Pour les Jeunes Européens-France « l’Union est au bord du gouffre ! »

, par Le Bureau national des Jeunes Européens - France

Pour les Jeunes Européens-France « l'Union est au bord du gouffre ! »

Le dernier conseil européen consacré au budget place l’Union dans une grande indécision en homologuant un projet de budget bien trop insuffisant et à très haut risque pour l’avenir…

Les négociations semblaient bien augurer lorsque mardi, M. Hollande, pour son premier discours devant le Parlement européen a appelé à une intégration renforcée. Cette intégration que les Jeunes Européens France réclament haut et fort depuis maintenant 20 ans. Cela doit passer, nous a dit le président français, par une mise en commun de la dette via les eurobonds, mais aussi par l’harmonisation fiscale ou encore par une nouvelle architecture de l’Union permettant aux Etats membres qui le souhaitent de construire une intégration politique. Quels objectifs alors défendus ! Il faut reconnaître là à M. Hollande un certain courage politique ou tout du moins une volonté, nouvelle, d’aller de l’avant dans le projet européen.

Mais cette volonté ne passe pas sans budget. Il nous faut, rappelle le président un budget augmenté avec une baisse des rabais et l’instauration de véritable ressources propres. C’est une évidence ! L’Union, si elle désire se doter de politiques fortes et cohérentes, ayant un impact réel, doit disposer d’un budget ambitieux assurant une action efficace. La crise a mis en exergue l’asymétrie de notre marché intérieur. C’est à l’Europe de faire diminuer ses inégalités intolérables et dangereuses pour l’intérêt général européen. Comment y parvenir sans un budget ambitieux ? Impossible !

C’est donc avec un profond désarroi que les Jeunes Européens-France ont accueilli les conclusions du dernier Conseil européen.

Les chefs d’états et de gouvernement ont joué un jeu dangereux et même inconscient. L’on a pu ainsi assister, pendant les vingt-six heures qu’auront duré les négociations, à des tractations de marchands de tapis, dignes d’une cour de récréation. Suivant chacun une feuille de route différente, défendant des soi-disant intérêts étatiques, ils mettent en périls tout l’édifice européen. Animés le plus souvent par des enjeux électoraux de court-terme, ils ne se rendent pas compte de la situation dans laquelle leurs propositions mettront l’Union pour le reste de la décennie. Avec un budget limité à 1% du PIB européen parmi lesquels 60 milliards de crédit ne devraient pas être payés dans l’immédiat, l’Union est pieds et poings liés. Elle ne peut mettre en place aucune nouvelle politique ou même persévérer dans celles déjà existantes et qui pourtant fonctionnent.

Ce compromis n’en est pas un. C’est un échec ! Un échec pour l’Union qui ne peut pas se permettre de voir des négociations si primordiales pour son avenir aboutir ainsi à un triomphe des calculs nationaux. Le principe d’unanimité a, une fois encore, plongé l’Europe dans le doute.

Car oui, ce budget fait douter. Il fait douter les observateurs avertis de la scène européenne, il fait douter les marchés, il fait douter nos partenaires internationaux, qui s’inquiètent de voir l’Union se refermer sur ses querelles de clocher plutôt qu’être force motrice sur la scène internationale. Plus grave, il fait aussi douter les citoyens et les jeunes ! En effet, quelle confiance accorder à un projet européen obscur, dont tous nos politiques semblent par cette attitude vouloir se détourner ?

Mais, n’en déplaise à nos chefs d’Etat, l’Union européenne est une démocratie. A ce titre, le budget, pour être mis en oeuvre, devra être voté par le Parlement européen. Celui-ci, plus lucide que le Conseil mais surtout véritablement garant des intérêts citoyens, s’apprête à le rejeter tel quel : les présidents des 4 principaux groupes politiques du Parlement européen ont appelé à voter non sur ce budget. Pour eux, la proposition faite par la Commission, malgré ses insuffisances criantes, constitue un seuil minimum à ne pas dépasser. L’accord acté ce vendredi y est allègrement parvenu, quel exploit !

Les Jeunes Européens France soutiennent donc totalement les Eurodéputés dans leur combat pour que l’Europe évite le scénario catastrophe d’une décennie perdue et espèrent vivement que les chefs d’Etats entendront cette indignation des représentants des citoyens européens et de la société civile. Il faut négocier d’urgence un nouveau budget prenant en compte ce que M. Hollande a fort justement défendu lors de son discours de mardi. C’est l’unique voie pour arriver à la constitution d’une Europe politiquement intégrée en mesure d’offrir un avenir à ses jeunes.

Avec cet accord, c’est l’Union toute entière qui est au bord du gouffre, parlementaires européens tenez bon !

Vos commentaires

  • Le 11 février 2013 à 18:47, par Letaulier En réponse à : Pour les Jeunes Européens-France « l’Union est au bord du gouffre ! »

    « Il faut reconnaître là à M. Hollande un certain courage politique courage politique ou tout du moins une volonté, nouvelle, d’aller de l’avant dans le projet européen. »

    Jouer la musique que son auditoire à envie d’entendre c’est pas ma définition du courage politique.

    Le vrai courage politique aurait été de dire, par exemple, que le budget consacré à la Pac est trop important et ne permet pas à l’Europe de préparer l’économie du future, ou que la navette du Parlement européen entre Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg est ridicule et couteuse et qu’il faudrait réunir le siège et le lieu de travail effectif du parlement dans une même ville, ou encore de nous dire si la Turquie doit ou ne doit pas entrer devenir un membre de l’Ue.

  • Le 11 février 2013 à 18:58, par Letaulier En réponse à : Pour les Jeunes Européens-France « l’Union est au bord du gouffre ! »

    En résumé Hollande, le président francais, est cité 3 fois et de manière toujours positive.

    Les nomes des autres dirigeants européens :

    Merkel, Cameron, Werner Faymann, Elio Di Rupo, Boïko Borissov, Erato Kozakou-Marcoullis, Helle Thorning-Schmidt, Mariano Rajoy, Andrus Ansip, Jyrki Katainen, Antónis Samarás, Viktor Orbán, Enda Kenny, Mario Monti, etc... aucune fois !

    Faut pas se prétendre Européens dans ce cas !

  • Le 12 février 2013 à 01:35, par Aurélien En réponse à : Pour les Jeunes Européens-France « l’Union est au bord du gouffre ! »

    @Letaulier, les autres présidents nationaux ont ils pris la parole devant le Parlement Européen ? Il ne s’agit pas ici d’encenser M. Hollande, mais il faut reconnaitre la nouveauté d’un discours qui fait plaisir à entendre. Bien évidemment, comme tout discours, nous attendons maintenant des actes concret allant dans ce sens ce que malheureusement, le Conseil ne nous a pas montré.

  • Le 12 février 2013 à 11:01, par Fabien Cazenave En réponse à : Pour les Jeunes Européens-France « l’Union est au bord du gouffre ! »

    @Le Taulier : être critique c’est bien, ne faire que des critiques n’est pas en revanche une attitude constructive. Rien ne va dans nos articles si on vous suivait dans tous vos commentaires. Vous avez ici une organisation de jeunesse qui se révolte contre le budget obtenu par nos dirigeants et vous ne relevez qu’une petite phrase... On peut saluer au contraire les Jeunes Européens - France de soutenir à fond le Parlement européen !

  • Le 12 février 2013 à 14:12, par Letaulier En réponse à : Pour les Jeunes Européens-France « l’Union est au bord du gouffre ! »

    @Aurélien

    1- « Les autres présidents nationaux ont ils pris la parole devant le Parlement Européen ? » Oui, ils l’ont fait et c’est pas parce que TF1 ou France 2 n’ont pas repris cette info qu’il faut être naïf pour croire qu’intervenir à Strasbourg est le monopole des dirigeants français.

    2- « il faut reconnaitre la nouveauté d’un discours qui fait plaisir à entendre. » Moi je préfère les actes qui font plaisir à voir que les discours plaisant à entendre. Hollande est le spécialiste du consensus mou et des petites phrases qui caressent leur auditoire dans le sens du poil. J’attends mieux d’un président français.

    @Cazenave

    La critique est en elle-même une attitude constructive, encore faut-il ne pas se cabrer.

    C’est pas « une petite phrase » que je relève mais un état d’esprit. Celui de jeunes Français qui pensent être différent de leurs ainés mais qui en fait reproduisent leur même travers. L’UE c’est pas une France en plus grand mais une association d’Etats européens où tout le monde doit être respecter. Parler de l’Europe en ne citant que le nom d’un seul dirigeant, comme par hasard Hollande, c’est avoir des œillères.

  • Le 12 février 2013 à 16:29, par Fabien Cazenave En réponse à : Pour les Jeunes Européens-France « l’Union est au bord du gouffre ! »

    Si vous regardez l’ensemble du discours de Hollande, il y a une chose de positive : la France soutiendra le candidat du parti vainqueur aux élections européennes. C’est un pas en avant certes petit mais de très grande importance pour les fédéralistes. Le reste de son discours est dans la tonalité française habituelle.

    Merci de regarder l’ensemble du cp des Jeunes Européens - France qui soutient surtout les eurodéputés face aux Etats dont ils contestent le budget (budget trouvé comme bon par le même Hollande...).

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom