Europa City : et si l’Europe se dotait d’une nouvelle capitale ? (2/3)

, par Maël Donoso

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [français]

Europa City : et si l'Europe se dotait d'une nouvelle capitale ? (2/3)

Imaginons que l’Europe fédérale voie le jour, et que la fondation d’une capitale soit décidée. Comment la nommer ? Et où la bâtir ?

Nous avons vu, dans la première partie de l’article, l’utilité d’un centre politique autonome pour les États fédéraux. Il faut cependant admettre que les noms de baptême des capitales fédérales ne brillent pas par leur originalité (Brasilia), ou reprennent des noms pré-existants (Canberra et New Dehli). Il est difficile d’être audacieux en restant consensuel, et nommer la ville qui prendra la tête d’une fédération est un pari difficile. Si l’Europe était amenée devant ce choix, comment nommerions-nous notre capitale ?

Un nom consensuel, personnifié, mythologique ?

Lorsqu’il s’agit de trouver des noms, nous autres Européens n’avons guère brillé par notre créativité durant ces dernières années, allant jusqu’à appeler « euro » notre monnaie commune. « Europa City » est donc l’option la moins risquée, même si elle ne déborde pas d’imagination. L’expression est cependant anglaise, or l’anglais n’est que l’une des langues officielles européennes. On pourrait imaginer des déclinaisons linguistiques : « Cité d’Europe », « Europa Stadt », etc.

Mais des noms trop différents pourraient provoquer l’effet contraire à celui recherché : au lieu d’être la ville du rassemblement, Europa City pourrait devenir, par son nom même, un lieu de frictions entre les langues nationales. Un nom unique serait peut-être préférable, mais en quelle langue ? On pourrait opter pour le latin ou l’espéranto, si l’une de ces deux options soulève suffisamment de partisans. Dans tous les cas, Europa City reste un nom très consensuel, comme le serait New Europa : encore que pour cette deuxième option, la version latine, Europa Nova, possède une belle sonorité.

Que feraient les fondateurs des États-Unis à notre place, ou plutôt qu’ont-ils fait ? Donner à leur capitale le nom d’une personne particulièrement illustre. Une option peu réaliste du côté européen, tant nous avons du mal à nous mettre d’accord sur la valeur des personnages historiques. À la limite, on pourrait appeler la ville Churchill. Mais cela semble difficile à envisager pour le moment.

Il reste donc les noms mythologiques, toujours efficaces et auréolés d’un délicieux parfum antique. Si on considère l’usage intensif que nous avons fait du nom d’« Europe », princesse phénicienne emmenée par Zeus sur notre continent, nous ne devrions avoir aucun mal à trouver un autre nom du même ordre qui nous convienne. La capitale européenne pourrait-elle s’appeler Ulysse ? Ou Olympe ? Ou encore Hélios, le soleil, pour rappeler le motif circulaire du drapeau européen ?

Il n’est pas interdit de prendre des risques. La ville pourrait, par exemple, s’appeler Atlantide, ressuscitant ainsi la civilisation mythique des Atlantes. Elle pourrait aussi s’appeler Babel. Le choix d’un nom n’est pas anodin, et si une capitale fédérale venait effectivement à être créée, parions que ce débat en dirait long sur les valeurs et l’histoire de l’Europe. Par ailleurs, ce choix nous amènerait devant un autre défi linguistique : quelle(s) langue(s) parleront les citoyens de la ville ? Dans quel(s) alphabet(s) seront écrits les noms de rue ? Ces questions pourraient relancer le débat sur le multilinguisme, voire sur l’adoption d’une langue de communication européenne.

Une situation stratégique au cœur de l’Europe

Europa City (ou quelque soit le nom qui lui sera donné) devrait occuper une place aussi centrale que possible en Europe, et être relativement proche des capitales nationales. Actuellement, Bruxelles est bien située par rapport au triangle formé par Paris, Londres et Berlin, mais sa position apparaît de plus en plus excentrée à mesure que l’Union se déplace vers l’est et le sud. Il faudrait donc trouver une position qui soit plus proche du centre de gravité européen, tel que nous pouvons le prévoir à moyen et à long terme, et dans la mesure où les élargissements vont sans doute se poursuivre.

Placer Europa City en Allemagne, et plutôt vers le centre ou le sud du pays, semblerait un choix logique. Ancienne ligne de fracture durant la guerre froide, l’Allemagne reste aujourd’hui encore un État central de l’Europe, et un carrefour essentiel entre l’est et l’ouest. Cette position stratégique conviendrait bien à une capitale fédérale, qui se trouverait toujours à une distance raisonnable de Paris, Londres et Berlin, mais plus proche de Rome et de Varsovie, et à une distance sensiblement égale de Madrid. Ce ne serait pas un changement très important, mais suffisant pour recentrer l’Europe vers le sud-est.

Il reste bien sûr la question du micro-emplacement de la ville, à savoir la position exacte qu’elle occuperait. Europa City aurait vocation à devenir un pôle urbain important, et l’Allemagne est un pays à forte densité, donc trouver une région susceptible d’héberger la métropole ne serait peut-être pas facile. Le relief et la nature du terrain, et la question des ressources naturelles potentiellement menacées par la ville, sont autant de variables à prendre en compte avant d’envisager une implantation. Cependant, ces problèmes ne semblent pas insolubles.

Une ville au carrefour de l’Europe

Europa City devrait également être située de manière à se trouver au cœur des communications européennes. Cela suppose un emplacement optimal pour les chemins de fer, mais aussi pour l’aviation. Si la capitale fédérale voit le jour, elle deviendra rapidement un nœud important de communications aériennes, donc sa construction devrait être décidée en tenant compte de la structure de l’espace aérien européen.

Optimiser l’emplacement d’Europa City supposerait un important travail de réflexion, impliquant de nombreux acteurs et l’ensemble des pays européens. En ce sens, la fondation de cette métropole européenne serait, en elle-même, un exercice salutaire de communication et de partage entre partenaires de toute l’Europe. À ceci s’ajoute un avantage potentiel : si la fondation et le développement d’Europa City sont assurées correctement, ce nouveau nœud de communication pourrait fluidifier le trafic européen en général.

Ce serait en particulier un moyen efficace de désengorger la Belgique, dont la densité de circulation sur les autoroutes et les chemins de fer est aujourd’hui la plus élevée du monde. On peut aussi poser le problème inverse : compte tenu de la situation actuelle des voies de communication belges, en particulier des routes qui sont proches de la saturation, Bruxelles pourrait-elle assurer le rôle de capitale fédérale de l’Europe, si ceci devait se traduire par des nécessités de transport accrues ? On peut émettre des réserves à ce sujet. La fondation d’une nouvelle capitale, conçue dès la base pour optimiser les communications, semble donc à ce niveau-là également une idée intéressante.

Nous avons réfléchi au nom et à l’emplacement qui pourraient être donnés à Europa City. Dans la troisième partie de cet article, nous lancerons quelques idées sur la ville même, sa structure, et les institutions qu’elle pourrait accueillir.

Illustration : photographie de la Potsdamer Platz, à Berlin. Auteur : Michael J. Zirbes. Source : Wikimedia.

Vos commentaires

  • Le 28 janvier 2009 à 11:44, par Emmanuel En réponse à : Europa City : et si l’Europe se dotait d’une nouvelle capitale ? (2/3)

    Mis à part le fait que je ne sois pas favorable à une capitale européenne unique, si capitale européenne il devait avoir, la lecture des critères proposés me fait penser immédiatement à Strasbourg :

    . « Un nom consensuel, personnifié, mythologique ? »

    Ce nom existe déjà : il s’agit de l’Eurodistrict Strasbourg-Ortenau, qui fondent une future intercommunalité transfrontalière de part et d’autres du Rhin et vise à faire disparaître effectivement les frontières. En plus, comme symbole, on ne fait pas mieux : c’est Strasbourg en 842 que la première Europe, celle de Charlemagne, s’est divisée (Serments de Strasbourg de 842, où Charles Le Chauve et Louis le Germanique s’allient contre leur frère Lothaire), et c’est à Strasbourg que l’Europe s’est réconciliée après la seconde guerre mondiale, avec la création du Conseil de l’Europe. Entre-temps, Strasbourg est largement devenue le symbole des déchirures européennes (rien qu’entre 1870 et 1945, elle a changé quatre fois de nationalité), mais aussi celui de la liberté (fortement attachée à sa liberté, elle fut longtemps une Ville libre impériale, dotée d’une constitution républicaine au milieu d’un océan religio-seigneurial, et elle fut en première ligne lors de la Révolution française ; c’est là que fut composée et interprétée pour la première fois la Marseillaise). Mettre la capitale de l’UE à Strasbourg, ce serait clairement s’inscrire dans l’héritage de l’histoire, et ne pas créer un truc technocrate et sans sens, ex nihilo.

    . une place aussi centrale que possible en Europe, et être relativement proche des capitales nationales.

    il suffit de regarder sur une carte d’Europe la situation de Strasbourg pour voir qu’elle est idéalement située : à égale distance distance de la Mer Baltique, de l’Atlantique et de la Méditerrannée (750 km), et à égale distance de la Mer du Nord et de l’Adriatique (500 kilomètres). Elle se situe dans la « banane bleue » est un clairement dans l’espace germanique, ce qui va dans le sens d’un rééquilibrage géographique vers le centre de l’Europe ; d’ailleurs, culturellement, les gens qui viennent à Strasbourg disent « c’est comme Berlin ! c’est comme Budapest ! »

    . « Une ville au carrefour de l’Europe »

    Surprise : c’est même quasiment le nom de la ville : Strasbourg, Straßburg, Straß-burg = « Ville des routes »

    . « Europa City devrait également être située de manière à se trouver au cœur des communications européennes. Cela suppose un emplacement optimal pour les chemins de fer, mais aussi pour l’aviation. »

    Ca tombe bien : Strasbourg est sur le croisement de la Magistrale européenne (la future ligne TGV Paris-Munich-Bratislava-Budapest) et du TGV Rhin-Rhône (Barcelone-Lyon-Francfort-Hambourg). La ville est à une heure et demi de TGV vers Paris-Charles de Gaulle et Francfort, et tellement centralement placée qu’on pourrait y construire un hub européen.

    Et pour finir, Strasbourg a l’avantage de ne pas être une capitale d’Etat et d’être déjà prête à être une capitale européenne (il y a déjà les ambassades, les consulats, les écoles internationales). Donc, pourquoi s’en priver ?

    Ah oui, j’oubliais, je suis contre le principe d’une capitale européenne unique.

  • Le 28 janvier 2009 à 12:24, par krokodilo En réponse à : Europa City : et si l’Europe se dotait d’une nouvelle capitale ? (2/3)

    Pour info, en espéranto ça donnerait « Eŭropa urbo » (étymologie latine urb-) ou, sous forme contractée de mot composé : « Eŭropurbo ». Le eŭ- du début de Eŭrope se prononçant à peu près et-ou-Ro-pa, ou plutôt ewropa, accent tonique sur le ro, avant-dernière syllabe.

    Il va de soi que Europa city , New Europa ou Europa town seraient inacceptables. Autant accepter Londres comme capitale puisque l’UE est déjà anglophone.

  • Le 28 janvier 2009 à 16:15, par Maël Donoso En réponse à : Europa City : et si l’Europe se dotait d’une nouvelle capitale ? (2/3)

    « Ah oui, j’oubliais, je suis contre le principe d’une capitale européenne unique. »

    Mmmm... On ne dirait pas...

  • Le 29 janvier 2009 à 06:46, par Martina Latina En réponse à : Europa City : et si l’Europe se dotait d’une nouvelle capitale ? (2/3)

    L’« euro-fiction » c’est bien : l’« euro-réalité », c’est mieux, car plus urgent et plus exaltant. On vous le dit, tout est là, tout est prêt : une capitale de haute Rhénanie, un carrefour dont les communications ne demandent qu’à être perfectionnées, une métropole cosmopolite et polyglotte qui renoue avec sa vocation et son esthétique portuaires ; bref, Strasbourg offre l’étoffe de culture, d’activités et d’imagination qu’il faut au tissu de l’Europe, aujourd’hui comme demain, pour nouer des liens créateurs, pour réinventer ensemble, sans cesse, la paix conquise dans la douleur et remise entre nos mains. Ne serait-il pas plus utile que nous réfléchissions en profondeur aux conditions de celle-ci, qui doit habiter solidement, par la concertation dont l’occident est capable dans le sillage d’EUROPE la Levantine et la première civilisatrice, non seulement le centre du domaine européen, mais le bassin méditerranéen qui la vit naître, voguer sur un fameux TAURILLON et ainsi fonder L’EUROPE ? Car, à la suite d’EUROPE, à sa lumière, L’EUROPE est pétrie et porteuse de circulation, donc de relations, à développer sans hésiter ni tarder par tous les EUROPEENS pour que la terre soit plus humaine !

  • Le 30 janvier 2009 à 13:51, par Jean-Jo En réponse à : Europa City : et si l’Europe se dotait d’une nouvelle capitale ? (2/3)

    Stella (pour étoile, en référence au drapeau... et aussi pour la marque de bière) ?

    Barrosa (en référence au charismatique président de la Commission européenne=> au moins on pourra se souvenir de son mandat) ?

    VGE (Abréviation pour Ville Gâteuse Européenne, toute autre interprétation serait condamnée) ?

    Rome (c’est déjà pris mais nous avons des nostalgiques d’empires, alors autant prendre le nom de la capitale de l’empire qui a civilisé l’Europe) ? => on versera une indemnité à Berlusconi pour dédommagement des droits qu’il détient sur le nom de la capitale depuis que son collègue Alemanno a pris la municipalité.

    Finalement de tous les noms précités, je préfère encore Stella (sûrement la référence aux étoiles du drapeau^^)

  • Le 30 janvier 2009 à 15:40, par Maël Donoso En réponse à : Europa City : et si l’Europe se dotait d’une nouvelle capitale ? (2/3)

    C’est sympa Stella, je n’y avais pas pensé. Pour le coup, en plus d’un pôle universitaire et d’un parc cinématographique, il faudrait y installer un centre d’exploration spatiale (l’ESA ?), pour promouvoir le caractère « stellaire » de la ville...

  • Le 31 janvier 2009 à 10:26, par Ronan En réponse à : Europa City : et si l’Europe se dotait d’une nouvelle capitale ? (2/3)

    Dîtes les gars, c’est franchement pas sérieux, vous n’avez vraiment rien d’autre à faire qu’à discerter sur le nom d’une ville qui n’existe pas ?!

    Le principe de réflexion est rigolo et l’idée de l’article est originale (on ne doute pas que l’auteur aura trouvé cet exercice très stimulant intellectuellement...) mais là, franchement, on nage en plein délire : la dénommer « Stella » ou « Atlantide » ?! franchement là, c’est vraiment n’importe quoi...

    Qu’on ne vienne pas dire que les Fédéralistes sont des illuminés ou des idéologues complètement déconnectés du réel. A l’évidence, ils ont trouvés leurs maîtres. Franchement, faudrait vraiment réfléchir au moins deux minutes à quels sont vraiment les délires purement théoriques qui déconsidérent l’association et nous font passer pour des rigolos devant l’opinion.

    PS : Quitte à faire dans la rigolade : l’un des tous premiers colons à s’être installé sur le site de ce qui plus tard sera la ville de Washington D. C. (vers 1660-1665) avait baptisé sa propriété "Rome" (et l’actuelle "crique de l’oie" voisine : "Tiber"). Or, il s’appelait Francis Pope : « Pope de Rome », donc (ouaf, ouaf...) (ça en jette, sur la carte de visite...). Aujourd’hui, on dicerte doctement aux Etats-Unis - « République impériale » fondée par des amateurs érudits et fanatiques d’Histoire classique gréco-romaine - sur le fait qu’il aurait été catholique militant ou antipapiste revanchard. Plus tard, on y construirait même le "Capitole", c’est vous dire...

  • Le 31 janvier 2009 à 11:44, par Fabien Cazenave En réponse à : Europa City : et si l’Europe se dotait d’une nouvelle capitale ? (2/3)

    Et ton commentaire est sérieux ? Cela fait du bien aussi de ne pas être que dans l’actualité ou le concret. Il faut aussi savoir s’aérer la tête. D’ailleurs, je remarque que cette série a attiré pas mal de monde. Si nous faisions que ça, je comprendrais, mais là...

     :-p

  • Le 2 février 2009 à 21:43, par Sayned En réponse à : Europa City : et si l’Europe se dotait d’une nouvelle capitale ? (2/3)

    Bruxelles forever !

  • Le 7 février 2009 à 23:01, par C. Lengagne En réponse à : Europa City : et si l’Europe se dotait d’une nouvelle capitale ? (2/3)

    Pourquoi toujours se référer au latin, au grec et à leurs mythologies respectives ? Certes, ces civilisations ont une symbolique importante en Europe mais quid des civilisations nordiques (regroupant entre autres germains, francs et scandinaves) qui ont eu un impact au moins équivalent sur la destinée de notre Europe ? N’oublions pas l’Althing islandaise qui est (dans l’imaginaire collectif) la plus ancienne Assemblée Démocratique occidentale et dont les symboles sont également ceux de notre Union.

    C. Lengagne

    http://picardie-federaliste.eu

  • Le 7 mars 2009 à 10:59, par Jacky En réponse à : Europa City : et si l’Europe se dotait d’une nouvelle capitale ? (2/3)

    L’idée d’une ville capitale de l’Union européenne est effectivement à creuser ! Dans le débat qui a lieu ici sur la localisation géographique de cette future capitale européenne on occulte, encore une fois, Luxembourg. Ce « petit » pays pro européen n’a cessé de militer pour la création et le développement d’une Europe politique, économique et sociale. Plusieurs institutions ou organes communautaires y sont déjà implantés : secrétariat du Parlement européen, certains services de la Commission, Cour de Justice, Cour des comptes, Banque européenne d’investissement, notamment. Cette localisation aurait au moins le mérite de la neutralité politique. A méditer...

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom