• « Die Deutschland-Illusion »

    Aujourd'hui, par Théo Girard

    C’est un livre qui fait grand bruit en Allemagne : L’Illusion allemande. Pourquoi nous surestimons notre économie et avons besoin de l’Europe. Ecrit par Marcel Fratzscher, un ancien de la Banque centrale européenne et proche du ministre de l’économie Sigmar Gabriel, il dénonce l’illusion selon laquelle l’Allemagne pourrait rester prospère en ne changeant rien, qu’elle n’a pas besoin des pays de la zone euro et que ces derniers jalousent les fruits de sa production.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Sur le Web

1 2 3 4 5 6 7 8 9 >

Derniers commentaires

  • Commémorer 1914-1918 : une arme à double tranchant

    15 octobre 2014  10:03, par Jean-Luc Lefèvre

    Ces commémorations ne me satisfont pas en effet, bien que je sois historien de formation et je rejoins ici l’opinion de M. VOLPI. Cent ans après les faits, douloureux - 20 000 civils et militaires tués, disparus et mutilés par jour entre 1914 et 1918- , les commémorations s’inscrivent partout dans la même perspective égocentrique que celle qui a conduit à la déflagration. Partout, l’accent sur le soldat, sur ses souffrances...comme si chaque nation avait le monopole de son deuil. Dans le même temps, la mémoire des CIVILS emportés dans le conflit est largement occultée. Je suis actuellement sur les traces de ces civils déportés par l’occupant entre mars et mai 1917 dans la région du Condroz en Belgique. Ils venaient du Pas - de - Calais, de la Somme, de l’Aisne, de l’Oise...Près de trois mille dans un village de 1 500 habitants jusqu’en 1919...Qui s’en souvient ? qui fait l’effort de s’en souvenir ? Que je sache, ce n’est pas récupérer les commémorations que de vouloir échapper à la pesanteur nationale en esquissant, à l’heure des exodes kurdes et autres, une mémoire transnationale !!! Pour se prémunir des abus de nos instances politiques confinées et claquemurées dans des frontières...Freghane a raison : aucun sens à cette guerre, sinon pour les seuls qui en valent la peine : nos arrière grands-parents !

  • Commémorer 1914-1918 : une arme à double tranchant

    15 octobre 2014 02:18, par Ferghane Azihari

    Pouvez-vous nous expliquer le « sens » de cette guerre ? J’avoue que là, j’ai du mal.

  • Commémorer 1914-1918 : une arme à double tranchant

    14 octobre 2014  21:11, par Shaft

    La Première Guerre Mondiale a donné naissance à la Société des Nations pas à l’Union Européenne qui est une construction entamée après la Seconde. On ne peut pas appliquer le regard d’aujourd’hui sur la Grande Guerre car l’idée européenne n’ existait pas à l’époque. Appliquer le filtre européen sur ces évènnements provoque un brouillage du message des commémorations et le sens de cette guerre

    Respectons l’objectivité des faits en ne leur faisant pas dire ce qu’ils n’ont jamais dit

  • Pourquoi les journaux télévisés ne parlent pas de la nouvelle Commission

    14 octobre 2014  20:41, par catherine

    je relis aujourd’hui, un mois et plus plus tard, et me dis qu’il y a plein d’excellentes suggestions dans ce texte, j’espère que le président de la COmmission va vous lire ou bien que vous allez lui écrire !!!!

  • Commémorer 1914-1918 : une arme à double tranchant

    14 octobre 2014  18:50, par François Mennerat

    Je penche plutôt en faveur de l’opinion exprimée par Shaft. Telles qu’elles sont organisées, ces commémorations sont terriblement ambiguës. Le 25 décembre prochain, oserons-nous commémorer les fraternisations de Noël 1914 ? Ça, au moins, cela aurait une tonalité positive. Mais rappeler la souffrance, les carnages, cela ne mène pas forcément à la paix. Cela risque plutôt d’attiser les ressentiments, car c’est toujours la faute des autres. Et rappeler les héroïsmes individuels ou collectifs (?) non plus, car cela flatte la fierté... nationale. Contrairement à ce que nous voulons croire, une majorité de Français est encore anti-allemande. Tentez l’expérience : écoutez les propos de comptoir ou les conversations lors des réunions familiales. Il faut encore beaucoup de doigté pour désarmer ces munitions enfouies. Pour faire accepter sereinement l’exercice en commun de certaines souverainetés « régaliennes », combien de générations faudra-t-il ? Sans même parler des couacs de sa mise en œuvre, beaucoup récusent l’idée même d’une monnaie unique. Et même, ils comptent encore en francs, comme les invitent encore, 12 ans après, de nombreux tickets de caisse. C’était à l’Europe d’organiser ces commémorations, pas à la France ou aux autres États. Allez, mieux vaut regarder le présent et se tourner vers l’avenir. Nous y trouvons beaucoup de raisons de construire et d’espérer.

  • Commémorer 1914-1918 : une arme à double tranchant

    14 octobre 2014 01:47, par Hervé Moritz

    Les événements commémorés sont à l’origine de la construction européenne, qui s’est construite face à ces barbaries. L’Europe, en tant qu’idée, et ceux qui la pensent d’une façon ou d’une autre ont leur place dans ces commémorations, dont le message doit être pacifique, fraternel et européen, et non nationaliste ou belliciste.

  • Commémorer 1914-1918 : une arme à double tranchant

    13 octobre 2014  10:13, par shaft

    Il ne s agit que d une commémoration d un conflit sanglant. L Union européenne n est pas concernée par des manifestations patriotiques. De grâce que les pro européens ne viennent pas faire de la récupération politique surtout là où ils ne sont pas invites

  • Vers une Union régionale en Asie orientale ?

    10 octobre 2014  14:13, par xuan

    "le berceau de la riziculture asiatique, situé dans le Hunan, en Chine centrale (et non pas dans le Yunnan, dans le sud du pays, comme on le croyait encore jusque là...), s’était - il y a quelques six mille ans - constitué autour de la variété du riz dénommée... « japonica »"

    Ce passage est bête. Le nom savant de la variété de riz japonica de l’espèce Oryza sativa (ou riz domestique asiatique) a été donné par les botanistes occidentaux aux 18-19eme siècles pour la distingué morphologiquement de l’autre grande variété domestique asiatique indica selon des conceptions d’origines géographiques maintenant largement infirmés par la science. (L’origine de la plante Oryza remonte au Gondwana.) La domestication d’Oryza sativa quant à elle s’est produite d’abord dans le sud de la Chine, et les pratiques rizicoles inventées sur le continent dans les cultures des sites tels que ceux de Chengtoushan ou de Caoxieshan, avant d’arrivé au Japon à l’époque Yayoi.

  • Andrus Ansip, un commissaire pour la cyber-Europe

    10 octobre 2014  11:58, par Kolkoleos

    Après avoir lu cet article il me semble risible de croire aux vertus auto-correctrices du libéralisme quand l’on voit les contradictions de fonds sur les problèmes cruciaux relatifs à la Révolution Numériques et la Société de l’Information.

    Un statut d’e-resident est vide de sens, au surplus européen, puisque le protocole TCP/IP ne donne que par exception les adresses géographiques des utilisateurs. Cette division ne vaut pas l’effort soit d’un nouveau protocole soit d’un web-tracking liberticide et est in fine inutile. Inutile car ce statut ne saurait en rien protéger efficacement les données personnelles et inutile car un règlement européen qui devrait sortir fin 2014 va normalement régler le problème des données personnelles et notamment grâce au droit à l’oubli numérique et à la mobilité des données.

    Au surplus, il me paraît tout simplement absurde de prétendre protéger les données personnelles et de se faire le fer de lance de la démocratie - à l’instar de M. Ansip - et dans le même temps d’avoir soutenu ACTA qui est le projet le plus liberticide au niveau des libertés numériques qui n’ai jamais vu le jour en Europe. ACTA était un pur produit libéral, qui, par un tour de force rhétorique, a essayé de faire croire que les intérêts des industries se fondaient aux intérêts du peuple et donc de la démocratie. Le problème a été un problème de fond, désolé M. Ansip, car je me souviens bien d’avoir entendu le peuple s’insurger contre ce tissu de lois policières servant les classes dominantes.

    Ces atrocités montrent bien la vision qu’a Ansip du libéralisme : La sécurité de la minorité doit passer par le sacrifice de la liberté de la majorité.

  • L’Hôpital franco-espagnol de Puijçerda, un exemple de coopération européenne ?

    10 octobre 2014  10:58, par nospelle

    nospelle.michel@gmail.com

  • L’Europe des Etats a-t-elle déséquilibré la Commission Juncker ?

