Accueil > Actualités > « Brexit » : quel avenir pour la coopération et les fonds territoriaux (...)

« Brexit » : quel avenir pour la coopération et les fonds territoriaux européens au Royaume-Uni ?

, par Lola Gendron

Le vote du 23 juin en faveur d’un « Brexit » porte un coup à l’Union européenne en remettant en cause non seulement des valeurs communes partagées, mais également les politiques européennes dans lesquelles le Royaume-Uni s’est inscrit jusqu’alors. Bénéficiant de fonds structurels européens, il est légitime de se poser la question du futur des subventions allouées à ce pays, dans le cadre de la politique de cohésion territoriale de l’Union.

L’Université de Brighton a bénéficié de près d’un million d’euros de fonds européens pour un projet transfrontalier de 2 millions d’euros en coopération avec l’Université de Gand (Belgique), l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer - Ifremer et l’entreprise Polymaris Biotechnology. Ce projet, BioCare, finance la recherche pour le développement et la commercialisation de produits innovants pour la santé et l’environnement qui utilisent des ressources maritimes régionales. - Tom Gill (CC/Flickr)

Auteurs

  • Etudiante à l’Institut des Hautes Etudes Européennes en master Relations Internationales et membre des Jeunes Européens - Strasbourg.

Le Royaume-Uni, bénéficiaire régulier de fonds européens

En 2014, le total des dépenses de l’Union européenne au Royaume-Uni s’élevait à 6,985 milliards d’euros, soit 0,32% du Revenu National Brut. De plus, par le biais de 17 programmes nationaux et régionaux, le pays bénéficie pour la période 2014-2020 d’environ 16 milliards d’euros de fonds structurels et d’investissements européens [1].

En effet, le Royaume-Uni a perçu plusieurs milliards de livres du FEDER [2] pour le financement de projets locaux et régionaux. Il s’inscrit dans des programmes de coopération transfrontalière tels que : Interreg-Manche (France-Angleterre), Interreg 2 Mers (France-Angleterre-Belgique), Interreg-Europe du Nord-Ouest ou encore Interreg Irlande-Pays de Galles. Parmi les propositions financées, le projet AGIR, porté par des acteurs anglais et français, peut être évoqué. En effet, celui-ci a pu bénéficier en 2012 d’environ 678 000 euros du FEDER, et avait pour objectif de faciliter l’intégration des migrants et minorités ethniques au sein de la société anglaise.

« Brexit », quelles conséquences sur la coopération territoriale et l’attribution de ces fonds ?

Après un référendum qui s’est soldé par une victoire du « out of Europe », il reste à se demander si ces fonds, qui ont permis au Royaume-Uni de stimuler l’économie et de renforcer la coopération avec ses voisins, seront encore alloués pour des projets futurs.

Si le pays sort de l’Union européenne, le contexte actuel laisse à penser qu’ils ne bénéficieront plus de subventions pour des projets territoriaux, ou seront seulement associés en tant que tiers dans des programmes spécifiques en contrepartie d’une contribution aux programmes ils souhaitent être associés. Cela réduirait de manière importante les possibilités de coopération transfrontalière. Cependant, les discussions toujours en cours sur l’attribution d’un « statut spécial », similaire à celui de la Norvège, laissent planer un doute sur cette question.

Quoiqu’il en soit, si l’Union européenne doit se réformer d’une manière globale, et repenser ses investissements au Royaume-Uni, c’est à ce dernier de prendre toutes les responsabilités des choix effectués. En effet, il s’agirait pour le gouvernement britannique, soit de renoncer à toute subvention structurelle territoriale, soit de prendre en compte les impacts des projets financés par ces fonds sur le Royaume-Uni, et réfléchir avant de prendre la porte de sortie de l’Union européenne.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

Notes

[1FESI : instrument privilégié de la politique de cohésion, le FEDER en fait partie.

[2Fonds Européen de Développement Économique et Régional.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom