1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Sur le Web

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 >

Derniers commentaires

  • « Plus jamais »

    10 mai 2015  11:39, par Bernard Giroud

    En matière de développement, en matière d’expansion, au sens universel, on comprend bien que le nombre, le grand nombre, est le vivier de la ressource.

    Ainsi, la probabilité de trouver un potentiel rare, adapté à la réalisation d’idée d’inventions nouvelles, est plus élevée. Ce faisant, les chances pour chacun d’en bénéficier en est augmenté. Tout ceci est bien compris, et ne souffre guère de contradiction.

    Il est cependant une condition essentielle à la réalisation d’une telle part de l’architecture sociologique, c’est celle de la confiance ;

    Or celle-ci ne peut exister, subsister, être pérenne, que dans le cadre attentionné de l’amitié, elle-même conditionnée au respect que chacun se doit de porter à l’autre de façon suivie. Voilà bien une sorte de quadrature du cercle ; En effet, d’un coté, le grand nombre, condition nécessaire, et de l’autre, l’individu, condition indispensable, qui à elle deux font la cohérence, donc l’efficacité.

    C’est ici, que devrait intervenir, de façon toujours intelligente, donc adaptée, le résultat de nos meilleures « habitudes » sociétales, résultats des expériences humaines séculaires,. Elles existent bien, on pourrait les appeler chrétiennes, et sont un cadre solide, profondément respectueux de l’architecture qui entraine le vivant.

    Chacun de nous les a inscrites en lui, plus ou moins clairement, cela dépend souvent de la sincérité avec laquelle on accepte d’aller les chercher, de les regarder, d’en comprendre l’indispensable utilité, d’en retrouver à la suite des unes et des autres le fil d’Ariane, le fil de vie qui les relie.

    Ainsi, l’on comprend mieux pourquoi, nos interventions, nos réflexions, les choix et les directions que nous prenons on plus de chances de durer en s’inscrivant naturellement dans la suite de la croissance du vivant.

    Exit l’orgueil, exit la suffisance, exit la peur du futur et ce qu’on y découvrira, , l’important d’une ambition commune n’est pas le remake d’une situation antérieure, il est la recherche d’un plus grand absolu et d’une direction qui nous en rapproche, plus grand absolu, qui comme son nom l’indique est le bénéfice qui englobe chacun, puisque sans trop savoir encore ou nous allons, nous en venons tous..

    Voilà pourquoi si nous voulons nous entendre entre nos différentes sensibilités, personnelles et européennes, il nous faut situer la méthode à ce niveau.

    Il nous faut nous détourner de nos habitudes prédatrices exclusives, comme la loi de la compétition suicidaire entre nous, et bien garder en tète l’idée, l’esprit, le sens du moteur exigeant, la stimulation de l’entraide, qui nous emmène vers le futur, courageuse découverte, pour soi, comme pour autrui ;

    C’est une bonne manière ainsi, de tenir la flamme allumée pour chacun, une flamme de consensus ;

  • Perspective européenne : la voix des urnes en Grande Bretagne

    9 mai 2015  17:46, par Jean-Luc Lefèvre

    « Mettre la pression sur l’Europe » ? Un bras de fer ? Certes ! Avec les états-membres de l’Union européenne, mais aussi, on l’oublie trop souvent, au sein de son propre royaume prétendument uni. Avec ces fiers écossais, favorables à l’Union européenne et aussi avec une bonne partie de ses Tories, conscients de l’importance économique de l’Europe pour la fière Albion et sa City de Londres. Trop exigeant avec ses homologues européens, il cabrera certains conservateurs et incitera l’Ecosse à davantage de radicalisme. Si CAMERON considère sa négociation avec ses partenaires du continent comme un jeu à somme nulle, où il aurait tout à gagner, il pourrait aussi perdre beaucoup. Nous devons le savoir pour ne plus nous présenter, une fois encore, une fois de plus, devant les froggies comme de gentils bourgeois de Calais. La méthode THATCHER a vécu, comme aussi l’arrogance qui la suscitait : le royaume d’outre - Manche n’a plus les moyens de sa politique. De cela, comme d’autres sur le continent, tous nostalgiques de leur empire, CAMERON n’a rien dit à ses électeurs. Une victoire à la Pyrrhus donc !

  • L’ombre de sanctions européennes plane sur la Hongrie

    9 mai 2015  16:39, par Thomas

    Exactement Alain, ainsi que l’Etat d’Israël, dont le respect pour la vie et les droits des palestiniens laisse à désirer.

