Accueil > Actualités > Reconnaissance de l’État de Palestine : le Parlement européen aura-t-il une (...)

Reconnaissance de l’État de Palestine : le Parlement européen aura-t-il une influence sur les États membres ?

, par Alexandra Thomé

La semaine dernière, lors la session plénière du Parlement européen, on a vu l’adoption à une large majorité de la résolution portant sur la reconnaissance de l’État de Palestine. Voici ce qu’il faut en retenir.

Le 17 décembre dernier, le Parlement européen a approuvé une résolution sur la reconnaissance de l’Etat palestinien avec 498 voix pour, 88 contre et 111 absentions. - European Union 2014 - European Parliament

Auteurs

  • Etudiante à l’Université de Strasbourg en Master 2 Droit des produits de santé en Europe. Membre des Jeunes Européens - Strasbourg.

La Haute Représentante pour les Affaires étrangères, Federica Mogherini, a affirmé dès le début de son mandat sa volonté de voir l’Union européenne jouer un rôle déterminant dans le processus de paix au Proche-Orient [1]. Lors du débat au Parlement européen sur le projet de résolution de reconnaissance de l’État palestinien, la Haute Représentante a évoqué l’urgence de la reprise des négociations entre Israël et l’Autorité palestinienne qui sont aujourd’hui au point mort. Bien qu’elle admette que la reconnaissance d’un État relève de la compétence des États membres, la Haute Représentante a appelé le Parlement européen à se saisir pleinement de son rôle de représentant des peuples de l’Union et à adresser un message clair à la communauté internationale.

Le débat du 26 novembre dernier a laissé apparaître, au-delà des disparités politiques traditionnelles sur le sujet, une volonté générale de voir l’Union européenne participer à la relance du processus de paix. Le Parlement européen soutient depuis longtemps la solution à deux États délimités par les frontières de 1967 avec Jérusalem comme capitale des deux États. Globalement les parlementaires considèrent que le statu quo, loin d’être satisfaisant, entretient les désaccords entre Israéliens et Palestiniens.

Mercredi dernier, le Parlement européen a adopté la résolution avec 498 voix contre 88 et 111 abstentions. Le Parlement soutient le principe d’une reconnaissance de l’État palestinien et de la solution des deux États, qui doivent constituer le fondement des négociations de paix. La résolution à une consolidation de l’autorité du gouvernement palestinien et appelle pour cela « toutes les factions palestiniennes, y compris le Hamas, (…) à mettre fin à leurs divisions internes » [2]. Après avoir condamné les récents actes de terrorisme et de violence qui ont secoué la région, le Parlement déclare que les implantations de colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés sont illégales [3]. Pour finir le Parlement considère que l’Union européenne doit jouer un rôle de médiateur et avoir une position commune, portée par la Haute Représentante.

Federica Mogherini a assuré aux parlementaires que leur voix serait entendue. Rappelons que la Haute Représentante, vice-présidente de la Commission européenne, préside le Conseil des ministres des Affaires étrangères. Beaucoup de parlementaires ont salué l’initiative de Federica Mogherini de faire de la question palestinienne une priorité et lui ont témoigné leur soutien. En tant que simple citoyen, il est rassurant de voir la Haute Représentante prête à assurer une réelle coopération entre les institutions. Encore faut-il que le Conseil des ministres des Affaires étrangères et le Conseil européen parviennent à un consensus sur la question palestinienne, ce qui risque d’être compliqué, car les États restent très divisés sur la question.

Neuf États membres de l’Union reconnaissent déjà officiellement la Palestine [4], d’autres l’ont symboliquement reconnue par le biais de leurs parlements nationaux [5], et quinze en sont encore loin. Si l’Union européenne veut être un acteur crédible du processus de paix au Proche-Orient, elle doit adopter une approche commune pour l’ensemble des États membres. Le Parlement européen et la Haute Représentante l’ont très bien compris, la balle est désormais dans le camp des États.

Voir en ligne : Photo : CC

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

Notes

[3Ibidem. Point 4.

[4République tchèque, Slovaquie, Hongrie, Roumanie, Bulgarie, Pologne, Malte, Chypre et Suède.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom