1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Sur le Web

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Derniers commentaires

  • Europe et élection présidentielle : entre nullité profonde et indifférence crasse

    4 janvier 2017  02:22, par Alexandre Marin

    @ L’indépendant

    L’Europe aurait des « frontières commerciales passoires » ? Expliquez-nous pourquoi les Britanniques se battent pour essayer de rester dans le marché unique, et pourquoi l’Islande et la Norvège y sont. Expliquez aussi pourquoi la Suisse a signé des tas d’accords bilatéraux avec l’Union.

    Les traités de libre-échange conclus avec les pays d’Asie et des Amériques est bien la preuve que les frontières de l’UE ne sont pas « passoires ».

    D’ailleurs où ai-je dit que le TAFTA n’était pas opaque ? J’ai juste dénoncé le double discours du secrétaire d’Etat au commerce extérieur qui se contente de clamer que les négociations devraient être plus transparentes sans rien faire, alors qu’il aurait le pouvoir de les rendre effectivement plus transparentes.

    Les libres-échangistes ne sortent pas de dame Commission. Ils sont majoritaires au Parlement européen et dans la plupart des pays nationaux. En France même, le candidat investi par la droite porte ces mêmes idées.

    Pour ce qui est de la directive sur les travailleurs détachés, il vous permet de payer les charges sociales françaises si jamais vous allez travailler quelques années à l’étranger, histoire qu’on ne vous sucre pas votre retraite. La directive bénéficie donc aux Français détachés dans d’autres pays européens. Ces derniers sont plus nombreux que les Européens détachés en France. Si la directive était correctement appliquée, un travailleur détaché en France coûterait aussi cher qu’un travailleur français. Seulement voilà, elle ne l’est pas car les contrôles qu’elle prévoie sont insuffisants, et c’est l’enjeu de sa révision. Il convient de noter que le nombre d’inspecteurs du travail en France est lui aussi ridiculement insuffisant.

    Enfin, personne n’a méprisé le suffrage universel lorsque la Suisse et la Norvège ont décidé de ne pas adhérer où quand les Britanniques avaient décidé par deux fois de faire partie de l’Union. Maintenant qu’ils ont vôté le Brexit, les « technocrates de dame Commission » pressent l’Angleterre de sortir le plus vite possible. Comme mépris du suffrage universel, on a connu pire.

  • Comment améliorer l’efficacité des fonds européens : le cas du FSE

    2 janvier 2017  19:18, par DESHAYES

    COMMENT BOOSTER LES FONDS EUROPÉENS ?

    - En demandant aux autorités de gestion des études de marché des bénéficiaires potentiels.

    - Ces études permettraient ensuite de contacter directement les ayants-droits.

  • Le Taurillon, média participatif européen, fête ses 10 ans !

    26 décembre 2016  16:16, par stella

    Je ne suis pas pro-jeunisme et je ne crois pas à la supériorité des cerveaux des jeunes. Bonne chance avec vos catégories.

  • Et si la Cour Suprême de Londres posait une question préjudicielle à la Cour de Justice ?

    21 décembre 2016  13:17, par L’indépendant

    N’en déplaise à l’auteur de cet article, dans une démocratie le peuple est SEUL souverain. On parle d’« émotion de la démocratie référendaire » ; c’est quand même incroyable que lorsque un peuple dit « non » par référendum à ce type de construction européenne (supranational), les europhiles disent que les électeurs ne réfléchissent pas, qu’ils agissent sous le coup de l’émotion. Disent-ils cela à propos du Traité de Maastricht de 1992 ? En outre, l’écart de voix lors du Brexit est plus d’un million de voix, ce qui est significatif.

  • Nous avons besoin d’un président de l’Union Européenne élu !

    21 décembre 2016  08:39, par Julien-e

    « Président du parlement élu »....

    L’article a été mal traduit. La version originelle parle d’un président de l’UE élu.

  • Le libéralisme et l’intellectualisme sont menacés

    20 décembre 2016  22:58, par L’indépendant

    Fort heureusement, les peuples se réveillent et n’écoutent plus la propagande mensongère des ultra-libéraux européistes. Ils se rendent compte que la politique libre-échangiste de l’UE détruit les emplois et le secteur industriel du continent. Ils constatent la volonté de nivellement social par le bas de la Commission européenne. Ils voient le mépris du suffrage universel de ces pseudos élites qui considèrent que les électeurs votent mal (référendum sur le TCE en France et aux Pays-Bas en 2005, Brexit en Grande-Bretagne en 2016, élections de représentants souverainistes dans divers pays). Oui, les peuples se réveillent, ils ne veulent pas de ce monstre technocratique et anti-démocratique qu’est l’UE, ils n’en peuvent plus de ce supranationalisme et de cette volonté de détruire les Etats-nations. Enfin !...

  • Europe et élection présidentielle : entre nullité profonde et indifférence crasse

    20 décembre 2016  22:48, par L’indépendant

    Bel article d’eurobéatitude... Ainsi, contrairement à la réalité, les négociations entre l’UE et les Etats-Unis concernant le Tafta, ne seraient pas opaques pour le grand public ?... C’est oublier que certains politique ont prouvé le contraire... Ainsi, pour l’auteur de cet article, l’UE serait un rêve... Ce rêve est plutôt un cauchemar pour les populations. En effet, cette UE a des frontières commerciales passoires (par un stupide libre-échange dogmatique voulu par les ultra-libéraux de Dame Kommission), une volonté de nivellement social mais par le bas (directive des travailleurs détachés), le souhait de voir la retraite avancer jusqu’à l’age de 70 ans (mais pas pour les technocrates bien sûr), le mépris du suffrage universel lorsque le peuple ne se prononce pas selon le désir de certains pseudos-démocrates... Y’a pas à dire, elle est belle « votre » Europe...

  • Nous avons besoin d’un président de l’Union Européenne élu !

    16 décembre 2016  14:34, par Alain

    Un président du parlement élu, cela n’existe nulle part, le président d’un parlement est toujours élu par les parlementaires.

    Et si il croit que l’on va se déplacer en masse pour l’élection de quelqu’un sans pouvoir ... Le parlement européen n’a même pas le droit d’initiative parlementaire ; si la Douma russe avait aussi peu de pouvoirs que le parlement européen, on entendrait crier nos « démocrates » à la dictature !

    Tant qu’on approuve l’Europe des règles si chères aux Allemands au détriment d’une Europe politique avec un vrai débat (et non le TINA omni-présent) les peuples s’en détourneront de plus en plus jusqu’à la mort cérébrale

  • Face à la Russie, les Pays Baltes et la Finlande entre anticipation et crainte

    13 décembre 2016  20:28, par seb M

    Merci pour cet article. Ça ne modifie pas le fond, mais l’évocation des indépendances des pays baltes mériterait d’être reprécisée. Ils ont acquis une première fois leur indépendance en 1918-1920. Invasion Soviétique en 1939, allemande en 41 puis de nouveau Soviétique en 44. Suivront 45 ans d’occupation. C’est en partie l’expérience de l’échec de la première indépendance qui les pousse à être méfiants et a s’entourer d’alliés crédibles.

  • « Non » en Grèce : changeons de méthode pour décider en Europe !

    13 décembre 2016  01:43, par Lame

    Je pense qu’un Parlement de la zone euro est un bon projet à condition que le but soit d’assurer un meilleur contrôle de l’euro par les Peuples qui l’utilisent comme monnaie et non pour légitimer le pouvoir personnel du Président de la BCE.

    Peu importe si cela ennuie les juges constitutionnels allemands : Comme le rappelle l’article 22 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, toute nation a le droit d’exercer un contrôle démocratique sur l’exercice de sa souveraineté. Quand certaine partie de cette souveraineté sont exercés dans un cadre supranational, il est légitime que les nations concernées exercent une contrôle démocratique collectif puisque les processus d’intégration ne sont pas des sauf-conduit aux pratiques contraires aux principes des Nations unies.

    J’aimerais que chacun se souvienne que l’euro n’est pas la monnaie commune de l’UE mais la monnaie commune d’une élite, les Etats de l’Euroland. On gagnerait à ce que l’UE crée une monnaie de l’UE, appelons-la provisoirement l’ECU, et que chaque Etat puisse l’adopter sans condition ou revenir librement à sa devise nationale. L’Euro, monnaie de prestige, serait réservé aux Etats les plus forts conformément au souhait des Allemands mais les Etats exclus de l’Euroland pourrait bénéficier des avantages d’une monnaie commune grâce à l’ECU. Pour éviter les erreurs de l’Euroland, l’ECU serait émis par une banque communautaire de l’UE contrôlé par le Parlement, le Conseil des ministres et la Commission comme la Chambre, le Sénat et le Président des Etats-Unis contrôle la Banque fédérale.

    Je pense aussi que le règlement de la dette grecque ne doit pas reposer exclusivement sur les efforts des Grecs mais aussi sur la mise en oeuvre d’un fond souverain au niveau de l’Euroland ou de l’UE et dont les dividendes seraient consacrés au règlement de la dette grecque. L’avantage serait de réduire la dette sans exercer de pression fiscale sur les Grecs ou les Européens. Et puis on sauverait les apparences sur la scène internationale par une mesure de solidarité.

    Plus d’intergouvernementalisme/de comitologie/de présidentialisme bancaire ne change rien pour les Grecs et les autres citoyens européens. Nous avons besoin de solution au crise, pas des sampiternelles rixes qui opposent les différents factions idéologiques de l’intégration.

  • L’Europe des peuples « L’union fait la force ; à nous de faire l’union ! »

    12 décembre 2016  15:37, par Bernard Giroud

    Donc ces enseignements du mauvais exemple des comportements asociaux des cupides, partout enseignement de guerre, guerre commerciale « libérale » sans égard pour ses partenaires ou voisins ; système de production faussée par le choix de moyens de main -d’œuvre à bas couts, mauvais exemple mondial :dilapidation de l’avance technologique, destruction des structures industrielles de ses partenaires, sans bénéfice technologique ou qualitatif profits indécents individuels ou de grands groupes financiers et commerciaux, tous ces mauvais exemples correspondent au vol du niveau de vie ou de la qualification de dizaines d’années d’efforts collectifs et donc de progrès.

    Ces enseignements et leurs exemples nous entrainent dans un engrenage sans fin, d’une spirale suicidaire. Nous programmons notre disparition par l’opposition irréfléchie entre les hommes et les régions ou les communautés humaines, plutôt que recherche de la voie nouvelle de la coopération régionale et mondiale.

    Nous sommes dans le règne du mensonge, de l’illusion, de la cupidité, de l’orgueil, du m’as-tu vu, de l’esbroufe, et de l’insignifiance, avec ses grands exemples suivants.

    L’argent « arrose » à souhait« les grands valets » de ce siècle ; Nombre de ces valets, « vendus » pour grands chefs d’entreprise ne se préoccupent nullement des réelles contreparties pour les régions détroussées. Ils cassent un tissu industriel organisé qui ne demande qu’à progresser avec les générations suivantes et les bons exemples des ainés : Ex : les voitures, dans la chimie organique, Bayer et Monsanto, dans l’énergie (nucléaire et solaire) que l’on n’ose pas prendre à bras le corps, ou règne l’incohérence vendue pour science. . Ces grands valets pillent le savoir-faire et jouent des oppositions régionales, pour à nouveau piller les ressources financières de ceux qui ne comprennent rien à ces manœuvres, ou n’ont pas le courage de s’en affranchir.

    De même, Le pouvoir de l’argent et sa cupidité mortelle sur Les philosophies ou les religions, la lettre plutôt que l’esprit, en faisant de millions de « fidèles », des marionnettes à la réflexion anesthésiées et paresseuses, et la démarche morbide et suicidaire ;

    Nous avons bien besoin, en effet d’esprit neuf et de démarche plus saine et claire, encore faut-il que notre réflexion le comprenne, et notre cœur l’accepte ; Nous avons besoin de la seule démarche qui puisse nous satisfaire, satisfaire cet esprit humain en recherche, celui de l’aventure et l’espérance.

    Cette espérance laisse la place à tout le possible probable, celui que la logique place un peu plus loin , qu’il nous faudra du temps pour bien saisir. En attendant, elle laisse la place à quelque chose de plus palpable et bien concret : les bons exemples de chacun d’entre nous, grands ou petits.

    Là, nous pouvons être beaucoup, majoritaires !

  • L’Europe des peuples « L’union fait la force ; à nous de faire l’union ! »

    12 décembre 2016  15:26, par Bernard Giroud

    Philosophie simpliste du Régime de la Concurrence. Cet enseignement de la concurrence est seulement la loi du plus fort du moment, cad. Celle qui permet tous les coups non répertoriés au régime de l’interdit actuel, interdit qui n’arrivera qu’après que le mal sera fait.

    Mais avec les moyens que l’homme concurrentiel et guerrier développe sur cette planète, on peut facilement imaginer ou nous pouvons aller très rapidement : La disparition de l’espèce Rassurons-nous, cette sanction ne fera pas disparaitre les ensembles différents innombrables qui nous entourent, parmi lesquels nous sommes une « splendide bien modeste part ».

    Pourtant nos bases spirituelles ont tenté de nous enseigner qu’il nous fallait changer de « logiciel »., Ces bases mieux énoncées depuis deux mille ans sont claires : Il nous faut nous éloigner, peu à peu du système de la sélection sauvage, dite naturelle, en vigueur depuis la « nuit » des temps et comprendre que nous sommes parties prenante.

    Le temps est venu de prendre en main notre devenir. Bien comprendre en effet, que nous les humains, actuel sommet des derniers arrivants dans la chaine du vivant, nous devons prendre en main la suite, prendre en main cette destinée dont nous faisons partie.

    Pour cela, nos meilleures chances de réussir, c’est d’associer nos compétences, nos intelligences, donc ménager nos forces, plutôt que de les opposer, (éviter de dupliquer, éviter de refaire sans cesse les mêmes efforts), les mêmes inventions, à tourner en rond ou revenir en arrière ; Ainsi nous deviendrons ce pour quoi nous sommes faits, ce qu’au fond nous sommes : des associés à cette aventure créative, situation que pour le moment nous ne comprenons pas :

    L’extraordinaire facilité de communications que nous donnent les moyens modernes nouveaux rendent aujourd’hui la chose possible.

  • Le Roaming, une révolution post-nationale en marche

    12 décembre 2016  11:07, par Olivier

    C’est devenue obligatoire aujourd’hui de proposer du roaming et si possible gratuit, avec les mouvement de population d’un pays à l’autre de l’union Européenne, il est très utile de pouvoir garder son numéro de téléphone lorsque l’on souhaite changer de forfait mobile ou d’opérateur de téléphonie mobile ! Voir ce site Le problème est que la plupart des opérateurs Télécoms en France ne propose pas le Roaming gratuitement et ils font du bénéfices sur ce genre de service qui ne leurs cout pourtant rien ! Il y a encore des progrès à faire, c’est sur !

  • Europe et élection présidentielle : entre nullité profonde et indifférence crasse

    11 décembre 2016  09:33, par J. Enno

    Très bon article. Il en faut plus, et plus vite, publiés dès que des âneries pareilles sont proférées.

  • Europe et élection présidentielle : entre nullité profonde et indifférence crasse

    10 décembre 2016  16:09, par Gattolin

    Vous pouvez compter sur ma détermination de sénateur, ancien responsable des JEF IDF, pour ne rien lâcher et continuer notre combat européen.

    Amitiés André Gattolin Sénateur des Hauts-de-Seine

  • L’Union européenne en quête d’un patriotisme

    7 décembre 2016 22:38, par Rémi Lauwerier

    Bonjour,

    Merci pour votre intérêt pour cet article. Nous contactons son auteur pour obtenir son accord et nous vous recontacterons très rapidement.

  • L’Union européenne en quête d’un patriotisme

    7 décembre 2016  21:10, par Antonio Longo

    Je trouve cet article très bon et je serait heureux de le publier, dans la traduction italienne, sur L’UNITA’ EUROPEA, mensuel du Movimento Federalista Europeo, fondé par Altiero Spinelli dans le 1943. J’invite M. Michael Yan à me contacter, merci. Antonio Longo - Directeur de L’UNITà EUROPEA - eurolongo@alice.it

  • L’Europe des peuples « L’union fait la force ; à nous de faire l’union ! »

    7 décembre 2016  11:54, par Jean-Luc Lefèvre

    Excellente analyse, excellente conclusion aussi : l’Europe sera fédérale ou ne sera pas. Mais l’analyse d’un homme, jeune encore, qui sait ses racines, qui sait aussi le poids d’un état destructeur de l’âme d’un peuple.Cet état est sans doute le seul en Europe qui refuse encore de prendre en compte le fait régional : c’est l’état français qui s’est construit sur les cendres de ses provinces historiques, au point d’en gommer le nom dans le cadre de sa dernière réforme institutionnelle. Ceux qui refusent aujourd’hui à l’Europe de se construire à partir de ses territoires historiques sont au pouvoir à Paris et à Paris seulement. Ils n’ont pas encore compris, malgré les secousses en Belgique, en Italie, en Espagne, en Grande-Bretagne même, que le temps travaillait contre eux. Comme ailleurs, c’est de l’intérieur, par la volonté des peuples, que cette véritable Union européenne surgira. Quand, de la Corse au Pays basque des deux côtés des Pyrénées, l’Europe s’éveillera, Paris sera groggy !

  • L’armée européenne sera surtout française

    7 décembre 2016  07:33, par Olivier

    qu’elle augmente son budget militaire ??!! il y a des SDF qui meurent dans les rues en france à gogo en hivers, pour eux ont dépense le minimum mais par contre pour aller faire la guerre elle devrait augmenter son budget ?! Je vous soutiens Seraphin, les soldats sont des fils, des maris et des pères et nous sommes tous asservis à ce système ! on est comme sur un plateau de micro-onde, on se laisse cuire le cerveau par leur fantasme démesuré de guerre de pouvoir

  • Qu’est-ce que le fédéralisme européen ?

    6 décembre 2016  12:26, par Louise

    la société c’est comme une entreprise, si on la gère mal, qu’on néglige certains des salariés on va droit dans le mur, si en revanche on est un patron soucieux du bien être du collectif, qu’il prend soin d’appliquer la pnl dans son entreprise pour mieux comprendre ce qui s’y joue au plus bas comme au plus haut dans la hiérarchie alors sa société s’épanouira

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 >

Nos vidéos