  • L’ombre de sanctions européennes plane sur la Hongrie

    6 mai 2015  21:40, par Alain

    Avouons une grande hypocrisie de cette Europe qui à côté de la condamnation de la peine de mort soutient indéfectiblement les Américains dans leur guerre contre le terrorisme qui a déjà fait 1,3 Mio de morts innocents au minimum !!!!

  • L’ombre de sanctions européennes plane sur la Hongrie

    6 mai 2015 10:19, par Hervé Moritz

    Il me semble que Manfred Weber est président du groupe PPE au Parlement européen alors que Joseph Daul est président du PPE en tant que parti européen.

  • L’ombre de sanctions européennes plane sur la Hongrie

    5 mai 2015  20:19, par Alexandre Marin

    Juste une remarque :le président du PPE n’est plus Jospeph Daul, c’est Manfred Weber, un Allemand de la CSU.

  • Drames en Méditerranée : la politique européenne coupable

    5 mai 2015  19:31, par Alexandre Marin

    « Focalisons nous d’abord sur les questions politiques, les véritables questions de fond : dénoncer l’intergouvernementalisme, l’Europe des nations ou je ne sais quoi d’autre alors que plusieurs centaines de personnes se sont noyées dans la Méditerranée, c’est risible ».

    Dénoncer l’« hypocrite UE » est au moins tout aussi risible que de dénoncer les actions de l’Etat sachant qu’elle ne peut rien faire.

    L’Italie et la Grèce font en effet leur possible pour mettre fin à la tragédie, personne ne dit le contraire. Le problème, c’est que ces deux Etats sont débordés et les Etats du nord de l’Europe ne font rien pour les aider. Chaque pays décide dans son coin alors que le problème des drames en Méditerranée est un problème européen qu’aucun pays ne peut gérer seul et qui nécessite une action européenne. Or, seuls l’Italie et la Grèce sont disposés à mettre en place une action commune, par conséquent, on continue à tourner en rond. L’Union européenne n’y est pour rien.

  • Drames en Méditerranée : la politique européenne coupable

    5 mai 2015  18:25, par thomas

    Merci d’éviter les comparaisons hâtives et désagréables : le droit n’est que l’expression du politique. Focalisons nous d’abord sur les questions politiques, les véritables questions de fond : dénoncer l’intergouvernementalisme, l’Europe des nations ou je ne sais quoi d’autre alors que plusieurs centaines de personnes se sont noyées dans la Méditerranée, c’est risible. Dénoncer les actions des Etats aussi, surtout lorsque l’on sait que l’Italie hier, et la Grèce aujourd’hui, font leur possible pour mettre un terme à la tragédie.

  • Les États fédéraux dans le monde

    5 mai 2015  00:05, par owona vincent

    trè bon Article intérésant

  • Drames en Méditerranée : la politique européenne coupable

    4 mai 2015  14:49, par Komrad

    « Je ne suis pas juriste, ces débats de droit ne m’intéressent pas ». C’est avec ce genre d’arguments que l’on construit les dictatures.... Et pourquoi pas « Quand j’entend le mot »Droit« , je sors mon revolver... » ?? Cela prouve encore une fois l’absolue nécéssité de distinguer l’UE de l’« Europe ». L’Europe est certainement hypocrite avec sa NIMBY attitude mais, comme le fait trés justement remarquer A.Marin, l’UE ne fait que ce qu’elle a le pouvoir de faire. Si chaque pays décide dns son coin d’une attitude à avoir vis à vis des migrants, accueil, expulsion, camps de réfugiés, retour à l’envoyeur...etc... cela ne fonctionnera pas. Le minimum serait d’avoir une politique commune entre tous les pays dMirectement concernés (Espagne/France/Italie/Croatie/Grèce/Malte/Chypre et pourquoi pas l’Albanie et le Montenegro ) ET un financement par l’UE global. L’Hypocrisie ne me semble pas être du coté de l’UE mais du coté de ceux qui raisonnent encore à l’échelle de la « Nation ».

  • Drames en Méditerranée : la politique européenne coupable

    3 mai 2015  17:24, par thomas

    Je ne suis pas juriste, ces débats de droit ne m’intéressent pas. La réponse qu’exige ce drame humain ne peut pas être un bidouillage institutionnel compris uniquement des détenteurs d’une licence de droit. Je préfère me poser de véritables questions politiques. L’article a le mérite de le faire, même si sur certains points, j’ai apporté des nuances (cf commentaire précédant). Les réponses concrètes dignes de ce que les européens prétendent être sont venues de certains Etats : hier l’Italie, avec l’opération Mare Nostrum, et aujourd’hui de la Grèce (extrémiste, paraît-il...), dont le gouvernement souhaite accorder l’asile aux migrants et a annoncé son souhait de fermer les ignobles camps de rétention « made in EU » gérés par Frontex. Ou est l’UE pour appuyer ces initiatives ? Même le commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a dénoncé le cynisme des politiques migratoires de l’UE...

    Alors, avant d’aller donner des leçons au monde entier, sous la bannière de l’universalisme des valeurs européennes, commençons par en être dignes et les concrétiser dans nos pays, ce sera déjà un bon début.

  • Drames en Méditerranée : la politique européenne coupable

    3 mai 2015  12:40, par Alexandre Marin

    « Dommage que l’hypocrite UE, toujours prompte à se poser comme garante des droits de l’Homme, ait contribué à mettre fin à l’opération en n’apportant qu’une aide limitée à l’Etat italien pour la conduire. »

    Les institutions de l’UE compétentes pour les questions d’immigration sont les institutions intergouvernementales, c’est-à-dire le conseil européen, qui regroupe les 28 chefs d’Etat et de gouvernement, et le conseil des ministres, qui regroupe les 28 ministres des affaires étrangères des Etats-membres de l’UE. Les décisions s’y prennent à l’unanimité.

    Donc là où vous voyez l’« hypocrite UE », je ne vois rien d’autre qu’un rassemblement de dirigeants nationaux représentant chacun leurs pays. C’est l’Europe des nations tels que chérie par les Eurosceptiques. Pour moi, les deux institutions aptes à représenter l’U.E sont la Commission et le Parlement européen. Or, en matière d’immigration, ils n’ont aucun moyen de contrainte sur les institutions intergouvernementales.

    Donc, c’est terriblement injuste d’accuser l’UE de ces drames pour la simple raison qu’elle n’a pas les compétences pour faire quoi que ce soit, ce sont les Etats qui décident à l’unanimité. Les seuls responsables de ces drames sont les Etats qui ont refusé de soutenir l’Italie, et qui refusent toujours de financer des programmes efficaces de sauvetage de migrants et de développer une politique d’immigration légale pour l’UE.

  • « Pour une Europe plus juste, neutralisons les sociétés écrans »

    2 mai 2015  22:29, par Xavier C.

    Ferghane tu as parfaitement raison. ;)

    C’est surprenant à quel point les libéraux peuvent partager certains constats et, parfois, certaines pistes, avec l’extrême gauche. Mais quand tu regardes les principes qui sous-tendent cette convergence, on se rend compte que ce n’est qu’une coïncidence.

    Quant aux libéraux utilitaristes, s’ils soutiennent la propriété intellectuelle (brevets en premier lieu), c’est qu’ils n’ont manifestement pas les bonnes données en main. La croyance que les brevets sont indispensable à l’innovation est tenace. On retrouve le même problème dès qu’on touche aux drogues : les croyances prennent le dessus sur les faits. Or les utilitaristes devraient, plus que tous les autres, être attachés aux faits.

  • Drames en Méditerranée : la politique européenne coupable

    2 mai 2015  15:17, par thomas

    Je ne pense pas que l’on puisse établir une culpabilité collective des Etats européens dans ce drame. L’Etat italien finançait un programme, Mare Nostrum, qui s’est révélé efficace dans le sauvetage des malheureux embarqués sur les « cimetières flottants ». Dommage que l’hypocrite UE, toujours prompte à se poser comme garante des droits de l’Homme, ait contribué à mettre fin à l’opération en n’apportant qu’une aide limitée à l’Etat italien pour la conduire.

    Je rejoins l’idée développée dans le paragraphe sur les politiques de développement. Cependant, je pense que l’article ignore le fait que certains Etats européens, plus que d’autres, contribuent à la déstabilisation des pays d’Afrique et du Moyen-Orient, et donc à l’augmentation exponentielle du nombre de réfugiés. Notamment la France, qui ne trouve rien de mieux à faire que de vendre des armes à des pays au coeur de zones de tensions (Egypte ou Inde) ainsi qu’à certains Etats dont le rôle dans leur espace régional et dans le développement du terrorisme international est trouble (Qatar et Arabie Saoudite). Le summum de la déstabilisation de ces régions par la France étant tout de même l’intervention guerrière brutale et meurtrière engagée par Sarkozy en mars 2011 qui a contribué à détruire les infrastructures du pays, laissant place à des groupes terroristes et des organisations criminelles en tout genre. Les guerres successives en Irak, auxquelles ont participé de nombreux Etats européens, ont grandement contribué également à nourrir l’afflux de réfugiés et à remplir les cimetières flottants de la Méditerranée.

    Si l’UE et les Etats qui la composent veulent mettre un terme à ce carnage qui a déjà fait plusieurs milliers de morts, il ne servira à rien de dénoncer l’immigration illégale et les passeurs mafieux. Il ne servira à rien non plus de bombarder les navires des passeurs quand ils sont vides (mêmes pleins, ce qui serait le comble de l’horreur, aucun des malheureux qui les remplissent ne reculerait à tenter sa chance, s’il estime que la vie qu’il avait dans son pays d’origine ne vaut pas d’être vécue). Pour mettre un terme à cette boucherie, il faut des changements politiques majeurs. D’abord, une réelle politique de paix : pas de vente d’armes dans des régions sous tensions ou en guerre, pas de coopération militaire avec des Etats qui jouent un rôle néfaste dans leur région, pas de participation aux coalitions diverses qui ravagent le Moyen-Orient depuis une vingtaine d’années et enfin pas de soutien à l’Etat criminel d’Israël qui a aussi une responsabilité immense dans les conflits qui enflamment le Proche-Orient. Deuxièmement, une réelle politique de coopération économique et sociale avec les pays en voie de développement ou encore sous-développés fondée sur le « gagnant-gagnant » et non plus sur le pillage des richesses, matérielles ou humaines, comme c’est le cas actuellement.

  • Faut-il donner à l’Union européenne le siège de membre permanent au Conseil de Sécurité de l’ONU ?

    2 mai 2015  12:07, par paracini

    il me semble que l’UE n’a pas « remplacé » ses états membres au sein de l’UE mais est représentée en tant que telle, ses états membres restant inscrits comme membre de l’OMC. non ?

  • La Belgique a retrouvé la frite !

    2 mai 2015  12:05, par Jean-Luc Lefèvre

    Je ne pense pas que cette démarche belgo-belge, bien que très appétissante, soit de nature à promouvoir l’intégration européenne. Sans doute est-elle de nature à nourrir la conviction de nos différences et de nos spécificités toutes nationales, et donc de caresser dans le sens du poil celles et ceux qui rêvent d’en revenir à des clichés éculés, mais qu’apporte-t-elle vraiment à des fédéralistes européens ? J’aurais préféré que l’on s’attarde plutôt sur le récent sommet - et oui, de petits pays peuvent en connaître ! - entre les chefs de gouvernement des trois pays du Benelux qui ont convenu d’approfondir leurs relations et de renforcer les synergies...Pionniers sincères de la construction européenne, ces états ont toujours la frite quand il s’agit de montrer à leurs homologues le chemin de la sagesse commune !

  • Europe de la défense : ne pas céder aux sirènes euro-hégémonistes

    30 avril 2015  16:45, par Nix

    « Mais d’une citoyenneté post-nationale à l’échelle d’un continent, la même qui existe déjà à l’échelle locale de nombreux pays qui ont ouvert le droit de vote des étrangers aux extra-communautaires »

    Une citoyenneté post-nationale ? Autant vider de toute substance l’idée même de citoyenneté. Voulez-vous donc la mort des États, et la mort des nations ?

  • Europe de la défense : ne pas céder aux sirènes euro-hégémonistes

    30 avril 2015  16:41, par Nix

    « Je me méfie de manière générale de l’armée. »

    Pourtant, l’armée vous protège, de fait. Et elle ne se méfie pas de vous, ni de votre anti-militarisme. Vous semblez vouloir vous rappeler des mauvais coups, et seulement des mauvais coups, tramés par des militaires dans le monde depuis 1900. Ces mauvais coups sont-ils l’apanage des militaires ? À l’évidence, non.

    Invoquer une « méfiance » à l’égard de l’armée en débitant une litanie des méfaits qu’on leur impute revient à reprocher aux Allemands leur période nazie. Pour parler poliment, c’est improductif.

  • Europe de la défense : ne pas céder aux sirènes euro-hégémonistes

    30 avril 2015  16:33, par Nix

    « La question se pose aussi pour l’intervention de l’armée française au Mali, quid des régions et conseils régionaux qui refusent cette intervention ? »

    Les régions ? Elles n’ont rien à dire en ce domaine. Aussi simple que ça.

  • « Pour une Europe plus juste, neutralisons les sociétés écrans »

    29 avril 2015 15:47, par Ferghane Azihari

    Hey Xavier. Quand je vois que l’extrême gauche est opposée à la propriété intellectuelle contrairement à certains « libéraux utilitaristes », il convient au contraire de détailler :D

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Nos vidéos