Accueil > Actualités > Attentats de Paris : La fin de l’insouciance

Attentats de Paris : La fin de l’insouciance

, par Hervé Moritz

Vendredi 13 novembre, plusieurs attaques terroristes dans les rues de Paris ont engendré la mort de 129 personnes et ont blessé des centaines de passants. Ces attaques, dont l’anonymat des victimes a indigné le monde entier, marquent un tournant dans la lutte contre le terrorisme en France comme en Europe. Plusieurs questions se posent, certaines limites ne doivent pas être franchises.

En quelques jours, le monde entier a apporté son soutien aux Français meurtris. Ici, bougies et fleurs jonchent le parvis de l’ambassade de France à Berlin et la porte de Brandebourg a revêtu le drapeau tricolore. - Chris Zi (CC/Flickr)

Auteurs

  • Rédacteur en chef du Taurillon de 2014 à 2016. Etudiant en master d’histoire et de sciences des religions à l’Université de Strasbourg. Il a étudié une année à l’Université de Leipzig.

    Twitter :

Mots-clés

Tous s’interrogent. Après les attentats et la période de deuil qui s’en est suivie, les batailles politiques ont repris de plus belles. Que faut-il faire ? Dans les premières heures des tueries de novembre, tous ont gardé le silence, un silence de circonstance, mais chacun savait ce qu’hommes et femmes politiques avaient déjà en tête. Les critiques ne se sont faites attendre que quelques jours : remise en cause de Schengen, déchainement sécuritaire et volonté guerrière, amalgames nauséabonds entre musulmans, réfugiés et terroristes. L’idéal européen de droits de l’Homme et de démocratie doit-il payer les vies brisées par les terroristes se revendiquant de Daesh ? Je ne le pense pas.

François Hollande devant le Parlement

Lundi 16 novembre, François Hollande a souhaité réunir les représentants de la nation française en congrès à Versailles. Sénateurs et parlementaires ont répondu à l’invitation du président, dans un élan d’unité et de solidarité nationales.

« La France est en guerre », le ton est donné. Vantant le goût de la vie et l’universalisme retrouvé de la nation française, le chef de l’Etat a exposé un programme de mesures et un calendrier serré. François Hollande a d’abord annoncé l’intensification des frappes aériennes contre Daesh, une annonce déjà précédée la veille d’une riposte française sur Raqqa, l’un des pôles de la nébuleuse djihadiste. Seule sur plusieurs fronts, et peu à peu isolée sur la scène internationale, la France doit porter une résolution au Conseil de sécurité de l’ONU pour obtenir un mandat international légitimant sa lutte contre l’organisation terroriste.

Cependant, François Hollande n’est pas revenu sur sa position initiale. Tout en intensifiant ses attaques contre Daesh, le président demande une transition politique en Syrie, transition qui doit se faire sans Bachar Al-Assad. C’est le principal point d’achoppement qui divise la coalition internationale entre le camp russe et le camp états-unien, que François Hollande souhaite pourtant réunir au sein d’une grande coalition, et qui marque également la rupture entre la gauche et la droite françaises, cette dernière prônant même une intervention au sol en Irak et en Syrie.

Un soutien européen exigé

François Hollande a également rappelé à l’ordre ses partenaires européens en demandant l’application de l’article 42-7 du Traité sur l’Union européenne, qui déclenche aide et assistance des Etats membres à un des leurs victime d’une attaque sur son territoire. L’opération militaire au Moyen-Orient est coûteuse, et le président a d’ores et déjà prévenu que l’heure n’était plus aux régimes de rigueur, envoyant un message cinglant à ses voisins européens, fustigés pour leur attentisme. A propos des réfugiés, que certains Etats de l’Est de l’Europe ont déjà pointés du doigt, François Hollande a garanti leur accueil en France comme le prévoit l’accord européen sur le sujet. N’en déplaise aux harangueurs haineux friands d’amalgames. Face aux pourfendeurs des accords de Schengen et de la stratégie migratoire européenne, il a tenu à assurer que la libre circulation au sein de l’espace Schengen doit être restaurée à l’issue des trois mois d’état d’urgence votés par le Parlement. Une affirmation non sans condition, souhaitant la mise en place rapide d’un registre européen des passagers aériens et le renforcement des contrôles aux frontières extérieures de l’espace Schengen.

La constitution révisée

Enfin, c’est un changement profond de la législation française que le président a voulu engager. L’état d’urgence se maintenant pendant trois mois, le Parlement devra plancher dans le temps imparti sur une série de réformes, y compris une épineuse réforme constitutionnelle qui n’a pas remporté l’adhésion de l’opposition. Dans cette dernière réforme, il s’agit d’autoriser des mesures d’urgence sans le déclenchement de l’état d’urgence, lui aussi dans le collimateur de la réforme pour s’étendre aux nouvelles technologies et aux cybermenaces. Tout en renforçant les effectifs policiers, Hollande souhaite durcir les lois anti-terroristes et renforcer le pouvoir des services de renseignements. La déchéance de nationalité pour le binationaux représentant une menace ou accusé d’atteinte aux valeurs fondamentales de la nation est dans les tiroirs, tout comme la poursuite des expulsions d’étrangers prêchant un discours islamiste radical.

La liberté n’est pas négociable

Ce chantier législatif n’est pas sans risque pour les droits fondamentaux des citoyens, qui devront être vigilants. Seul l’aspect provisoire de ces mesures liberticides, en vue du contexte particulier que nous vivons, autorise de pareilles décisions en démocratie. L’Etat de droit ne peut admettre dans la durée de telles mesures relevant de l’état d’urgence. Elles devront donc être levées dans les semaines à venir, une fois la menace imminente éteinte, laissant place à une menace constante avec laquelle les citoyens de France, d’Europe et du monde devront vivre.

Ce que les terroristes ont voulu, c’est attaquer une société dans son ensemble, son mode de vie, ses modes de pensée. Ils ont atteint la douceur de vivre et l’insouciance qui caractérisent l’Europe depuis qu’elle a mis fin aux guerres meurtrières qui la divisaient. Cette insouciance, force de vie, que regrettait Stefan Zweig dans le Monde d’hier, celui d’avant le premier conflit mondial. L’Union européenne est le produit d’un idéal universellement reconnu de paix et d’humanisme, de liberté, d’égalité entre tous et de fraternité entre les citoyens qui la composent, entre les penseurs qui la rêvent. Nous ne renoncerons pas à notre idéal face au fanatisme et à l’obscurantisme d’une bande de kamikazes insensibles aux douceurs de la pensée libre. Nous n’y renoncerons pas non plus devant les hordes de souverainistes donneurs de leçon en des temps si troubles et si difficiles pour les Européens touchés en plein cœur.

L’Union européenne unie dans l’adversité

Cet idéal européen, qu’il nous appartient de raviver toujours, doit aussi se concrétiser à la suite de ces événements. Il est temps d’avancer sur plusieurs points.

Il n’est plus envisageable que la France fasse la guerre pour les vingt-sept autres Etats membres. La menace terroristes est globale, il faut y répondre de manière forte par la mise en place de l’Europe de la Défense, disposant d’un commandement, de forces opérationnels, de matériels et de moyens pour agir au nom des Vingt-Huit, accordés au préalable sur une diplomatie commune mise au diapason par la Haute-Représentante à l’action extérieure sous le contrôle du Parlement européen. Les services de renseignement et les forces de police doivent également collaborer plus étroitement et un parquet européen doit pouvoir engager des procédures à l’échelle de l’Union contre les réseaux terroristes.

Il ne faut pas revenir en arrière sur la question des réfugiés. Des mesures ont été prises et approuvées par les Etats pour l’accueil de ces millions d’hommes, de femmes et d’enfants qui s’échouent sur les côtes européennes. Ils fuient la guerre, ils fuient Daesh. Nous ne devons pas renoncer à les accueillir, ni à la répartition entre les Etats et aux mesures qui doivent accélérer la prise en charge des demandeurs d’asile. La Pologne a annoncé à la suite des attentats son refus d’appliquer ce plan européen, c’est de la responsabilité de chaque partenaire de respecter ses engagements. Plus que jamais, l’Union européenne et ses membres doivent affirmer les valeurs fondamentales qui ont donné un sens à ce projet. La dignité humaine et la valeur suprême de la vie en sont des éléments non négociables.

Enfin, la libre circulation est à présent un droit inaliénable des citoyens européens. Si je suis citoyen, si j’ai le droit de cité, alors qui a le droit de m’empêcher de circuler sur le territoire de la cité. Les frontières nationales ne nous protègeront pas plus des djihadistes que les frontières européennes. La menace terroriste ne doit pas être le prétexte des égoïsmes nationaux, du repli sur soi, et par conséquent de l’effondrement de l’Europe. C’est ensemble que nous devons nous lever contre la menace, c’est ensemble que nous devons lutter, et c’est ensemble que nous vaincrons ceux qui ont assassiné la douce insouciance d’une génération de paix.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

P.-S.

Un article a retrouvé prochainement dans le Taurillon en Flam’s, l’édition papier locale des Jeunes Européens - Strasbourg.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom