà tournés vers l’Europe et le font savoir avec leurs pieds. Selon les estimations, plus de 80 000 personnes ont quitté le pays vers l’Union européenne depuis 2013.

Commenter cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom