Interview : Découvrez les organisateurs de la première simulation d’Europe fédérale !

, par Les Jeunes Européens - Strasbourg

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Interview : Découvrez les organisateurs de la première simulation d'Europe fédérale !

Du 11 au 16 juin, la première simulation d’une Union européenne fédérale aura lieu à Strasbourg et Ortenberg. Le Taurillon a rencontré les responsables du projet, Sonja Rentz et Clément Maury, afin de saisir l’esprit de ce projet unique.

Tout d’abord, pourriez-vous nous expliquer en quelques mots ce qu’est exactement le Y-FED ?

Sonja Rentz : Le Y-FED est une simulation qui met en pratique une proposition de réforme des institutions de l’Union européenne. Les participants à cette simulation auront la possibilité de découvrir ce que serait la structure et le fonctionnement d’un projet européen plus intégré. Ils pourront également échanger avec des experts et des décideurs politiques sur leur l’idée d’une fédération européenne et discuter de la mise en œuvre d’une telle idée.

Clément Maury : Cet événement est également un test d’une fédération européenne. Même si nous sommes pro-européens, nous devons admettre que l’Union européenne dans son état actuel n’est pas parfaite, loin de là. Mais que serait-elle si elle devenait plus intégrée ? Serait-elle enfin capable de trouver des solutions à des crises majeures ? C’est ce que nous voulons prouver avec ce projet.

D’où vient l’idée de ce projet ?

Sonja Rentz : L’idée de ce projet est venue après que nous ayons organisé la Convention européenne de la Jeunesse en mars 2017. Lors de cet événement, nous avons rassemblé 150 responsables d’organisations de jeunesse de toute l’Europe au Parlement européen, afin d’écrire une Constitution Citoyenne pour l’Europe. Cette constitution propose une refondation du projet européen, en réformant ses institutions.

La Convention et ses propositions ont été un grand succès et nous avons même eu l’occasion de la présenter au Président du Parlement européen, Antonio Tajani. Cependant, nous avons réalisé que tous ces discussions sur la manière de réformer l’Union européenne sont souvent très abstraites, et inaccessibles pour les jeunes citoyens. Par conséquent, nous avons voulu mettre les propositions de la Convention européenne de la jeunesse en pratique, en organisant le Y-FED.

Clément Maury : C’est aussi l’occasion d’éclairer le débat sur le fédéralisme. Même dans nos organisations pro-européennes, nous disons simplement que nous sommes fédéralistes et c’est tout. Mais qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Voulons-nous un modèle allemand ? Un modèle américain ? Autre chose ? Dans mon pays, [la France], beaucoup de gens, même parmi les militants pro-européens, font encore la confusion entre une Union européenne fédérale et une Union européenne intégrée de manière centralisée. Le fédéralisme n’est pas évident en soi, pas plus que le modèle d’une fédération européenne.

En quoi cette simulation diffère-t-elle des simulations classiques de l’Union européenne ?

Sonja Rentz : Les simulations classiques de l’Union européenne visent à accroître la compréhension des participants au fonctionnement du processus législatif de l’Union européenne actuelle. Dans notre cas, notre simulation d’une Europe fédérale poursuit un double objectif : d’une part, nous voulons permettre aux jeunes de comprendre comment une révision des traités pourrait transformer les institutions de l’Union européenne. De l’autre, nous cherchons à tester la capacité d’une Fédération européenne à relever les défis auxquels notre Union est actuellement confrontée. Ainsi, dans la deuxième partie de la simulation, les participants seront confrontés à une crise et nous verrons s’ils parviennent à trouver une solution pour répondre à celle-ci.

Qu’est-ce qu’une Europe fédérale ?

Sonja Rentz : Personnellement, je dirais que c’est la réponse à beaucoup de défis dans l’avenir. Une Europe fédérale est le résultat d’une intégration plus poussée de l’Union européenne actuelle, où le niveau européen peut interagir plus directement avec les autorités locales ou les individus. Comment y parvenir concrètement reste pour moi une question ouverte. Toutefois pour ce projet, nous avons choisi de reprendre les propositions qui ont été adoptées par la Convention Européenne de la Jeunesse, propositions qui ont été approuvées par des jeunes citoyens venants de toute l’Europe.Cependant, nous sommes conscients de la diversité des propositions pour une fédération européenne, d’où l’idée d’en tester une première version.

Clément Maury : Selon moi, le fédéralisme est la seule solution crédible en tant que prochaine étape de l’intégration européenne, simplement parce qu’aucune alternative n’est à la hauteur. Le centralisme français n’est pas adapté à la grande diversité politique et sociale en Europe. Les modèles intergouvernementaux peuvent apporter temporairement des innovations mais sont inefficaces lorsque vous devez prendre décisions courageuses. Le fédéralisme européen signifie plus de démocratie grâce au principe de subsidiarité et plus de souveraineté grâce aux institutions efficaces basées sur des intérêts communs.

Quel est l’objectif de ce projet, quel impact voudriez-vous voir ?

Clément Maury : Cette simulation vise à apporter une contribution forte et structurée au débat sur les institutions européennes. Pour cela, notre modèle de simulation doit être aussi réaliste que possible afin que ses résultats puissent prouver les avantages escomptés d’une fédéralisation par rapport à l’Union européenne actuelle. Et si les participants ne trouvaient pas de solution, cela signifierait simplement que le système imaginé pendant la Convention européenne de la jeunesse peut être améliorée ... mais je ne pense pas que nous puissions faire pire que le Conseil européen concernant les migrations. Nous allons évaluer avec sincérité et expertise les résultats et les diffuser à grande échelle.

Sonja Rentz : Le Y-FED a lieu deux semaines après les élections européennes, lorsque les débats sur l’avenir de l’UE seront très présents. C’est à ce moment que le nouveau Parlement se construira, et ce sera le moment de plaider en faveur d’une réforme de l’Europe. Notre proposition est ambitieuse, mais c’est aussi une déclaration claire pour la direction vers laquelle nous voulons que l’Union européenne aille. Avec une forte participation de la société civile à ce projet, nous voulons montrer que la poursuite de l’intégration européenne n’est pas seulement discutée par des experts, mais que les citoyens européens veulent expérimenter cette réforme et veulent échanger avec les décideurs sur une mise en œuvre concrète.

Une question pratique : qui peut candidater à cette simulation ?

Clément Maury : Toute personne âgée de 16 à 35 ans qui s’intéresse à la manière dont une fédération européenne pourrait fonctionner ! Tout simplement en postulant sur le site web : www.y-fed.eu Vous n’avez pas besoin d’être membre d’une organisation de jeunesse européenne ou d’être un expert !

Merci pour votre temps !

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom