1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Sur le Web

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 >

Derniers commentaires

  • Pour la démocratie fédérale, contre l’État

    30 juin 2014 15:44, par Ferghane Azihari

    Je suis globalement en accord avec votre discours Monsieur Gasnier. Cependant prendre l’exemple du Royaume-Uni n’est à mon sens pas pertinent. L’Etat britannique fonde lui aussi son autorité sur l’existence d’une nation britannique. La seule différence avec la France tient à ce que les britanniques n’ont pas une conception jacobine et uniformisée de la Nation, un peu comme les Suisses. Sans doute pouvons nous retrouver dans ces cas de figure les vertus d’une certaine conception du libéralisme bien qu’elle n’empêche pas les britanniques et les suisses d’avoir une conception résolument nationaliste de la liberté, d’où leur défiance accrue envers l’Europe citoyenne qui est en train de naitre et de l’immigration.

    L’Etat-nation, fut-il utile à une certaine époque (notamment en ce qu’il fut le cadre de naissance de la « démocratie moderne » (je mets démocratie entre guillemets car je considère que nous n’avons pas encore atteint la meilleure forme de démocratie)), il n’en reste pas moins un concept xénophobe qui gangrène l’humanité sur de nombreux continents (dont le notre).

    Mais il ne s’agit pas tant d’une responsabilité française que d’une responsabilité européenne (bien que la France ait grandement contribué à façonner l’histoire de l’Europe, en particulier dans les derniers siècles). L’Etat-nation est avant toute chose un concept crée et exporté par les Européens. Ainsi l’Europe doit être le fer de lance avant-gardiste de la déconstruction de sa propre invention. Nul doute que cela aurait des répercussions sur le Monde entier étant donné le Soft Power de notre continent.

    C’est à mon avis le sens principal de la construction européenne.

  • Pour la démocratie fédérale, contre l’État

    30 juin 2014  07:53, par David Gasnier

    @Ferghane Azihari, je suis tout a fait d’accord avec votre position contre le concept dangereux d’état-nation, la nation est un concept culturel, il est absurde de vouloir faire correspondre état et nation, cela abouti a des drames sans fin, chaque nation voulant son état ce qui est évidemment impossible, les états-nations aboutissent a une homogénéisation culturelle autoritaire, niant la diversité culturelle intrinsèque a l’Humanité, les diasporas, etc, évidemment la France et la Turquie sont des modèles autoritaires d’effacement des peuples minoritaires, pourquoi un état ne serait il pas multinational ? Comme l’Autriche-Hongrie, ou même le Royaume-Uni ? Ce concept d’état-nation qui a ensanglanté l’Europe depuis Valmy et Napoléon est une tragédie pour l’Humanité, cela remonte a la monarchie Française, mais j’en veut a la Révolution française d’avoir consacrée idéologiquement cette monstruosité barbare et d’avoir accomplis l’oeuvre absolutiste des rois de France. L’état Français est une plaie pour le genre Humain, par le modèle utopique et dangereux qu’il exporte, détruisons cet instrument de tyrannie, ancêtre des totalitarismes, peut m’importe l’Europe ou le mondialisme ici, toute solution est bonne pour en finir enfin avec l’état Français et sa soit-disant modernité.

  • Du désamour du projet européen

    29 juin 2014  15:23, par Alexandre Marin

    « Ce phénomène populiste se retrouve aussi bien dans la Russie de Poutine, l’Egypte des Frères Musulmans, le Tea Party américain ou plus récemment dans la nouvelle Inde de Modi. »

    Pour ne prendre que les démocraties, c’est assez incroyable que Modi ou les Tea Parties ne proposent pas de dissoudre les fédérations indienne et américaine pour revenir aux Etats fédérés alors que les nationalistes européens, si.

    Même Poutine veut « s’agrandir » avec une union eurasiatique, et les frères musulmans veulent unir le monde musulman, même si c’est en imposant leur vision de façon unilatérale et par la violence. Tous les « phénomènes populistes » du monde veulent conserver ou élargir leur sphère politique. Seul les populismes européens veulent réduire leur sphère en prêchant le retour à l’Etat-Nation souverain.

    Il faudrait qu’on ait des populistes pro-européens qui plaident, par exemple, pour une « Europe forteresse », afin que toutes les idées politiques de la société civile européenne ayant un peu de relais et de popularité dans l’opinion publique soient représentées.

  • Du désamour du projet européen

    29 juin 2014  12:31, par tnemessiacne

    C’est juste que les Etats-Unis d’Europe ne peuvent pas se faire en un jour, il faut se préparer pour ça, en faisant passer des messages contradictoires, quand les convictions s’affaiblissent, souvent on tombe dans le panneau.

  • La déesse Europe et le taureau : signification du mythe dans l’Europe moderne

    28 juin 2014  12:22, par ESTHER

    Je passe par cette case « message », car ne sais pas comment vous contacter. J’écris un livre, et je souhaite en savoir plus par rapport au copyright de 2 de vos photos : la sculpture du taureau devant le parlement européen à Strasbourg et devant le Conseil européen à Bruxelles. Je suppose que c’est tiré du site Europa. Merci bien Esther

  • Réforme territoriale française : pourquoi ne pas supprimer l’échelon étatique ?

    27 juin 2014 15:20, par Ferghane Azihari

    Valoriser, ça veut dire donner plus de compétences aux échelons locaux. Toutes les compétences qui peuvent être bien exercées à l’échelle locale n’ont strictement rien à faire dans les mains de l’Etat.

  • Réforme territoriale française : pourquoi ne pas supprimer l’échelon étatique ?

    27 juin 2014  09:13, par tnemessiacne

    @Ferghane Azihari

    Ou alors est ce que vous préconisez que le Conseil de quartier ou la commune fixe le montant des taxes, des impôts, de l’existence d’assurance santé ou chômage librement sans contrainte de l’Etat ? Mais il me semble que vous êtes un fédéraliste plutôt « total ».

  • Réforme territoriale française : pourquoi ne pas supprimer l’échelon étatique ?

    27 juin 2014  09:06, par tnemessiacne

    @Ferghane Azihari

    ça veut dire quoi la valoriser ?

    Faire de la promotion pour que les citoyens y participent, afficher les dates des réunions dans les rues etc... ?

  • Réforme territoriale française : pourquoi ne pas supprimer l’échelon étatique ?

    26 juin 2014 17:49, par Ferghane Azihari

    @Tnemessiacne La démocratie locale fonctionne bien. C’est pourquoi il faut la valoriser par un fédéralisme digne de ce nom, ce qui serait une étape vers la disparition de l’échelon étatique. Or aujourd’hui, elle n’a aucune marge de manoeuvre dans la France jacobine. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les régionalismes sont très europhiles, comme je l’ai expliqué plus haut.

    @Xavier Chambolle. La concurrence politique peut effectivement avoir de gros avantages. Car si on fait une analogie avec les logiques du marché, elle peut accroître la pression sur « l’offre politique » (les politiciens) afin d’engendrer un nivellement par le haut, ce qui serait dans l’intérêt de « la demande » (les citoyens). Mais un tel scénario suppose bien souvent des rapports de force équilibrés entre les individus qui composent les sociétés en question. Aujourd’hui ce n’est pas (encore) le cas. D’où le fait que cette concurrence doit pour l’instant être encadrée par un socle de règles minimales pour protéger les plus faibles.

  • Réforme territoriale française : pourquoi ne pas supprimer l’échelon étatique ?

    24 juin 2014  07:12, par tnemessiacne

    Par contre au niveau local on a accès à une multitude d’informations via les comptes rendu des conseils d’arrondissement ou de quartier. Au niveau de la mairie de Paris avec le PLU on a aussi quelques informations, après ce serait bien d’avoir plus d’informations au niveau régional, on a le budget et on peut y voir que le principal poste de dépense est les lycées.

    Mais il serait bien d’avoir un aperçu des grands projets, ou des choses remarquables déjà existantes.

    Et l’avantage des conseils de quartiers c’est qu’on y voit la vie du quartier, des habitants se présentent s’expriment sans langue de bois, parlent de leur environnement de ce qu’il se passe. Il faudrait partir de cette base concrète pour amener les politiques à être et à plus exprimer la réalité.

  • Réforme territoriale française : pourquoi ne pas supprimer l’échelon étatique ?

    24 juin 2014  07:04, par tnemessiacne

    Je pense que la démocratie locale fonctionne bien. Par exemple à Paris, il y a la région Ile de France, la mairie de Paris, les Conseils d’arrondissements où chacun peut s’exprimer, et les conseils de quartiers. Dans les faits c’est assez décentralisé. Comment peut-on faire plus, les conseils de rue, puis les conseils d’immeubles sous la tutelle de l’Etat ?

  • Réforme territoriale française : pourquoi ne pas supprimer l’échelon étatique ?

    24 juin 2014  04:39, par Xavier C.

    Le blocage est simple. La France est un pays extraordinairement centralisé. Et lorsqu’il y a un aspect décentralisé, très souvent, c’est du maquillage.

    Alors forcément, ça peut être difficile d’envisager de détruire cet échelon national pour le dissoudre dans des entités plus petites et de donner à l’Europe certaines de ses compétences (armée et diplomatie, pour ne citer que les deux plus évidentes).

    Imaginons que la France soit organisée comme la Suisse, qu’elle soit aussi démocratique qu’elle, aussi respectueuse de l’échelon local, aussi fidèle au principe de subsidiarité. Nous aurions beaucoup moins de mal à envisager le scénario exposé par Ferghane, parce que cela consisterait simplement à transférer les compétences nationales au niveau européen - et c’est tout. Il nous suffirait alors d’envisager un avenir commun avec nos voisins, une union pour que notre voix porte plus dans le monde.

    Mais ce n’est pas le cas. L’État français étouffe ses régions (et il joue à redessiner la carte pour brasser de l’air, il y a de quoi rire tout de même), tient en laisse les échelons plus petits (regardons les pouvoirs du préfet, c’est assez surréaliste) et, cerise sur le gâteau, se permet de donner des leçons à certains pays et à manquer bien souvent de respect envers nos voisins helvètes.

    Car, sur le fond, cette réforme territoriale est d’un ridicule absolu. Reprenons la Suisse, pays plus petit que certaines régions françaises, divisé en une vingtaine de cantons ! Et bien ce pays et ces cantons sont mieux gérés que la France et son millefeuille adminsitratif. Regrouper des régions pour faire des économies est une grossière farce. Il aurait été beaucoup plus efficace de ne garder que les départements et de leur laisser plus de libertés, plus de marges. Mais en France tout doit être égal, homogénéisé, fade et inefficace. Je vais lâcher le mot, cela consiste à laisser les entités locales (régionales, cantonales, provinciales, départementales, etc.) se faire concurrence !

    Hé oui. Aux USA, au Canada, en Allemagne, en Suisse, en Inde et dans d’autres pays, il y a un échelon fédéral avec des compétences plus ou moins claires, qui ne s’occupe pas de tout (mais qui cherche toujours à avoir plus de pouvoirs) et il y a les entités locales qui jouissent de grandes libertés. Qui peuvent donc adopter des politiques plus logiques par rapport à leurs contraintes et aux aspirations de leurs populations. Chaque entité explore des politiques différentes, des solutions différentes et chacun s’inspire, plus ou moins bien, des réussites des voisins.

    En France, c’est l’inverse. C’est la solution unique imposée à tous. Une chance que, parfois, des régions, départements ou villes peuvent « essayer » une politique avec la sainte bénédiction de Paris.

  • Réforme territoriale française : pourquoi ne pas supprimer l’échelon étatique ?

    18 juin 2014 14:10, par Ferghane Azihari

    Et alors ? Cela veut dire que la Troïka est avant toute chose à la botte du couple franco-allemand. Là aussi, il faut savoir mettre le curseur au bon endroit en condamnant les bonnes personnes.

    Quant à l’harmonisation fiscale et sociale. Elle est permise, elle existe avec la TVA ou encore avec le temps de travail. Donc elle n’est pas interdite. Les articles 113 et 153 TFUE le permettent. Le problème des politiques sociales et fiscales européennes, c’est qu’elles s’élaborent à l’unanimité. Les fédéralistes veulent passer à la majorité ;) Et même si les traités l’interdisaient, ce ne sont que de vulgaires outils au service du politique...qui peuvent être changés.

    Loin de moi l’idée de remettre en cause les quelques avantages de la République française, je dis simplement que ces avantages pourraient être préservées sans l’échelon étatique. Un Etat n’est pas une fin en soi. Ce n’est qu’un vulgaire moyen au service des libertés. Si il apparait que ces libertés peuvent être confortées sans lui alors il n’a aucune raison d’être. Or une France libérée de son ’échelon étatique rendrait les Français plus libres à l’échelle de leurs territoires et en Europe. Ils seraient libres d’être plus libéraux ou plus collectivistes à leur propre échelle. Et ils auraient plus de chance de vivre dans le régime politique qui leur ressemble :)

    Je ne dis pas être politiquement neutre. Comme tout citoyen, j’ai mes opinions. Mais j’estime que les idéologies économiques partisanes n’ont rien à faire dans ce débat et je ne pense pas avoir fait l’apologie de telle ou telle politique économique contrairement à ce que vous sous-entendez depuis le début. Je vous accorde le fait que d’un point de vue général, j’aime bien rester dans le théorique mais vous avez tort de dire que je m’en contente. Après tout dans ce cas de figure, en optant pour plus de liberté à l’échelle locale, ma vision est bien plus respectueuse de la pratique et de la réalité que ne l’est la votre. Après tous les réalités individuelles, elles sont locales avant toute chose, n’est-ce pas ?

  • Réforme territoriale française : pourquoi ne pas supprimer l’échelon étatique ?

    18 juin 2014  07:35, par Thomas

    Et alors ? Quel est le rapport entre le fait que la France soit le second Etat du Conseil européen et la Troïka ? Ton couplet sur le manque de pédagogie est une vaste blague : pourquoi ne dis-tu pas que les traités européens interdisent toute harmonisation sociale et fiscale au niveau européen ?

    Ensuite, ton couplet sur la neutralité politique de tes opinions me fait bien rigoler. Ce que moi j’essaye de t’expliquer depuis le début, c’est que je ne fonde pas mon opinion politique sur des constructions intellectuelles, mais sur les réalités de la France et sur mon vécu de citoyen. Si j’ai été à l’école, c’est parce que la République à fait de l’éducation un droit, qui n’est pas uniquement inscrit en lettre d’or dans une constitution ou un texte de loi, mais qui réel (même si on peut faire des critiques à l’institution scolaire). Si quand j’étais gamin mes parents ont pu m’emmener chez le médecin quand j’étais malade et prendre les médicaments nécessaires pour me soigner à la pharmacie et éventuellement m’emmener à l’hôpital si mon souci était grave, c’est parce que les organismes de protection sociale étaient la. Je suis conscient que la République française est en crise politique et institutionnelle, qu’elle souffre du présidentialisme et du bipartisme, je suis moi-même partisan d’une nouvelle Constitution et d’une nouvelle République. Mais jamais je ne souhaiterai la mort d’un système politique et social qui m’a permis, me permet toujours et me permettra encore de me construire comme être humain, même s’il a des défauts.

    La différence fondamentale entre toi et moi, c’est que tu développes tes opinions comme un universitaire doctrinaire. Tu discutes du sexe des anges à tout bout de champ et tu apportes des réponses avant de poser les questions. Moi, je ne condamne pas le fédéralisme en tant que tel : je t’ai d’ailleurs dit dans une autre discussion que j’avais une certaine sympathie pour les républicains espagnols. Je les sais fédéralistes et je pense que dans le contexte espagnol, ils ont raison de l’être. Je ne condamne pas un système politique pour des raisons morales ou philosophiques, j’essaye de l’observer dans sa réalité. L’inverse de toi en somme, qui raisonne à partir de considérations abstraites.

  • Réforme territoriale française : pourquoi ne pas supprimer l’échelon étatique ?

    17 juin 2014 20:56, par Ferghane Azihari

    Je me contenterai de rappeler que la Troïka est mandatée par le Conseil européen...la France étant le deuxième Etat le plus influent dudit Conseil. Mais merci, vous m’aidez à réaliser qu’il y a vraiment un travail de pédagogie à faire en ce qui concerne le fonctionnement des institutions européennes. On remarque que ceux qui vocifèrent le plus contre les institutions européennes sont aussi ceux qui en savent le moins.

    Je suis pas là pour dire que la France doit nécessairement libéraliser son économie. Vous n’avez pas compris que j’adopte depuis le début de ce débat une posture trans-partisane en ce qui concerne les questions économiques, et pour être franc, c’est vraiment fatiguant, donc faites un effort s’il vous plaît pour éviter que je me répète :D Tout ce que je sais, c’est que la structure institutionnelle et administrative de la France est actuellement insoutenable. Et à vous entendre, la France n’a rien à changer dans son modèle institutionnel. Très bien. Ne changeons rien du tout.

  • Réforme territoriale française : pourquoi ne pas supprimer l’échelon étatique ?

    17 juin 2014  20:48, par Thomas

    Au fur et à mesure que la discussion avance, le vernis disparaît. J’aime bien ton alternative : soit la France applique un programme de réformes libérales conformes aux traités européens, soit la Troïka affame et martyrise la France.

    Contrairement à ce que tu penses, la République française est un régime démocratique. Donc s’il fallait changer du tout au tout l’organisation territoriale de la République, le peuple français devrait être consulté, après un débat national.

    Ensuite, pour ce qui est de la Vème, je persiste, elle est moins jacobine que bonapartiste. Quant à l’abstention, je te ferai remarquer que sur les référendums de 1992 et 2005 relatifs à l’intégration européenne ont bien plus mobilisés les français que les élections européennes. Comme quoi, les français ne sont pas désintéressés par l’Europe, ils sont juste désillusionnés à son égard.

  • Réforme territoriale française : pourquoi ne pas supprimer l’échelon étatique ?

    17 juin 2014 19:18, par Ferghane Azihari

    Que la France se réforme si elle ne veut pas terminer comme la Grèce et qu’elle cesse d’accuser ses partenaires d’être la source de tous ses maux quand certains pays qui jouent avec les mêmes règles que nous (qui ont été votées par nos gouvernements nationaux et non pas par des instances transnationales) s’en sortent beaucoup mieux... Je rappelle aussi que la France a une énorme responsabilité dans la crise grecque. C’est bien elle et l’Allemagne qui ont commencé à jouer avec les critères de convergences lors du passage à l’euro et ont mandaté la Troïka.

    « Pour ce qui est des territoires, mon seul souhait est qu’ils respectent la Constitution ». Et bien parfait ! Personne ici ne prône l’inconstitutionnalité. Maintenant le droit n’est qu’un instrument du politique et je souhaite par conséquent que la Constitution française s’inspire des régimes fédéraux pour laisser le plus de marges de manoeuvre possible aux territoires pour conforter la liberté des individus qui s’y trouvent afin qu’ils soient libres d’appliquer les politiques qu’ils veulent à leur échelle, qu’elles soient libérales ou collectivistes. Même si l’idéal reste la disparition de l’échelon étatique qui apporterait un souffle de démocratie dans notre pays.

    L’abstention aux européennes peut être simplement expliquée : la culture politique trans-nationale est très difficile à inculquer quand on sort de deux siècles pendant lesquels on a été dominé par l’hégémonie du paradigme de l’Etat-nation. Cela n’infirme pas le fait que la démocratie européenne se construit plus vite que lesdits Etats-nations sans artifice xénophobe comme le nationalisme. C’est tout à son honneur ;) Je remarque d’ailleurs que les Français font actuellement beaucoup plus confiance aux instances européennes qu’aux instances nationales alors que ces dernières sont incapables de survivre sans le nationalisme. Enfin le jacobinisme n’est pas que consubstantiel à la Vème, elle est dans l’ADN de la France. A certains égards, notre « République » est la plus monarchique d’Europe.

  • Réforme territoriale française : pourquoi ne pas supprimer l’échelon étatique ?

    17 juin 2014  18:37, par Thomas

    Je ne dis pas que les dirigeants français sont irréprochables, mais blanchir l’UE dans la peur des français de vivre dans les mêmes conditions que le peuple grec, c’est tout ce qu’il y a de plus ridicule. Comme si les traités européens et la Commission étaient souples en matière budgétaire...

    Pour ce qui est territoires, mon seul souhait est qu’ils respectent la Constitution et les lois en vigueur, les principes républicains et le statut qui leur est accordé (je pense à la Corse et certaines collectivités d’outre-mer). Si ta municipalité à le droit constitutionnel ou légal de vendre son patrimoine ou au contraire de l’augmenter, il s’agit d’une bataille politique dans laquelle chacun défendra ses opinions. Par contre, si une collectivité viole ouvertement la Constitution ou la loi, par exemple en décidant unilatéralement de supprimer son action sociale alors qu’elle n’en a pas le droit, je me battrai contre, parce que la la bataille n’est pas uniquement politique mais aussi juridique.

    Nuance : c’est la Vème République, plus bonapartiste que jacobine, plus présidentialiste que parlementaire, qui musèle l’Assemblée nationale d’une part en la soumettant à un exécutif écrasant et d’autre part en organisant le bipartisme en son sein. Je m’oppose au présidentialisme et au bipartisme, donc pas besoin d’essayer de me piéger avec l’exemple de la Vème, qui d’ailleurs est bien différente des régimes précédents. Quant à ta démocratie européenne en construction, laisse moi « rigoler » quand on voit l’énorme abstention des dernières élections...

  • Réforme territoriale française : pourquoi ne pas supprimer l’échelon étatique ?

    17 juin 2014 01:01, par Ferghane Azihari

    Bon je ne répondrai pas au premier paragraphe imprégné, soit de méconnaissance, soit de mauvaise foi (même si je penche plus sur la seconde hypothèse en ce que les sujets évoqués ont été traités en boucle). Mais si les Français ont peur de terminer comme la Grèce, ils feraient mieux de se méfier de leur propre gestion. Mais bon. Rechercher un bouc-émissaire étranger pour éviter de se remettre en question, c’est un sport national. Il faut dire que notre « République » est tellement parfaite que le danger ne peut venir que de l’extérieur, n’est-ce pas ?

    Sachez que les mouvements régionalistes sont très proches d’EELV. Donc votre « néo-libéralisme » qui serait consubstantiel au régionalisme ne tient malheureusement pas :D

    « Je suis contre la liberté des territoires de liquider leurs services publics ». Simple question, si demain la Martinique décide à la majorité de privatiser ses piscines et ses autres services publics, si vous n’y résidez pas, cela ne vous regarde pas. Si demain ma municipalité décide au contraire de racheter tous les commerces de mon quartier pour en faire des magasins publics, cela ne vous regarde pas non plus. Votre phrase démontre parfaitement les caractéristiques du jacobinisme « démocratique » français : une dictature de la majorité qui ne laisse aucune place à l’expression des préférences locales.

    La France n’est pas une démocratie. C’est une monarchie élective qui n’admet pas le caractère singulier de l’individu et qui musèle le véritable représentant de la « volonté générale » (l’Assemblée nationale) dont la représentativité est tronquée du fait du scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Elle ferait mieux s’inspirer du parlementarisme européen qui est en train de se construire malgré la résistance des nationalistes.

  • Réforme territoriale française : pourquoi ne pas supprimer l’échelon étatique ?

    17 juin 2014  00:10, par Thomas

    En tout cas, toi qui te présente comme le grand avocat de la démocratie, tu n’as jamais défendu l’idée d’un référendum pour que les citoyens puissent approuver ou rejeter la « réforme » proposée... D’ailleurs, si tu es partisan de cette réforme, tu es bien malhonnête, puisque celle-ci prévoit la suppression de la clause de compétence générale. Quant à la Grèce, c’était une invitation à t’y rendre, pour que tu vois les résultats concrets des politiques européennes, qui convergent avec ton idéal de disparition de l’Etat. En Grèce, les gens ne sont plus opprimés par l’Etat, ils sont juste en train d’être lentement saignés à blanc. D’ailleurs, si le FN réalise des scores de plus en plus inquiétants, c’est parce que la France est terrorisée à l’idée de subir le même martyr. Médites un peu la-dessus, ça te fera le plus grand bien.

    Je suis en effet à la liberté des territoires français de se mettre en concurrence entre eux dans un contexte de guerre économique intense. Effectivement, je suis contre la liberté des territoires de liquider leurs services publics et les conquêtes sociales et démocratiques du peuple français. Parce que ce que tes dissertations sur le sexe des anges oublie, c’est que les droits sont les mêmes pour tous dans la France républicaine. Droits et conquêtes que l’Union Européenne, avec l’aide d’une partie du personnel politique français, cherche à liquider au nom de la « concurrence libre et non faussée », projet de société antirépublicain et synonyme de régression.

    Alors maintenant, au lieu de me parler de « l’esthétique de la démocratie » (expression intellectualiste dont j’avoue que je ne sais pas ce que c’est), du « principe de subsidiarité » ou de la « pluralité des ordres juridiques », juges plutôt la République française à sa vraie valeur, celle d’un Etat démocratique et social, qui peut encore faire des progrès, mais dont on ne peut pas nier les qualités.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Nos vidéos