Accueil > Opinions > Monsieur Hollande, parlez-nous d’Europe !

Monsieur Hollande, parlez-nous d’Europe !

, par France Bouchez

François Hollande est depuis maintenant quatre mois à la tête de l’Etat français. Il succède à Nicolas Sarkozy, dont le quinquennat a été marqué par une gestion intergouvernementale des affaires européennes. Quelle est la vision du nouveau Président pour faire avancer l’Europe ?

François Hollande au Conseil européen de fin juin 2012 - source: FlickR du Conseil européen

Auteurs

Mots-clés

Immédiatement après son élection, le président français devait rapidement afficher son intervention au Conseil européen sur le traité de stabilité (TSCG) pour respecter ses promesses de campagne et se différencier de son prédécesseur.

Mais plutôt que de livrer à ses concitoyens une réelle ambition pour le projet européen, ce qui aurait été une véritable rupture avec Nicolas Sarkozy, François Hollande n’a fait que reprendre le flambeau de celui-ci. Il a, jusqu’à présent, adopté l’habitude de tous les précédents présidents français au lendemain de leurs élections : montrer qu’il peut s’imposer à Bruxelles et renégocier les traités.

Une forme différente mais sans l’ombre d’une conviction

Pour contrecarrer la montée de l’extrême droite sur les questions d’immigration, Nicolas Sarkozy n’a pas hésité à se présenter comme défendeur actif de l’intérêt national. Il a pointé du doigt la gestion de l’espace Schengen et médiatisé le rapatriement des Roms.

Mais la mesure ne doit pas empêcher l’expression des convictions : pourquoi notre nouveau Président ne dit-il pas haut et fort que l’avenir se situe à l’échelle européenne ? que la France a tout à gagner à ce que l’Union Européenne se renforce politiquement ? que l’Europe est en marche vers le fédéralisme et qu’il mettra tout en œuvre pour la rendre plus accessible afin que les Français puissent participer aux décisions ?

Car c’est bien là tout le problème : l’Europe poursuit sa construction mais sans ses citoyens, à coups de réunions de Chefs d’Etats et de gouvernements. François Hollande participe à cette intégration mais sans la replacer dans un projet global porteur d’espoir. Ainsi laisse-t-il ses citoyens sans visibilité et n’en ressentir que les contraintes.

Le Président Hollande peut raccorder les Français à l’Europe

En dehors des différences de communication, François Hollande a bien une approche distincte de son prédécesseur sur l’Europe : plus fédérale, moins intergouvernementale.

La place de président telle que le prévoit notre constitution lui permet de gérer les questions européennes de façon directe et avec une certaine marge de manœuvre. Le suffrage universel donne à cet héritier de Jacques Delors, une occasion de prendre de la hauteur. Il peut se placer au-dessus des divisions de sa majorité et communiquer directement aux Français, les enjeux européens.

L’Europe est en train de prendre un tournant dans sa gouvernance. Ce changement aura inévitablement des incidences dans la vie politique française pendant le quinquennat. François Hollande a donc tout intérêt à montrer qu’il a anticipé et porté ces changements.

Mais le voilà qui fait écran, masquant les réalités et nous privant de sincérité. Il a même laissé totalement le gouvernement gérer publiquement le vote sur le traité budgétaire. Dommage, on attendait de l’audace et l’on obtient un rendez-vous manqué… !

Devant la frilosité de François Hollande à nous parler d’Europe, peut-être faut-il plutôt regarder les signes que nous envoie l’Allemagne et d’autres pays avec le rapport sur le futur de l’Europe pour comprendre la direction que nous prenons, comprendre de quoi sera fait l’avenir et reprendre confiance.

En tant que président de la République, M. Hollande a le choix d’être porteur de dynamisme pour construire l’Europe du XXIe siècle ou de n’être que le représentant des intérêts français au Conseil européen. Au contraire, en tant que citoyens, nous avons besoin qu’il nous parle de sa vision de l’Europe.

Partagez cet article

Vos commentaires

  • Le 17 octobre 2012 à 07:07, par Valéry En réponse à : Monsieur Hollande, parlez-nous d’Europe !

    Vous avez parfaitement raison de souligner les carences de la présidence de Hollande jusqu’à présent, carence qui ne s’arrête pas à l’Europe mais dans tout les domaines : le refus de rupture avec l’ère Sarkozy et les reculs perpétuels face aux oukazes de la droite conservatrice et autoritariste que nous avions cru reléguer dans l’opposition est à l’origine de sa chute vertigineuse dans les sondages.

    L’absence totale de vision en matière européenne n’est malheureusement pas une surprise tant ce thème a été absent de la campagne présidentielle et de celle des primaires. Les rares candidats qui y prônaient à l’époque une vision fédérale ne l’ont guère eux même mise en avant alors même que c’est précisément la seule solution pour permettre à l’Europe de surmonter la crise actuelle et de regagner l’adhésion populaire.

    Il ne nous reste qu’à espérer que Hollande verra la lumière, abandonnant ainsi le costume de Premier secrétaire du PS qu’il semble avoir conservé pour devenir enfin un homme d’État, ou que d’autres le feront pour lui et qu’il s’y ralliera, ce qui est finalement le plus probable.

  • Le 17 octobre 2012 à 12:14, par Julien-223 En réponse à : Monsieur Hollande, parlez-nous d’Europe !

    Quand France Bouchez demande, François Hollande s’exécute :)

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/10/17/francois-hollande-l-europe-ne-peut-plus-etre-en-retard_1776532_823448.html

    "A quelle échéance la voyez-vous, cette union politique ?

    Après les élections européennes de 2014. L’enjeu de cette consultation, ce sera l’avenir de l’Union. C’est la condition pour mobiliser les peuples et augmenter les taux de participation autour d’un vrai débat. J’espère que des partis européens présenteront leurs propositions aussi bien en termes de contenu, de cadre institutionnel que de personnalités, pour les porter notamment à la présidence de la Commission européenne."

  • Le 17 octobre 2012 à 12:48, par Paul L’Expatrié En réponse à : Monsieur Hollande, parlez-nous d’Europe !

    Ce qui guide la « politique européenne » (?.!) de Monsieur Hollande, c’est la crainte. Pas une crainte philosphique ou d’ordre géopolitique, seulement la crainte pliticienne de voir son pari, sa majorité, étaler ses divergences profondes sur le sens et l’avenir de l’intégration européenne... Le centre-droit et le centre-gauche français sont pro-européens, une large majorité de la droite l’est aussi... Mais une large fraction du PS, tout le Front de Gauche et le PC (dit F) sont violemment anti-européens (tout comme l’autre extrême, le FN)... Dans ces conditions, l’affichage d’une pseudo unité du PS et de la majorité présidentielle est plus importante que l’avenir de l’Europe et de la France...La pusillanimité présidentielle n’a pas d’autre cause. Tous les pays européens n’ont pas la chance d’avoir un Monti ou un Schauble ou un Lamers...

  • Le 17 octobre 2012 à 13:34, par Valéry En réponse à : Monsieur Hollande, parlez-nous d’Europe !

    @Paul L’Expatrié : en effet toutefois le rejet des différents traités successifs par une partie du PS n’est pas seulement dû à un attachement à un anti-libéralisme primaire archaïque que ne partage pas heureusement le reste du parti mais aussi à un niveau d’exigence élevé en matière de démocratie, que ne partage malheureusement pas le reste du parti. On y trouve, aussi, de nombreux appels en faveur d’une réforme fédérale des institutions européennes et il y aurait moyen, dans la recherche d’une telle réforme, de rassembler les socialistes (à part les vrais nationalistes par idéologie comme Védrine, heureusement has been).

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom