L’ICE Fraternité 2020 veut bouger l’Europe

Un million d’Européens pour des millions d’Européens

, par Philippe Perchoc

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [English] [français]

L'ICE Fraternité 2020 veut bouger l'Europe
Logo de Fraternité 2020 © Fraternité 2020

2011 était l’année de sauvetage des banques. 2012, celle des réunions fiévreuses au chevet de l’austérité. Et si 2013 était l’année des Européens ? C’est urgent ! On n’a jamais vu autant de chefs d’Etats et de gouvernements sillonner l’Europe en avion pour les uns, en train pour les autres, pour sauver les banques, sauver le système financier, sauver les budgets, sauver le dernier sauvetage, réorienter, renégocier, annoncer. Bref, on s’agite dans tous les sens. Sauver l’Europe, certes. Sauver les Européens, personne n’en a trop entendu parler.

Pourtant, l’année 2013 est l’année de la citoyenneté européenne. Profitant donc de l’opportunité ouverte par le traité de Lisbonne, un comité de 54 citoyens européens a proposé le 1er avril 2012 à la Commission une initiative citoyenne européenne Fraternité 2020 au sujet de la mobilité des Européens, pour que nous aussi, nous puissions nous agiter dans tous les sens. La proposition est simple : consacrer à terme 10% du budget européen à l’ensemble des programmes d’échanges entre Européens (jeunes, étudiants, travailleurs, chômeurs, avec ou sans le permis … Bref, tout le monde, même les eurosceptiques), développer les compétences acquises pendant le séjour, mieux évaluer les bénéfices de ces échanges.

Le constat est le suivant : depuis que le programme Erasmus existe, seul 1% des étudiants ont été concernés par ce programme. Est-ce suffisant ? Non. Or, la démultiplication de ces échanges a une exceptionnelle valeur ajoutée (pour parler comme les agences de notations) : développement des capacités professionnelles, mobilité sur un marché européen de l’emploi, accroissement de la connaissance des Européens. Là où les discours européens prônent « l’Europe qui marche », nous nous faisons les défenseurs d’une véritable Europe des Européens, qui « marchent » d’un pays à l’autre. L’Europe triple A : active, accessible et agissante.

La proposition est le fruit d’une discussion au sein d’un comité de 54 Européens, deux par État membre (quand la Commission demande 7 citoyens de 7 États membres), afin de la rendre la plus large, la plus réfléchie et la plus compréhensible possible. Monter une ICE est une grande aventure. Au-delà du problème de la langue, c’est celui du langage commun qu’il faut trouver, des réseaux qu’il faut mobiliser, de l’élan européen dans un espace fragmenté en 27 espaces nationaux. Après avoir été acceptée comme la première ICE par la Commission, l’objectif est donc maintenant de trouver un million de signatures de citoyens européens pour promouvoir cette idée. La pétition a déjà été signée par 57 000 citoyens. Il en manque seulement 943 000, c’est-à-dire moins d’un Européen sur 500. Plus de 100 ONG soutiennent Fraternité 2020, comme plus de 50 députés européens, une cinquantaine d’universitaires européens, un groupe de rock hongrois, un basketteur lituanien, un DJ de Bruxelles et très bientôt vous, je l’espère.

Ainsi donc, avec Fraternité 2020, faisons de l’année 2013, une année de tous les Européens.

Vos commentaires

  • Le 17 janvier 2013 à 11:10, par Vladimir En réponse à : L’ICE Fraternité 2020 veut bouger l’Europe

    Bravo pour cette initiative, je me suis empressé de signer.

    L’objectif à terme est de consacrer 10% du budget à des programmes de mobilité. Mais savez-vous quel est le pourcentage aujourd’hui du budget européen consacré à ces questions ?

    Merci

    Et y a t il un moyen de suivre l’évolution du nombre de signature, ce que je n’ai pas trouvé.

  • Le 18 janvier 2013 à 11:57, par Stephanell En réponse à : L’ICE Fraternité 2020 veut bouger l’Europe

    @Vladimir

    On estime que 60% du programme Education et formation tout au long de la vie est consacré à la mobilité : 60% de 6,97 Md€ sur 7 ans => 4,2 Md€.

    Pareil, au moins 60% du programme Jeunesse en action serait consacré à la mobilité (SVE, projets d’échange de jeunes, coopération au niveau mondial), soit 60% de 885 millions d’euros => 531 M€

    Au total : 4,7 milliards d’euros sur 7 ans... Pas plus de 0,5% du budget européen

  • Le 18 janvier 2013 à 15:38, par Vladimir En réponse à : L’ICE Fraternité 2020 veut bouger l’Europe

    @ Stephanell

    Merci pour cette réponse.

    Parce que 10 % ça semble quand même énorme, par rapport aux 0,5 %. Même si il y a peut-être d’autres programmes faisant de la mobilité ?

    Mais c’est vrai que ceci peut être justifié dans le monde dans lequel on vit par les effets bénéfiques que ceci peut avoir sur la croissance.

    Après il ya toujours l’écueil du mondialisme.

  • Le 21 janvier 2013 à 13:56, par Paul En réponse à : L’ICE Fraternité 2020 veut bouger l’Europe

    @ Vladimir

    Oui Vladimir, tu peux suivre l’évolution des signature au lien suivant : http://fr.fraternite2020.eu/signatures.html Cordialement

Commenter cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom