Accueil > Actualités > Syriza et Tsipras ne pourront rien contre l’intergouvernementalisme

Syriza et Tsipras ne pourront rien contre l’intergouvernementalisme

, par Fabien Cazenave

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Est-ce que la victoire de Syriza et de la Gauche de la Gauche en Grèce va changer l’Europe ? La réponse est négative. Non pas parce qu’elle est faible, mais en raison du mode de fonctionnement actuel de l’Europe.

Auteurs

Mots-clés

Les élections en Grèce de ce mois de janvier 2015 donnent lieu à beaucoup de commentaires. Beaucoup comparent à tort Alexis Tsipras à Jean-Luc Mélenchon. Le chef de Syriza n’est pas sur la même ligne que le trublion du Front de Gauche, en partie parce qu’il n’a pas besoin de radicaliser son discours par rapport à une gauche de gouvernement qui n’exste plus là-bas. Cependant, comme avec Renzi et Hollande avant lui, l’arrivée d’un leader de gauche promettant de ré-orienter l’Europe donne l’impression que quelque chose va bouger du point de vue politique.

Ceci ne va pas arriver. Pour trois raisons.

Pourquoi l’arrivée de Tsipras ne changera pas grand chose à l’Europe actuelle

Premièrement, parce que le futur gouvernement grec sera un gouvernement de coalition. Et une coalition très large. Le futur Premier ministre grec ne pourra pas se permettre de tenir une ligne très dure. Il sera forcément dans le compromis pour éviter d’être renversé au Parlement.

Deuxièmement, la situation économique grecque ne met pas les leaders politiques grecs en position de force. Même auréolé d’une large victoire à l’élection, le gouvernement grec ne pourra pas changer du tout au tout sa politique économique. Il ne pourra pas pour ce gouvernement mené par « un vrai homme de gauche » relancer l’économie par un fort investissement de l’Etat ou l’embauche dans la fonction publique des jeunes actuellement au chômage. Il a déjà annoncé qu’il négocierait un étalonnement de sa dette, pas la remise en cause de celle-ci. On est loin du grand soir. Un destin à la Mitterrand en somme.

Troisièmement, en raison du fonctionnement du Conseil européen. Devant ses collègues du Conseil, Alexis Tsipras ne représentera qu’une seule voix. Même en s’alliant à ceux qui souhaitent moins d’austérité et plus de relance, il devra aboutir à une solution commune avec tout le monde. Tous les pays étant souverains, il est nécessaire d’aboutir au Conseil à des décisions qui permettent à tout le monde de dire en conférence de presse à la fin « j’ai gagné »... Même les dirigeants favorables à l’austérité.

Le problème n’est pas l’Europe austéritaire mais celle intergouvernementale

Par conséquent, l’arrivée de Tsipras n’aura jamais pour conséquence de ré-orienter l’Europe. C’est un constat terrible, mais qui n’est pas nouveau. On oublie souvent qu’on a déjà eu des dirigeants communistes, eurosceptiques ou clairement souverainistes à la table du Conseil sans que cela change radicalement les politiques européennes.

Ce n’est pas un déni de démocratie, c’est la réalité des négociations internationales. L’Union européenne est censée être plus que cela. Nous devrions nous passioner pour les élections européennes à l’instar de ce que nous faisons pour ces élections grecques. Ce serait bien plus démocratique du reste.

En effet, admettons que le scrutin grec soit décisif et soit l’aube d’un grand changement pour l’Europe. Comment justifier que le destin de 500 millions d’Européens soit décidé par 2% d’entre eux ?

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

Vos commentaires

  • Le 25 janvier 2015 à 10:47, par MORIN Michel En réponse à : Syriza et Tsipras ne pourront rien contre l’intergouvernementalisme

    ET SI, tout en conservant en tête les arguments rationnels de Fabien, les yeux se fermaient un instant pour rêver...

    ET SI...

    Et si demain les européens grecs réveillait le « peuple européen » ? Et si le « peuple européen » de Spinelli et du Congrès retrouvait ses racines ? Nos racines ? Et si les racines des résistances aux totalitarismes politiques fructifiaient face au totalitarisme financiarisé ? Et si la financiarisation de l’Europe était stoppée et réduite par la volonté politique des Européens au sein de l’Union ? Et si l’Union européenne portait pleinement et haut les couleurs des valeurs qui la fondent : la paix, l’ouverture au monde, la solidarité, la démocratie, les libertés ? Et si les libertés de chaque peuple d’Europe s’unissaient en un vaste élan « populiste européen » ? Et si ce « populisme européen » balayait les pseudo-populismes nationalistes rancis ? Et si ces cauchemars nationalistes s’évanouissaient dans une Europe fédérale ? Et si l’Europe fédérale était le prolongement ou l’horizon de l’union de Seriza et du Pasok ? Et si l’horizon des fédéralistes était de prolonger l’appel « nous sommes tous des Grecs » ?

    Michel Morin 24 janvier 2015

  • Le 26 janvier 2015 à 18:03, par tnemessiacne En réponse à : Syriza et Tsipras ne pourront rien contre l’intergouvernementalisme

    « Syriza et Tsipras ne pourront rien contre l’intergouvernementalisme »

    Une analyse un peu trop limitée, « fédéraliste » de la plume du Taurillon.

    Enfin ça soulève l’idée qu’un nouveau rapport de force s’installe en Europe, avec Podemos en Grèce.

    « Pourquoi l’arrivée de Tsipras ne changera pas grand chose à l’Europe actuelle »

    Il est toujours bien de rappeler des idées évidentes : « un parti d’extrême gauche au pouvoir » « un programme radical de hausse de salaires, d’electricité gratuite etc... »

    C’est simple, l’arrivée de Tsipras « a déjà changé l’Europe ».

  • Le 26 janvier 2015 à 18:11, par Fabien Cazenave En réponse à : Syriza et Tsipras ne pourront rien contre l’intergouvernementalisme

    @tnemessiacne : je ne suis pas sûr du tout que cela change plus l’Europe que l’arrivée de Renzi et Hollande au pouvoir de ce point de vue. J’espère me tromper, mais je n’y crois pas du tout.

  • Le 26 janvier 2015 à 18:38, par tnemessiacne En réponse à : Syriza et Tsipras ne pourront rien contre l’intergouvernementalisme

    @ Fabien Cazenave

    C’est quand même l’extrême gauche...

    Nous verrons aux prochains Conseils européens.

    Il est à noté également la sémantique médiatique récente sur l’Ukraine avec Federica Mogherini (chef de la diplomatie européenne) qui a convoqué les ministres des affaires étrangères européens.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom