1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Sur le Web

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Derniers commentaires

  • Élections européennes : condensé du programme du Parti Populaire Européen (PPE)

    5 juillet 2016  17:15, par frin

    bonjour, ok pour ce programme , mais il faudrait« faire le ménage » par exemple : nigel farage « l’anglais » qui a voulu le brexit et qui se dédouane tout en gardant son mandat de député européen c’est scandaleux ; c’est un parasite de la démocratie, il faut lui retirer son mandat de député européen ! ! !

  • L’Europe au quotidien : des avantages trop souvent méconnus !

    5 juillet 2016  17:02, par michelle

    Beaucoup d’inepties dans cet article : ex1 : l’Europe a... "permis à des petites structures locales (de type « PME-PMI ») de mieux « tenir le choc » face à de grosses entités économiques"
    - > bien au contraire en raison des salariés détachés cela fait perdre plus d’emplois qu’on en gagne allez voir cash investigation Salariés à prix cassé : le grand scandale

    ex2 : "pensez encore à « France Telecom » ! En effet, c’est grâce à l’ouverture de cet ancien monopole public à la concurrence que vous pouvez aujourd’hui vous abonner auprès d’autres opérateurs téléphoniques (et, ainsi, alléger vos factures)."
    - >les concurrents sont nationaux c’est free, c’est Bouygues... donc pas besoins de l’Europe

    je n’ai pas lu reste c’est déjà affligeant !

  • Brexit : « Je te manipule, tu me manipules »

    5 juillet 2016  15:06, par Clive Hole

    Bravo pour cet article, surtout la mise en exergue de l’influence nauséabonde de Rupert Murdoch, qui quoique d’origine australienne est actuellement sujet américain de l’état de Delaware, un paradis fiscal onshore. Ce référendum montre le grand danger d’une presse et média qui mentent, et qui est redevable de personne et un grave danger pour la démocratie.

  • Brexit : Il est temps de réformer l’Union européenne !

    5 juillet 2016  10:24, par VINCENT

    Bonjour, Une bien belle idée,il faut que la jeunesse se prenne en charge car c’est de son avenir qu’il s’agit,l’Europe se perd dans la politique et les responsables doivent être remplacer,il n’est plus tolérable d’avoir des gens qui sont aux commandes de plus de soixante dix ans,avec des contacts encore dans les affaires !

    Chaque pays formant l’Europe a des spécificités qu’il n’est pas inutile de respecter,mais tous doivent aller vers un destin commun une Fédération forte et en harmonie avec ses citoyens sans dumping social entre eux.

    Bien à vous

    Jean-Claude VINCENT retraité

  • « Le dumping social est en train de faire exploser l’Europe »

    3 juillet 2016  20:54, par Aljoscha Voggenreiter

    Pour plus d’information, il y a un documentaire de France 2 très intéressant :

    http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-22-mars-2016_1361051.html

  • « Le dumping social est en train de faire exploser l’Europe »

    2 juillet 2016  11:04, par Ferghane Azihari

    Le dumping social n’existe pas. Il ne s’agit là qu’un élément de langage destiné à véhiculer un protectionnisme occidental. C’est la fameuse préférence nationale de l’extrême-droite simplement maquillé sous le vernis mensonger de la justice.

    Les Etats d’Europe centrale et orientale l’ont bien compris. Et c’est pourquoi ils se sont longtemps opposés à toute harmonisation. Tout comme les travailleurs de l’Est qui ont récemment manifesté à Bruxelles contre la Loi Macron qui renforce les contrôles à leur égard en étendant le salaire minimum pour les exclure du marché.

    Alors que ces gens gagnent trois fois plus que dans leur pays d’origine pour un même ouvrage tout en nous faisant profiter de prix plus bas lorsqu’ils viennent créer de l’activité chez nous. Nous devrions les accueillir à bras ouvert plutôt que de chercher à fermer les frontières implicitement avec cette prétendue nécessité d’harmoniser les standards de production.

    La concurrence et le libre-échange en Europe ne nécessitent pas que l’on partage les mêmes standards. Au contraire, l’intérêt de la coopération et de la division du travail réside dans nos différences. C’est ça les avantages comparatifs. L’enjeu pour les travailleurs français réside dans la nécessité de se spécialiser là où ils sont véritablement plus compétitifs plutôt que de se défouler sur le Roumain, l’Espagnol et le Polonais sous prétexte qu’ils exercent une même tâche pour moins cher.

    Pour cela, il faut un environnement réglementaire et fiscal qui ne freine pas les incitations productives et un système éducatif performant qui doit permettre l’acquisition de nouvelles compétences pour les emplois de demain. Autant de choses sur lesquels certains gouvernements occidentaux sont en retard.

    Prenez l’exemple de la Suisse. Voilà un pays globalement ouvert à la concurrence des travailleurs étrangers et qui ne cherche pas à imposer les mêmes standards à tous et qui s’affranchit du besoin d’appliquer un fort protectionnisme.

    Résultat : 20% de travailleurs étrangers très bien intégrés dans un pays qui connaît le plein emploi et qui demeure le pays le plus prospère d’Europe.

    Non, la libre-circulation ne meurt pas du dumping social. Elle meurt des sentiments nationalistes et protectionnistes que les tenants du dumping social ont contribué à nourrir par leur défiance vis-à-vis d’un libre-échange authentique.

  • Brexit : « Je te manipule, tu me manipules »

    1er juillet 2016  16:30, par Bernard Giroud

    Ce vote n’a rien à voir avec la démocratie, telle qu’un honnête homme peu la respecter Les principes ont aussi un bon sens.. Je conçois que cela paraisse un peu compliqué pour un dogmatique, mais comme te dit François, la rigidité mentale c’est la disparition

    Pour ma part, j’irai contre le mensonge et la falsification, et je m’emploierai à redresser cet accident acquis au prix de la perversion. Le choix que je ferai, le chemin que je suivrai est celui de l’union, de la compréhension du nœud à dénouer, en somme, le respect de la personne.

    Révise un peu tes tablettes, ce sera plus facile pour les fédéralistes de se faire entendre et respecter.

  • Brexit : « Je te manipule, tu me manipules »

    30 juin 2016  12:40, par Bernard Giroud

    Sauter au précipice parce que la majorité l’a décidé ? Tu veux rire Xavier !

    Il y a certains bons principes, un certain nombres de bons supports ou étais sociaux, qui méritent d’être bien réfléchis a à nouveau, ou bien revisités, comme l’on dit.

    Cette histoire anglaise n’est que la suite médiocre d’une histoire qui dépérit, faute d’être activée, alimentée, par le feu de l’Esprit. Nous retournons en arrière, à cause de nos mensonges, de nos tricheries, ; Nous n’avons pas, ou peu de réflexion sur la suite d’un projet à mettre en commun, sur la suite d’un projet qui nous mobilise, qui mobilise nos volontés, nos espoirs , et donc nos énergies.

    Dans ce type de direction si les meilleurs ne se découvrent pas, c’est-à-dire que s’ils ne lancent pas la balle, ne se "mouillent pas", au risque de se perdre, ne donnent pas le bon exemple, alors oui, la sauce ne lève pas, l’ensemble de la masse ne se mobilise pas. Nous restons « à plat », en aphasie. Nous n’avons plus que la solution de continuer à nous "emmerder" à nous jalouser, sans imagination, avant, un jour d’aller plus loin, je veux dire d’aller… moins loin. Rassurons nous, dans cette dernière hypothèse, les conséquences seraient limitées, puisque nous sommes, nos "nations", sont dans l’espace des "petits". Nous passerons donc après les autres, les plus grands, qui nous remettrons à notre place.

    Tout cela pour dire que ce sont toujours les meilleurs, qui doivent s’attaquer aux entreprises les plus difficiles, et que sans eux et leurs exemples de vérité, il est bien difficile de dépasser nos lourdeurs journalières. Ces meilleurs ne comptent pas leurs temps et payent de leur personne. Nous sommes tous un peu meilleurs que nous le pensons, parfois. C’est à cela qu’il faut croire. L’imaginaire, ensuite, nous permet de payer de notre personne et aussi de nos biens, même limités. Les résultats sont souvent surprenants.

    Il faut redécouvrir ce bon sens meilleur en nous qui est aussi le sens du don de soi, et le propager, et ne pas nous laisser trop endormir par les usines médiatiques de fabrication de la médiocrité, du populisme et de l’aphasie, qui font justement, le jeu de la séparation.

    Les cupides, spécialistes de ce siècle, en embuscades, dressent les camps les uns contre les autres pour ramasser les bonnes balles quand elles passent à portée. Ce sont eux à qui profitent de ce jeu de la séparation. Ils ne savent pas, leur cervelle est occupée à leurs petits sous ou à leur grande fortune, que les projets à la hauteur du siècle, nécessitent l’union, la coopération à la hauteur de ce siècle, , pas la concurrence et la guerre.

    Simplement parce que pour faire mieux, il faut plus de « cervelles », plus de moyens et plus sens de la continuité d’un projet humain plus universel.

    Mais au fait qui croit aujourd’hui, en Europe, au projet humain face à son futur ?

  • Une Fédération d’Etats-Nations, c’est quoi ?

    30 juin 2016  09:29, par R.DANIEL

    « Sur ce point, l’idée de la fusion des postes de Président du Conseil européen et de Président de la Commission européenne me paraît intéressante pour instituer un leadership européen plus clair, plus incarné »

    C’est une idée qui se discute, surtout si l’on pense à long terme ; vaut-il mieux utiliser l’existant pour l’améliorer, ou refonder l’ensemble ? L’émergence d’un courant citoyen favorable à une assemblée constituante pourrait être une alternative ; l’enjeu est selon moi de redonner l’espoir, et cela sera permis par une volonté claire de rupture avec le marasme actuel et les dysfonctionnements de l’entité européenne dans laquelle nous baignons... Ainsi, même si sur le plan pratique la proposition citée ci-dessus paraît pouvoir fonctionner, sur le plan symbolique, on passe à côté, me semble-t-il, d’une occasion de refondation.

  • Fédéralismes d’Europe

    30 juin 2016  09:16, par R.DANIEL

    " c’est au sein des partis politiques du Parlement européen que pourrait peut-être naître ce mouvement politique transnational et « fédéraliste » nécessaire à la poursuite de la construction européenne"

    Cette conclusion ne découle aucunement des arguments développés dans le corps de l’article ; c’est une proposition intéressante, mais parmi d’autres...il me paraîtrait tout aussi pertinent d’imaginer une démarche qui se fasse "à côté" des partis actuellement impliqués dans ce "fédéralisme « à l’envers »" ; par exemple l’émergence d’un mouvement citoyen favorable à la création d’une assemblée constituante permettrait de ne pas associer dans l’esprit des citoyens européens les dysfonctionnements actuels de l’Europe à un projet d’avenir. Très important à mon avis de marquer fortement par ce moyen l’idée d’une rupture avec les pratiques actuelles.

  • Le choc du Brexit et de la nécessité de s’en remettre rapidement

    29 juin 2016  20:45, par Jean-Luc Lefèvre

    Non, Louise, l’Europe ne perd pas « un allié de taille » avec le Royaume désUni ! Ce royaume, pour l’Europe, a davantage été un boulet, un frein, un lest pour le projet européen ! Oui, Louise, le couple franco-allemand doit reprendre du service, autrement que pour frimer ici (Oradour) ou là (Verdun) en passant par Omaha beach ! Oui, Louise ! Le couple franco-allemand ne peut tout assumer seul ! Encore faut-il qu’il fasse place aux autres !!! Et là, j’ai des doutes ! A la fois trop faibles pour cela, en raison de ces prochaines élections qui ne se présentent pas bien, avec des eurosceptiques de plus en plus puissants (AfD et la belle Marine) et trop puissants, le partenaire féminin imbu de sa puissance économique et le partenaire masculin nimbé de sa nostalgie de représenter une grande puissance évanescente !!! Alors, Louise, comme toi, je suis nostalgique de ces couples « vertueux » que tu cites, mais la « vertu », c’est aussi, étymologiquement, une force et un courage dont MERKEL et HOLLANDE me paraissent être en manque !!! Les parlementaires européens dont tu espères beaucoup, à juste titre ? Combien sont devenus des apparatchiks à la solde de leur parti avant d’être des gens d’idéal ? Comme toi, j’espère et attends beaucoup de la société civile et de la génération Erasmus, en désespoir de cause ! Des Indignés, il y en a eu en Europe, qui ont été montés en épingle ( « Podemos », « Nuit debout »...) pour des raisons matérialistes socio-économiques. J’en attends d’autres, des Indignés du COEUR, parce que ce continent, qui vieillit, qui étouffe ses jeunes générations, ne respire plus, sans enthousiasme aucun, sinon celui de l’avoir ! Tous ceux, Louise, que tu as cités, n’étaient pas protestants. C’est peut-être cela aussi qui explique la marasme actuel : le « salut » dans la culture protestante se conjugue très bien avec ce que l’on vit : austérité, rigueur, individualisme ! Ancien directeur d’école, past president de deux associations européennes de directeurs, j’ai un rêve. Pour vous ! Pour mes petits-enfants ! Battez-vous !!!

  • Brexit : « Je te manipule, tu me manipules »

    29 juin 2016 09:19, par Valéry-Xavier Lentz

    Les Britanniques se sont exprimés. Confrontées aux conséquences de la décision majoritaire de l’électorat, des voix se font entendre, au Royaume-Uni, pour y renoncer. Mai sil faut condamner fermement toute tentation en ce sens, tout comme le refus d’engager la procédure de l’article 50 dès à présent. Le choix des Britanniques doit être impérativement respecté. C’est une exigence démocratique. Il est inconcevable d’envisager que demeure, au sein de l’Union européenne, un État dont la population s’est prononcé contre l’appartenance à celle-ci.

  • Brexit : Donnons la citoyenneté européenne aux Britanniques qui ont fait le choix de l’Europe

    27 juin 2016  13:25, par Alain

    Pas de citoyenneté sans état, donc la citoyenneté européenne n’existe pas et ne pourrait être donnée aux Britanniques le souhaitant. L’UE ne possède aucune compétence et aucun service pour gérer l’état civil correspondant à la citoyenneté.

    Si le Bremain l’avait emporté, aurait-on proposé aux perdants la possibilité de s’exclure de l’UE ?

    Les partisans de l’UE sont systématiquement de mauvais perdants de la démocratie, comme d’habitude ils trouveront un truc pour contourner cette dernière : cfr nouveau référendum (Irlande, Danemark, ..) ou traité voté par la voie parlementaire copie conforme d’une constitution rejetée par la voie référendaire.

    Pour ne pas tomber dans la britannophobie et ne pas donner des arguments à ceux qui compare l’UE avec l’URSS prison des peuples, il faut refuser les discours de sanctions, négociations impitoyables, ... pour négocier un accord satisfaisant les parties et la bonne entente

  • Brexit : Donnons la citoyenneté européenne aux Britanniques qui ont fait le choix de l’Europe

    26 juin 2016  19:04, par Le Taulier

    1/ Les Britaniques sont toujours citoyens d’un État membre de l’UE...et pour au moins 2 ans. 2/ La citoyenneté européenne, kezako ? Cela n’existe pas, il n’y a pas de passeports européens. 3/ Comment savoir ce qu’a voté un citoyen britanique résidant hors du Royaume Uni ?

    En résumé, dans un régime démocratique, les choix de la majorité s’imposent à tous même à ceux qui n’ont pas voté comme elle.

  • Contacts

    26 juin 2016 10:51, par Hervé Moritz

    Vous pouvez envoyer votre article ou une proposition à l’adresse taurillon@jeunes-europeens.org

  • Contacts

    25 juin 2016  22:02, par Benoit Weinachter

    Bonsoir,

    Au risque de paraître idiot, je ne comprend pas comment faire pour proposer un article à la rédaction du Taurillon. Pourriez vous m’aider ?

  • Après le Brexit, la seule solution est d’aller de l’avant

    24 juin 2016  12:47, par Jean-Luc Lefèvre

    On peut se désoler d’une situation qui rend notre avenir plus aléatoire, mais il convient de se rendre à l’évidence : par rapport au passé, l’indécision récurrente du Royaume Uni, les choses se sont clarifiées. L’hypocrisie a cessé ! Et c’est tant mieux ! Un verrou a effectivement sauté, une porte s’est ouverte, de l’air frais est entré dans la pièce. A condition d’en être conscient. Et d’abord les six pays fondateurs : après tout, ils sont les premiers garants du projet européen, que d’autres, et ils sont nombreux, ont instrumentalisé au profit de considérations sonnantes et trébuchantes. Mais aussi ceux qui les ont rejoints qui n’ont jamais trahi l’idéal des fondateurs, comme l’Italie qui sait depuis toujours ce qu’est une culture commune ! Le Royaume Uni a exercé sa liberté, osons exercer la nôtre trop longtemps brimée par des nostalgies impériales dont la bulle ne tardera pas à exploser.

  • « Les Britanniques devront en payer le prix s’ils quittent l’Union européenne »

    23 juin 2016  20:35, par Jean-Luc Lefèvre

    Un seul est compétent pour s’exprimer à propos du Brexit, un spécialiste reconnu de la théorie des jeux : VAROUFAKIS ! Jusqu’ici, depuis THATCHER, le Royaume Uni a toujours su tirer la couverture à lui avec un « non zero sum game », ses gains ayant toujours été supérieurs aux pertes du projet fédéral européen. Pour la première fois, comme au Moyen Age, le jeu de l’ « échiquier renversé » va se retourner contre la perfide Albion. Ce sera toujours un « non zero sum game », mais avec un Royaume Uni qui y perdra plus que l’Union européenne : son unité (dont le façadisme va éclater bau grand jour), ses bases de sous-marins nucléaires en Ecosse...CAMERON ? Le champion des losers !

  • Jo Cox, morte pour l’Europe

    23 juin 2016  19:03, par Yannick HERVE

    Monsieur Jean-Luc Lefèvre d’Emptinne,

    Je vous invite à co-animer avec moi, ce vendredi soir, un débat sur les résultats du scrutin britannique. (plateforme Mumble Ensemble). Tout se fait depuis l’endroit où vous êtes avec un PC, un MAcou un smartphone.

    Vous y seriez le bienvenu.

    Yannick Hervé

  • Jo Cox, morte pour l’Europe

    23 juin 2016  19:00, par Yannick HERVE

    Ah quelle belle pirouette !!!

    Comment détourner la conversation pour éviter de répondre sur le fond. Vous parlez de dossiers mal décrits sur internet et que vous ne connaissez pas. J’espère que les autres dossiers (dont les européens) sont mieux maîtrisés. C’est une constante chez vos congénères : le dogme avant tout.

    De la même façon, par quelques clics, sauf homonymie (d’Emptinne) : Historien de formation, directeur d’un collège et d’un lycée en Belgique, président de deux associations européennes de responsables scolaires, Jean-Luc Lefèvre a toujours été convaincu de la dimension européenne de l’éducation. Aujourd’hui retraité.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 >

Nos vidéos