    9 octobre 2014  23:27, par GIRAUD jean-guy

    La décision du Conseil européen de ne pas appliquer la règle relative à la réduction du nombre des commissaires a été prise lors de sa réunion du 22 mai 2013 . L’article 17§5 du Traité de Lisbonne lui permettait en effet de décider - à l’unanimité - de « ne pas modifier le nombre des commissaires ». La promesse faite inconsidérément au gouvernement irlandais (à la veille de son 2ème referendum sur le Traité de Lisbonne) a été ainsi respectée. Aucun État membre, aucune Institution (pas même le PE) n’a réagi - pas plus que les associations pro-européennes. Si la commission des affaires européennes prenait le soin d’analyser cette question, elle s’apercevrait que celle-ci constitue la clé permettant l’émergence d’un véritable gouvernement européen. JGG

  • Commission européenne : La coalition vole en éclat

    8 octobre 2014  19:57, par shaft

    Regardez a qui sont attribués les postes importants à des Allemands de la CDU ou à des alliés liberaux. Maintenant il vrai que la position de Merkel s affaiblit grâce à la BCE mais son intransigeance et en partie responsable de la situation qui est la notre

  • Défense européenne : soixante ans de retard

    8 octobre 2014  18:40, par Lame

    Je pense que l’auteur de l’article ne contestera pas l’efficacité de l’organisation militaire des USA. Celle-ci est fondée sur une forme de fédéralisme militaire :
    - Les Etats conservent leurs armées nationales qui sont des ressources en temps de troubles et une garantie supplémentaire contre un éventuel putsch militaire à l’échelon fédéral.
    - L’Etat fédéral est doté de son armée fédérale qui sert, notamment, de catalyseur à la standardisation de l’équipement et au développement de l’interopérabilité.
    - Les Etats coopèrent militairement entre eux et avec l’Etat fédéral par le biais d’une force interétatique, l’US National Guard.

    Le problème de la Défense européenne ne découle donc pas du fait qu’il existe encore des armées nationales mais qu’elles ne soient pas complétées par une armée fédérale européenne sous contrôle européen.

    Avec une approche fédéraliste et européenne de l’intégration, l’Europe de la Défense peut se développer. Avec l’approche centraliste et atlantiste, on vit le résultat. Le mieux qu’on ait réussi à faire, ce sont de minables task forces. Avec l’ECOMOG , la CEDEAO est encore plus loin que l’UE avec son groupement tactique européen .

    Au lieu de remettre sur le tapis l’échec de la CED, demandons-nous plutôt pourquoi nous avons dissous l’Union de l’Europe Occidentale au lieu de la développer ? Souvenons-nous de tout ce que l’UEO a légué à l’UE lors de sa dissolution.

  • Défense européenne : soixante ans de retard

    8 octobre 2014  18:29, par Lame

    La CED n’aurait été « européenne » que de nom :
    - Elle se serait comportée en organisation régionale de l’OTAN (art. 2 et 5), une organisation dominé par les USA.
    - Elle se serait dotée un équivalent européen de l’US National Guard (art. 9) mais sous contrôle d’un général américain (art. 18).
    - Découlant de l’aContrairement aux normes des démocratiques occidentales, les décisions du chef d’Etat-major américain auraient été quasiment inattaquables par les autorités civiles européennes (art. 77).
    - A la différence de la Constitution américaine, son traité permettait de limiter arbitrairement les forces militaires restant sous contrôle des Etats membres (art. 9 et 10).
    - Elle aurait été soumise à des normes militaires difficilement révisables que les USA n’imposent ni à leurs forces fédérales, ni aux gardes nationales (art. 68 et 69).

    Le vrai projet de communauté européenne de défense, c’était celui du statut d’Union politique européenne dit Plan Fouchet. La France n’avait pas rejetté la CED par hostilité à une fédération européenne ou une défense européenne : Elle avait proposé les « Articles de la Confédération » qui permettaient d’y arriver (art. 3, 6, 16 et 17).

    Ses partenaires l’ont rejetté au motif que la France aurait essayer d’imposer son leadership. A ce sujet, comparez les pouvoirs attribués aux USA dans le traité CED à ceux attribué à la France dans le Plan Fouchet.

  • L’Europe des Etats a-t-elle déséquilibré la Commission Juncker ?

    8 octobre 2014 16:58, par Fabien Cazenave

    @Jean-Guy Giraud : Il est vrai que les annexes au traité d’adhésion croate (où on a rajouté le fait que chaque pays aurait son commissaire) est bien moins fort juridiquement parlant que le traité de Lisbonne en tant que tel.

  • Commission européenne : La coalition vole en éclat

    8 octobre 2014  16:42, par Alexandre Marin

    On ne peut guère dire que c’est Berlin qui impose ses règles à toute l’Europe.

    Le refus d’attribuer le portefeuille de l’éducation, la culture, et citoyenneté, à Tibor Navaracsis, vient du Parlement. Idem pour les pressions exercées sur Jonathan Hill, ce n’est pas Berlin qui souhaiterait le voir loin de la gestion de l’Union bancaire, mais le Parlement.

    Il s’agit en réalité d’une stratégie habile du Parlement. Cette institution essaye de s’accorder des pouvoirs de libre disposition des futurs commissaires au sein des différents portefeuilles sans passer par les Etats-Membres.

    Ca se joue donc plus au désavantage de l’Allemagne qu’en sa faveur.

  • L’Europe des Etats a-t-elle déséquilibré la Commission Juncker ?

    8 octobre 2014  16:14, par Alexandre Marin

    La désapprobation des commissaires pourrait laisser craindre la fragilisation, voire la fin de la coalition qui sur laquelle se fonde la Commission ; les sociaux-démocrates désapprouvent un PPE, donc les PPE désapprouvent un social-démocrate. La conséquence serait alors l’instabilité de la nouvelle Commission.

    Pour autant, cette analyse me paraît assez faible. En effet, comme le rappelle fort judicieusement l’article, la composition de la Commission demeure le fruit de l’intergouvernementalisme, malgré la relative légitimité démocratique du Président. Le Parlement s’octroie le pouvoir de répartir les commissaires, sans demander leurs avis aux Etats-Membres. C’est ainsi qu’il faut comprendre la décision de re-caser Tibor Navaracsis. C’est un nouveau bras de fer que le Parlement ne doit pas perdre.

  • L’Europe des Etats a-t-elle déséquilibré la Commission Juncker ?

    8 octobre 2014  16:12, par GIRAUD jean-guy

    Il est une « réforme » susceptible de modifier radicalement la procédure de nomination de la prochaine Commission et de renforcer considérablement son autorité : il suffirait ... d’appliquer l’article 17§5 du Traité de Lisbonne qui prévoit la réduction du nombres des commissaires et donc la rupture du principe « un commissaire par État membre » .

    D’ailleurs le Conseil européen - tout en refusant pour la 2ème fois de mettre en oeuvre cette réforme en 2003 - a à nouveau promis de « reconsidérer cette question » pour la Commission de 2019 !

    Il serait donc utile que la nouvelle Commission des Affaires constitutionnelles du PE - se montrant plus active que la précédente - se saisisse de la question de la réduction du nombre des Commissaires et élabore des propositions précises de mesures d’application. JGG

  • L’Europe des Etats a-t-elle déséquilibré la Commission Juncker ?

    8 octobre 2014 14:14, par Ferghane Azihari

    @Lame.

    Tout dépend ce que vous entendez par « affaiblir les États européens ». Dans la mesure où une démocratie européenne a vocation à puiser sa légitimité avant toute chose dans la volonté des individus et non plus dans celle des États, ces derniers seront nécessairement moins influents au profit d’individus tels que vous et moi. Et c’est effectivement une bonne chose ! Je préfère une Europe qui puise sa légitimité directement dans ma volonté plutôt que dans celle des gouvernements. Pas vous ? La gouvernance diplomatique est une plaie en ce qu’elle échappe à tout contrôle démocratique en plus d’être inefficace.

    Bien évidemment, cette position n’est pas incompatible avec le fait de dénoncer une tendance centralisatrice et le non-respect de la subsidiarité. Rendons aux États membres ce qui n’a rien à faire à Bruxelles et donnons à Bruxelles ce qui n’a rien à faire entre les mains des États membres (politique migratoire, politique commerciale, diplomatie, militaire)

    Enfin, contrairement à vous, je pense que les États-nations sont voués à disparaître : http://www.taurillon.org/reforme-territoriale-francaise-pourquoi-ne-pas-supprimer-l-echelon

  • La protection des données personnelles sur internet par le droit européen

    8 octobre 2014  13:41, par tnemessiacne

    Merci pour le livre.

    J’en « profite » pour citer un livre qui sort du lot :

    Dictionnaire de l’Union européenne de Christophe Degryse.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Nos vidéos