« Je suis fermement convaincu que l’économie et l’écologie sont compatibles »

, par Théo Boucart

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [français]

« Je suis fermement convaincu que l'économie et l'écologie sont compatibles »
Dr Danyal Bayaz. Crédit : Stefan Kaminski

A l’occasion de la conférence des « German – French Young Leaders » qui s’est tenu du 31 mai au 3 juin, Le Taurillon a rencontré le député au Bundestag Danyal Bayaz, du parti écologiste « Bündnis 90 / Die Grünen ». Danyal Bayaz est membre de la commission des finances ainsi que membre adjoint des commissions du budget et du numérique. Au sein de « Bündnis 90 / Die Grünen », il est également chargé des start ups.

Le Taurillon (LT) : Comment décririez-vous la politique européenne dans les domaines de l’énergie et de l’environnement ? Quels sont les défis les plus importants ?

Danyal Bayaz (DB) : Je crois qu’avec l’Accord de Paris sur la protection du climat nous avons accompli un réel pas en avant, contraignant. Néanmoins, nous voyons maintenant que des économies importantes comme les États-Unis ont quitté cet accord. La région allemande du Bade-Wurtemberg et la Californie ont montré avec l’accord « Under2MOU » que l’échelon régional pouvait avancer sans l’échelon national. Dans le même temps, il y a aussi des pays en Europe, surtout l’Allemagne, qui ralentissent leur dynamique. L’Allemagne a été pendant longtemps la pionnière dans la transition énergétique et les attentes en nous étaient très élevées. Après la sortie des Verts du gouvernement (en 2005, ndt), nous avons perdu de l’avance. Cela a beaucoup à voir avec la politique de la « Grande Coalition » (la coalition de la CSU-CSU de centre droit et du SPD de centre-gauche, ndt) et aussi particulièrement avec la coalition « noire-jaune » (la coalition de la CDU-CSU et des libéraux du FDP, ndt) entre 2009 et 2013.

Je pense que nous devons bien réfléchir en Europe à comment réussir une transition énergétique européenne. Emmanuel Macron a parlé d’une union du climat. Il ne s’agit pas seulement de la transition énergétique mais aussi de la conservation de la vie sur notre planète. Il s’agit de la bonne utilisation des ressources, de nouvelles formes de mobilité, d’une nouvelle façon de produire de la chaleur. Je viens du Bade-Wurtemberg où nous avons beaucoup d’entreprises et d’industries traditionnelles qu’il faut adapter aux nouvelles réalités économiques et sociales.

LT : L’approvisionnement énergétique de la France repose en grande partie sur le nucléaire qui représente environ 75% du mix électrique. Dans le même temps, l’Allemagne veut sortir totalement du nucléaire d’ici 2022. Le nucléaire est-elle une source d’énergie durable ou au moins provisoire ?

DB : Je pense que le débat en Allemagne est très différent par rapport à ce qu’il est en France. Cela a des raisons historiques. Je suis membre de Bündnis 90 / Die Grünen et je n’ai jamais été un fan du nucléaire. Dans ma circonscription, à Phillipsbourg, il y a une centrale nucléaire qui est encore en service jusqu’en 2021. Nous avons amorcé la sortie du nucléaire mais les Français voient les choses autrement. Nous le respectons mais nous le critiquons aussi. Il y a en effet une vieille centrale nucléaire à la frontière franco-allemande, à Fessenheim, et certains citoyens français et allemands sont inquiets de possibles problèmes ou accidents.

Je crois que nous avons besoin de nous accorder ensemble sur le fait que le nucléaire n’est absolument pas une technologie d’avenir. C’est aussi un appel pour construire une vraie politique européenne de l’énergie qui encourage le développement des énergies renouvelables et du stockage. Le stockage est en effet la prochaine grande étape. C’est pourquoi nous avons besoin d’une plus forte coopération franco-allemande.

LT : Concernant justement le stockage d’énergie renouvelables et de coopération avec d’autres pays européens, il y a beaucoup de pays d’Europe centrale et orientale qui sont plutôt sceptiques par rapport à la transition énergétique. La Pologne et la République tchèque produisent une grande partie de leur électricité à partir de charbon. Une sortie de cette énergie signifierait des destructions d’emplois. Dans quelle mesure la transition énergétique peut-elle contribuer au redressement économique ?

DB : Je suis fermement convaincu que l’économie et l’écologie sont compatibles, que l’économie durable, c’est l’avenir. Nous voyons aussi des progrès dans la régulation. Il y a beaucoup d’économies qui pensent à abandonner les moteurs à essence. La Chine est en train d’introduire des quotas de voitures électriques. Si nous n’offrons pas les produits dont le marché aura besoin à l’avenir, c’est un problème pour l’économie. Il est donc décisif pour la régulation de proposer des produits durables. Venons-en maintenant au problème que vous avez évoqué. Dans d’autres pays, la production d’énergie repose sur des technologies fossiles, mais je dois dire aussi qu’en Allemagne, il y a certaines régions où beaucoup de gens (environ 60 000) travaillent dans des mines de charbon. C’est donc un enjeu d’emploi et de sécurité sociale. La transition énergétique peut être perçue comme une menace pour ces travailleurs. Nous devons mettre en place des mesures sociales pour qu’ils ne voient pas la transition énergétique comme une menace existentielle. C’est aussi le cas dans l’industrie automobile. Nous avons un débat intense sur une interdiction de circuler à cause des particules fines et du dioxyde d’azote dans des villes comme Stuttgart, la capitale de ma région. Ce débat est nécessaire car il s’agit d’améliorer la qualité de vie et d’accompagner les transformations sociales.

De ce fait, nous avons besoin d’engager un dialogue fructueux avec les pays de l’Est parce que nous devons construire le futur : un futur qui protège le vivant et qui offre également des opportunités.

LT : Retour en Allemagne. Est-il possible de sortir du nucléaire et du charbon en même temps ? Ne serait-ce pas trop pour l’économie ?

DB : Je n’ai pas cette impression. Nous sommes en train de sortir du nucléaire et nous y arrivons bien, même si l’énergie nucléaire n’a jamais eu la même importance qu’elle a dans d’autres pays. La prochaine grande étape est la sortie du charbon. A mon avis, une sortie totale du charbon n’est actuellement pas faisable, mais je pense que nous devons l’initier : faire un premier pas vers la sortie. Nous devons élaborer une vraie stratégie pour sortir du charbon car nous avons beaucoup de vieilles centrales à charbon qui sont encore en service. Pendant les négociations de la coalition « jamaïcaine » (entre la CDU-CSU, le FDP et les Verts, ndt), nous avons négocié de bonnes choses. Nous voulions réellement initier la sortie du charbon, le premier pas est souvent le plus dur, mais ensuite ça va. C’était notre objectif. La Grande Coalition l’a abandonné, même si elle a mis en place une commission pour le charbon. Je suis impatient de voir les propositions de cette commission, mais tout de même, je me demande pourquoi nous avons besoin d’une commission ? Le charbon n’est pas une solution durable si nous voulons atteindre nos objectifs climatiques contraignants. Vous parlez d’économie. En tant que membre des Verts, j’ai rarement autant vu de soutien du monde économique pour une sortie du charbon. Le secteur des télécommunications, du transport ferroviaire, la majorité de la société et même certains énergéticiens y sont favorables.

LT : Puisque vous parlez du rôle de l’entreprise, quelle est selon vous la catégorie d’entreprise la plus à même d’appliquer la transition énergétique ? Est-ce que ce sont les start-ups, les PME ou les grandes entreprises ?

DB : C’est une question passionnante parce que je suis convaincu que nous avons besoin de toutes les entreprises. La transition énergétique doit être décentralisée, c’est pourquoi nous avons besoin des coopératives citoyennes. Il faut citer le très bel exemple des « Schönauer Stromrebellen », une petite communauté qui veut mettre la transition énergétique dans les mains des citoyens. Pour réussir la transition énergétique, nous avons aussi besoin de grandes centrales électriques avec leurs ressources et de plus petites entreprises avec leurs idées innovantes.

Le plus important est cependant un bon cadre de régulation. Je ne suis pas satisfait avec la politique de la Grande Coalition. On doit aussi penser aux infrastructures. Il y a en Allemagne beaucoup d’éoliennes offshore au Nord, mais nous avons besoin du courant au Sud, en Bavière ou dans le Bade-Wurtemberg, où se situent les industries. Il y a là un enjeu de sécurité d’approvisionnement. Les citoyens des différentes régions doivent de plus être impliqués.

LT : Une dernière question sur l’amendement en 2016 de la loi sur les énergies renouvelables (EEG). Qu’en pensez-vous ? Est-ce une victoire ou une défaite pour une transition énergétique citoyenne ?

DB : Je crois que nous n’avons pas rendu service à la transition énergétique. Au contraire, nous avons freiné la transition énergétique qui était sur une bonne voie. La loi sur les énergies renouvelables était certainement l’une des lois économiques les plus géniales de ces vingt dernières années. Elle a été souvent copiée dans le monde entier. Une réforme était nécessaire mais l’amendement de la Grande Coalition est décevant. Je souhaiterais plus de mécanismes de marché dans d’autres domaines comme une taxe carbone dont le coût externe serait internalisé dans le prix. Cela favoriserait la compétition pour plus d’innovation.

LT : Monsieur Bayaz, merci beaucoup pour cette interview !

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom