Emmanuel Macron, le stratège de la relance européenne ?

, par Florian Brunner

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [français]

Emmanuel Macron, le stratège de la relance européenne ?
Le président français Emmanuel Macron a débattu avec les députés européens dans l’hémicycle strasbourgeois, le 17 avril dernier. © European Union 2018 - European Parliament

Avec le débat au Parlement européen du 17 avril 2018, le Président français Emmanuel Macron a lancé une phase déterminante de sa stratégie pour une relance européenne. Le locataire de l’Elysée mène une politique étrangère ambitieuse et l’Union européenne en est une composante majeure, revendiquée comme telle par un Chef de l’Etat à l’initiative, déterminé à réussir, malgré l’ampleur des nombreux chantiers qu’il reste à réaliser.

Les élections européennes de 2019, un moment crucial pour Emmanuel Macron

La stratégie d’Emmanuel Macron pour l’Europe est dans la même lignée que celle de sa campagne présidentielle en 2017, il s’agit d’une offensive assumée alors que de nombreux facteurs inciteraient à davantage de prudence. Le Président français a pris le risque de s’inscrire dans un héritage français d’ambition européenne, qui avait été porté notamment par Charles De Gaulle, Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand. Il est même allé plus loin, profitant d’un contexte favorable, pour se poser en acteur prédominant d’une rénovation du projet européen. Mais surtout, Emmanuel Macron sait que pour préserver cette position avantageuse, il devra remporter les élections européennes en France.

Le scrutin européen de 2019 représentera un moment crucial pour le Président français, qui mettra en jeu sa stature internationale. Les européennes de 2019 seront également un temps décisif de confirmation ou d’infirmation d’une exception française, au sein d’un cadre transatlantique et européen gagné par une vague populiste. Emmanuel Macron conduit plusieurs batailles de front : il lance des consultations citoyennes pour inciter à la mobilisation des sociétés européennes, il a engagé un débat intense au Parlement européen à Strasbourg, il mène des discussions délicates avec Berlin et il se place en porteur d’un vrai projet pour l’Union, que l’on approuve ou non ce projet, dans la perspective des échéances de 2019.

Plus crucial encore, il s’est engagé dans une politique de réforme de l’économie française. Emmanuel Macron devra réussir à relancer l’attractivité économique de la France, afin de consolider une crédibilité française en Europe et dans le monde. Il s’agit d’un chantier lourd qui prendra du temps. Les résultats que le Président français obtiendra seront décisifs, dans sa crédibilité envers les citoyens français et donc dans sa capacité à les entraîner dans son approche européenne, ainsi que dans sa crédibilité par rapport à ses partenaires européens comme l’Allemagne. Le contexte actuel de stabilité politique française, de gouvernement et de majorité pro-européens, ne pourra se maintenir et se renforcer qu’à la condition d’une efficacité économique retrouvée.

La convergence des intérêts français et de la relance d’une dynamique européenne

Emmanuel Macron qui a condamné publiquement le néo-conservatisme et annoncé le retour de la tradition « gaullo-mitterrandienne », veut mener un retour de la France au centre du jeu diplomatique international. Depuis bientôt un an, le Président de la République s’est engagé dans un ambitieux processus de refondation de la politique étrangère française, avec des étapes marquantes, des discours importants. La France s’inscrit dans une volonté de réalisme, d’indépendance, d’équilibre et d’initiative. Sur la scène internationale, la diplomatie française est présente et opérante, dans une période à enjeux multiples, particulièrement complexe.

Afin d’accroitre l’influence de cette politique étrangère, d’assurer la défense d’intérêts stratégiques, comme la sécurité ou l’autonomie opérationnelle, une souveraineté européenne reste à construire. Cette question de la souveraineté européenne a été fortement établie dans le discours d’Emmanuel Macron, à Strasbourg. Les évolutions diplomatiques et militaires majeures pour la France se décideront en Europe. Relancer une dynamique européenne, c’est aussi pour Emmanuel Macron la mise en œuvre d’une stratégie qui puisse aboutir au renforcement de la position internationale de la France.

Le Président français a habilement défendu l’Accord de Paris sur le climat, limitant les dégâts d’un désengagement américain. Il a également organisé le One Planet Summit à Paris en décembre 2017, ce qui a maintenu une dynamique internationale en faveur de la bataille du changement climatique, tout en confirmant le rôle fondamental de la France et de l’Europe sur la question de l’urgence environnementale.Il reste à Emmanuel Macron le défi d’ériger la France en modèle unanime de transition bas-carbone et d’entrainer l’Union dans la mise en œuvre d’objectifs ambitieux, en matière d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables.

Enfin au Moyen-Orient, Emmanuel Macron a mené une implication française sur tous les fronts, donnant un nouvel élan à l’action du Quai d’Orsay. La participation de la France aux frappes en Syrie, avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni, a démontré que le Président français n’était pas exclusivement engagé dans une diplomatie du « en même temps », mais qu’il savait franchir des seuils lorsque cela était nécessaire, comme annoncé en mai 2017. Emmanuel Macron est conscient que la crédibilité internationale de la France et de l’Europe dépend de leur capacité à affirmer leur autorité et donc de mener des opérations militaires.

Désormais, il est important pour la France et l’Union européenne d’avancer sur la voie d’une solution politique, d’engager un processus diplomatique déterminant, alors que depuis sept ans, la Syrie est plongée dans la violence et le chaos. La capacité de l’Union européenne à promouvoir la paix dans le monde reste encore limitée. L’Europe a cependant démontré une efficacité réelle dans les actions qu’elle a accomplies, en amont et en aval des conflits. L’aboutissement diplomatique et politique ne pourra s’obtenir qu’en faisant évoluer l’Union européenne d’un statut d’observatrice en Syrie, à un rôle plus affirmé dans le redressement de ce pays.

Le temps d’un dialogue stratégique à l’échelle de toute l’Union européenne

L’enjeu pour Emmanuel Macron sera de préserver les intérêts de son pays, ce qui est son rôle de Chef d’Etat, tout en prenant en considération les intérêts des Etats membres de l’Union, afin de construire un projet qui réponde aux exigences de tous. La relance de l’Europe de la défense ne pourra se mettre pleinement en œuvre, à la mesure des attentes de plus en plus fortes qu’elle suscite, qu’en engageant un important dialogue stratégique à l’échelle de toute l’Union européenne, sur le rôle et la place de l’Europe, dans le monde de demain. Face à un environnement stratégique dégradé et à l’émergence de nombreuses menaces, une prise de conscience européenne commence à s’opérer dans les domaines de sécurité et de défense.

La période actuelle est ainsi propice à la réalisation d’une démarche de réflexion et de responsabilisation des Etats membres de l’Union, de manière à garantir une capacité d’intervention à l’international pour les pays européens , tout en élaborant des processus de convergence plus ambitieux. La France a tout à gagner en diversifiant son approche et en s’intéressant aux intérêts de tous les Etats membres, quelles que soient leurs dimensions. En parallèle, il sera important d’aborder l’enjeu d’une montée en puissance de la politique étrangère de l’Europe. L’Union européenne est devenue un acteur diplomatique influent, mais elle reste insuffisamment reconnue et toujours secondaire par rapport aux diplomaties des Etats membres, notamment celles de la France et de l’Allemagne. L’Union devra se mettre en capacité d’exister en tant que puissance à part, de s’affirmer sur les grandes questions internationales, de prendre des initiatives en toute indépendance et de préserver son unité. Une vraie réflexion sera à mener sur le rôle que l’Union européenne aura à tenir dans la gestion de conflits, la médiation, ainsi que le maintien de la paix dans le monde. Dans le contexte du Brexit, la centralité française en Europe en matière de diplomatie et de défense, est avérée. Emmanuel Macron devra anticiper les effets d’une mutation de cette prédominance française, pour mettre en œuvre une progression de la diplomatie de l’Union européenne, en lien avec tous les pays européens.

Vos commentaires

  • Le 26 avril à 07:34, par Araucarias En réponse à : Emmanuel Macron, le stratège de la relance européenne ?

    Comment pourrait-on ne pas souscrire, à ce qui est dit, ici ? Que de chemin parcouru pour cette UE, depuis 1957. Pour autant la fragilité de cet édifice n’aura (peut être ?) jamais été, aussi précaire. Un moment de vérité « clarificateur », se pointe. Souhaite -t-on qu’il soit maitrisé. La relance de l’Europe de la défense ? Pour le moment ça reste sous l’égide de l’Otan, et il ne faudrait pas perdre de vue, que quand l’UK aura quitté l’UE, 80 % de son financement, sera assuré par des pays - non européens -, pas moins. Chercher l’erreur ? L’Allemagne n’ayant nullement, en dehors de produire du dilatoire de circonstance, une intention effective de sortir de son sommeil dogmatique ; c’est à dire d’aller vers les 2 % de son PIB (1,15% actuellement). Sur ce plan Trump n’a pas tort d’en dénoncer cette béance.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

À lire aussi :